Aller au contenu





Depuis : Angoisse

Posté par M. de Saint-Michel, 14 août 2017 · 126 visite(s)

Nuitamment
c'est comme un sanglot rouge qui s'évase
fleurissant en mille pétales de rêves lucides
entre les villes-cimetières
entre les draps rêches du temps
où tant de corps tremblent brûlent baisent
La lune a été dévorée par ses chiens
et les étoiles qui doivent choir dans le désert du monde
attendent l'heure propice
Quelques silhouettes encore s'agitent
déambulent dans le cerveau de ceux qui restent
murmurent semble-t-il des mots sans suite
athanor acanthe palimpseste
La beauté dont le chant du cygne fait mal
divague parmi les ombres
après avoir brisé miroirs et certitudes
le long de ces avenues qui tournent sur elles-mêmes
Les murailles peuvent être de verre
les rires peuvent irradier les nerfs
Les survivants savent désormais combien chaque regard
est peuplé de spectres
Dans les chambres plus ou moins secrètes de l'esprit
les pensées aux criardes couleurs implosent
souillant les fibres du bonheur
jusqu'à ce que l'on entende sonner l'hallali des baisers
ô fracas des vitraux
saignées des silences
Le dernier poète va-t-il se rendre
ou le glaive en main appeler à l'insurrection
de l'amour

Source : Angoisse




                                                 

 

                                                  Je lis et me perds dans le spectre de ces angoisses qui semblent -oblitérer- cette vie, qui en son centre,

 

                                                                          a besoin de goûter le subtil du réel,  de l'imaginaire et du symbolique...

 

            à Vous,

 

hasia

L'angoisse n'est pas in fine abattement, acceptation de la défaite - mais surtout prise de conscience des forces mauvaises et "insurrection" pour la Vie... Cordialement.

Derniers billets

Ma photo

Catégories

Septembre 2017

D L M M J V S
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24 25 2627282930

Éléments Google partagés

Twitter