Aller au contenu

Photo

La Poésie...


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 15 811 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 12 novembre 2018 - 07:12

La Poésie...

 

Ecrire ça ressemble au labourage d'une terre

avec un va et vient dans le champs d'une terre retournée

Ou le parcours de la plume du stylo sur la feuille de papier

Entre un sillon déjà écrit, et un autre sillon qui le suit après

 

Tout cela, ce que nous faisons sur le papier avec des sillons

C'est comme un paysan qui laboure avec une charrue un champs

Oui !  Les vers à l'origine, c'était bien ces sillons écrits dans un ordre

Et notre écriture, elle suivait tous les rythmes des vers sur la feuille

 

La poésie, elle est à entendre comme comme un art oratoire

Avec la scansion repiratoire des vers par le souffle

Qui sont liées aux respirations scandées de l'orateur

Les choix qui sont fait, ce sont des rythmes dans les mots

 

Un poète classique, il fait courament des alexandrins

Des vers qui sont susceptibles d'etre découpés en deux

Avec la césure à la moitiée du vers et la rime qui est sa mémoire

Les poètes modernes, Ils préfèrent les vers courts et rapides

 

Il n'est pas si facile pour un gamin de dire un alexanrin

Car lui, Il préfère nous balancer un texte en raffales

Il y a urgence pour lui, et il oublie la douceur de la poésie

Les mots deviennent ainsi des discours plus ou moins politique

 

Pourtant les tout premiers slameurs c'était bien des poètes

The last poets qui écrivaient tous leurs textes en alexandrins

Ainsi les discours étaient plus aimables et beaucoup moins violents

C'était un territoire nouveau, pour des gamins en quete de leur mots

 

Entre les poète classique et la modernité de ces jeunes slameurs

Il n' y avait que les supports qui différaient dans les choix

Peu de poètes classiques qui usent des médias bavards et puissants

Ils préfèrent faire des bouquins, qu'ils vendent assez peu et à des amis

 

Après l'oral, vinrent les gens de l'écriture, pour pouvoir mémoriser

Il s'agissait plus ainsi de se faire reconnaître dans un livre

Que de noircir une feuille de papier que l'on laisse dans un tiroir

Je sais de ces écrits poétiques, qui sont tout raturés avec des taches

 

A savoir que notre plume autrefois c'était une gravure de nos  mots

Sur du papier blanc,  lettres écrites serrées, avec ou sans rature

Il s'agissait de noter sur le papier une pensée  qui est poétique

De nos jours, hélas nous oublions maintenant tous nos stylos

 

Et nous utilisons le clavier, avec un débit continu de mots

De plus il y a toutes les fonctionalités possibles de l'internet

Entre les choix innonbrables de choses diverses sur les réseaux

Entre tous ceux-là  que nous choisissons, tout ce qui nous est permis ou imposé

 

La poésie, elle a commencé au début de sa vie par l'oralité

Puis elle a été, de toutes ces écritures faites sur du papier

De nos jours, notre poésie, elle devient presque une vérité incomprise

Ou plutot des choix inédits et toujours tous réitérés dans nos propres mots

 

La poésie ! C'est bien ce truc bizarre qui parle en nous-meme

Entre ce qui était et tout ce que nous revons pour demain

Le vieux François Villon savait-il ce monde où nous vivons ?

Pourtant il n'y a rien à rejeter de ses beaux poèmes d'autrefois

 

Paris le 12 novembre 2018