Aller au contenu

Photo

(Note de lecture), Mathieu Nuss, Ainsi ces crochets X, par Vianney Lacombe


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 033 messages

Posté 02 janvier 2019 - 10:21

<p> </p>
<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: justify;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"><em> <a class="asset-img-link" href="https://poezibao.typ...b3558200d-popup" onclick="window.open( this.href, '_blank', 'width=640,height=480,scrollbars=no,resizable=no,toolbar=no,directories=no,location=no,menubar=no,status=no,left=0,top=0' ); return false" style="float: left;"><img alt="Mathieu Nuss" class="asset asset-image at-xid-6a00d8345238fe69e2022ad3ab3558200d img-responsive" src="https://poezibao.typepad.com/.a/6a00d8345238fe69e2022ad3ab3558200d-75wi" style="width: 75px; margin: 3px 15px 5px 5px; border: 1px solid #969696; box-shadow: 8px 8px 12px #aaa;" title="Mathieu Nuss" /></a>Ainsi ces crochets X</em> de Mathieu Nuss nous fait descendre dans un lieu étrange où nous recevons, sans aucun bouclier pour nous protéger, la foudre des Illuminations jaillie des objets les plus simples qui nous entourent, pulvérisant les barrières et nous forçant à emprunter des ponts que nous nâosions plus franchir depuis lâorigine de notre pensée. Là est le vrai danger, le lieu périlleux que seule la langue permet de traverser en conservant lâintégralité de sa sagesse dâesprit, car il nâest pas facile de se faire entièrement confiance tout en reculant dans le temps de notre apprentissage mental : aussi Nuss jette-t-il le langage en avant pour emprunter ces voies, en lui accordant toute sa foi : il est, pendant le temps de la phrase du poème, celui qui réunit tous les lieux avant leur fondation, il est le signal donné par le monde naturel pour nous avertir du fourmillement caché de ce monde, de lâatmosphère qui nous entoure, et selon lâheure, des cornières inox, des encadrements de porte et du coup de rein de la fenêtre, capable soudain de montrer une détermination physique inquiétante. Donc, avec distance, mais pas toujours, Mathieu Nuss se jette dans le palimpseste du monde dont il essaye de nous donner des feuilles séparées, celles que nous ne consultons jamais, parce quâà la surface il en est une opaque qui nous empêche de les voir toutes, parce que nous nâacceptons plus de dormir comme sâil faisait nuit en plein jour, parce que les phosphorescences, les signaux inquiétants jetés par la nature, les crochets X fixés contre les murs, sont là pour nous prévenir que sous la surface des murs, ou de la page, le réseau profond des incertitudes est toujours présent, et voici donc ce que le livre de Mathieu Nuss essaie de nous faire partager : cette contamination de lâautre monde dans sa lumière acidifiée, comme <em>une éponge plus de 10 000 fois grossie sous un microscope électronique, en expansion dans le cÅur.<br /></em><strong><br />Vianney Lacombe<br /></strong><br />Mathieu Nuss, <em>Ainsi ces crochets X</em>, Dessins de Petr Herel, collection partition, julien nègre éditeur, 2017, 23 pages, 15â¬.<br /><br /><br /></span></p><img src="http://feeds.feedburner.com/~r/typepad/KEpI/~4/4EuqlWLLIYM" height="1" width="1" alt=""/>

Voir l'article complet