Aller au contenu

Photo

Monologue en l'honneur de mon ami N.


  • Veuillez vous connecter pour répondre
2 réponses à ce sujet

#1 gab

gab

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 107 messages
  • Une phrase ::"Les frontières de mon langage sont les frontières de mon monde", Ludwig Wittgenstein

Posté 01 décembre 2018 - 04:21

La douleur
                   Amoureuse.
 
                   Vaste sujet.
 
                   Rien de plus
                   Qu'une personne
                   Perdue
                   Il en vient
                   Que
                   C'est le drame
                   Du cur qui se déchire
                   La plus vive
                   Douleur cardiaque.
 
                   Alors que la rabougrie
                   Petite
                   Mort
                   La
                   Cadavérique
                   Mort
                   Est effrayante
                   La mortelle
                   Amie démoniaque
                   Du démuni
                   Démembré
                   De misères
                   Hante déjà
                   L
                   E
                   Cimetière.
 
                   Une fille est partie
                   Lui n'est plus
                   Que le cercueil
                   De chez nous
                   Et je fonds
                   Égoïste et con
                   Pour une fille
                   Ridicule débile
                   Et j'en crèverais
                   Sans périr
                   Pour une fille
                   Et souffrir
                   Pour toujours :
 
                   La faim est cannibale
                   La faim est mortelle
                   La faim amoureuse
                   Est déchirure
                   La faim
                   Est meurtrissure
                   Mais
                   La fin d'un homme
                   Est loi du temps.
 
                   Je n'ai rien pour me consoler
                   Je ne suis
                   Malheur !
 
                   Qu'un poète...
 
                   Que peut faire un poète
                   À part pleurer
                   Se pleurer
                   Pleurer plus encore,
 
                   Puis-je fondre pour un mort ?
 
                   Je me fais
                   Des peines
                   Pour des fenestres
                   Alcoolisées,
 
                   Je ne suis
                   Qu'un poète
                   Ridicule.
                  
                   Poète
                   Mais
                   Je mâche mes mots
                   Pour ne pas dire
                   Que je les mange
                   Crus de préférence
                   Pour ne pas dire    
                   Plus
                   De bêtises
                   Mes vers
                   Se chevauchent
                   Ma métrique
                   S'est pendue
                   Hier soir.
 
                   Sous mes ordres
                   Le désordre même
                   S'endort.
 
                   Mes syllabes
                   Elles
                   Se cachent
                   Du mort
                   Qui repose
                   Près de moi
                   Elles réfléchissent
                   Elles malignes mais moi
                   Ça me fait
                   Rien
                   Je souffre de
                   Une fille
                   Comme un artiste
                   Délicat
                   Enfin
                   Amoureux
                   En fine bête
                   Niaise
                   Mièvre
                   Naïve et puérile
                   Gourdiflotte !
 
                  
                   La vie n'est rien
                   Surtout pour lui alors
                   Pourquoi
                   Je ne pleure
                   Pas.
 
                   J'écris des émotions
                   Avec des lettres
                   Avec des mots
                   De jolies mots
                   De jolies phrases
                   De grandes lettres
                   De jolies phrases
                   De grandes strophes
                   De jolies phrases
                   Des jolies phrases De jolies phrases Des jolies phrases De jolies phrases Des jolis s
                   De jolis textes
         Avec des titres.
 
                   Anaphore
                   Métaphore
                   Sémaphore
                   Sémaphorique
                   Je danse dans la pluie des
                   Pneumatophores
                   Rhizosphériques
                   Alors
                   Si je ne sais plus
                   En avoir
                   Des sentiments
                   Et pleurer
                   Simplement
                   Quel poète
                   Fais-je je ?
                  
                   À qui revient
                   Cette tête
                   Qui siffle
                   Sur nos têtes
                   Si je ne sais plus
                   Ressentir
                   Des sensations,
 
                   Sens sensationnels
                   Ou sens sensitifs
                   Ça se sent
                   S'en sont allés
                   Je ne suis qu'un
                   Serpentin
                   Poète haïssable
                   Un exécrable
                   Pusillanime sans cur.
                  
                   Mais alors
                   La pensée de
                   Sa majestueuse pilosité
                   Virilité masculine
                   Devrait m'attrister
                   Devrait créer
                   Ce semblant de tiraillement bienvenu
                   Cordial et poli !
 
                   Perdre une si belle
                   Moustache,
 
                   Noir émeraude
                   Qui plus est,
 
                   Est attristant
                   Entendre un ami
                   Mourir
                   Aussi
                   Est
                   Surtout
                   Attristant
                   De voir
                   Une fille
                   Une fille partir.              
 
                   Mais la vie n'est rien
                   Surtout pour lui !
 
                   Je dois
                   Me re-concentrer.
        
                   Allons !
 
                   Voilà un peu de douleur
                   Un peu de ce cur considérant
                   Considérateur,                Considération,                Considératif,
 
                   Voilà !
 
                   Voilà qui est mieux
                   Un soupçon
                   Dintérêt
                   Pour celui
                   À qui on a
                   Sûrement
                   Joué la sonate
                   Sépulcrale des curs
                   Pauvres en tempo
                   Et pour
                   Ses parents
                   On leur a joué les pleurs
                   Et je dois faire pareil
                   Et son amie
                   On lui a joué
                   Les sourires
                   Et je dois faire pareil
                   Et pour lui
                   On lui a joué les sentiments
                   Et je devrais faire
                   Pareil déjà
                   Et j'ai
                   Déjà
                   Perdu son nom à
                   Elle
                   A
                   Perdu
                   L'amour mort
                   Quelle triste
                   Vie
                   Quel horrible mort
                   Quelle douleur
                   Fantasque  
                   Quel
                   Chouette sujet de prose !
 
                   La vie n'est rien
                   Surtout pour nous
                   Et je me perds
                   Perds encor.
 
                   Et je dois me re-
                   Garder
                   De voir ces
                   Futiles
                   Regrets
                   Ces futiles
                   Spleens
                   Neurasthéniques
                   Ou
                   Capharnaüms
                   Cafardisants
                   Non je pense encor à la fille !
 
                   Y arriverais
                   -Je
                   À l'oublier, elle
                   À faire son deuil
                   À lui?
                  
                   Je crois assurément
                   Que c'est en vain
                   Encor
                   Que j'écris ou que
                   Je pense tout ça :
 
                   L'on a remarqué les e perdus
                   C'est le signe
                   C'est l'heure :
                  
                   (C'est la fin
                   De mon âme.)
 
                   Je suis un poète
                   Repu.

#2 Julien Hoquet

Julien Hoquet

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 116 messages
  • Une phrase ::Je regarde un ciel étoilé et je me sens une grande humilité.

Posté 01 décembre 2018 - 05:14

Une forme  originale et un propos obsédant. J'aime beaucoup ce mot,  'Gourdiflotte'. 



#3 gab

gab

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 107 messages
  • Une phrase ::"Les frontières de mon langage sont les frontières de mon monde", Ludwig Wittgenstein

Posté 01 décembre 2018 - 05:24

Une forme  originale et un propos obsédant. J'aime beaucoup ce mot,  'Gourdiflotte'. 


Moi aussi je l'aime beaucoup! Il n'est toléré en pratique qu'au masculin "gourdiflot", mais on fait de la poesie, on est pas la pour respecter des normes idiotes ^^