Aller au contenu





Il faut

Posté par michelconrad, 19 janvier 2012 · 237 visite(s)


Il faut faire crédit au poète de sa parole : « Quant au bonheur établi, domestique ou non... non, je ne peux pas. Je suis trop dissipé, trop faible. La vie fleurit par le travail, vieille vérité: moi, ma vie n'est pas assez pesante, elle s'envole et flotte loin au–dessus de l'action, ce cher point du monde. » (Rimbaud, Une saison en enfer).


Son texte est un hurlement contre l'époque à laquelle il a été écrit. Mais chaque syllabe de ce texte entaille, aussi, le mur de nos certitudes quotidiennes, tout autant qu'en 1873, et l'on prend, nous aussi, conscience que notre vie « n'est pas assez pesante, elle s'envole et flotte loin au–dessus de l'action, ce cher point du monde. »







H./Mer/18/1/12/16H30

[/right]




Juillet 2014

D L M M J V S
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 29 3031  

Derniers billets

Derniers commentaires