Aller au contenu

Photo

Les lectures de Jacmo 2019


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 028 messages

Posté 01 janvier 2019 - 05:52

Jacques Morin est poète et a publié une vingtaine de recueils depuis « Le hibou assiège la nuit » (1974), il est aussi l'auteur de fictions, d'essais et d'anthologie. Mais il est encore cet infatigable militant de la poésie qui signe Jacmo les centaines d'articles de critique qu'il écrit, ce revuiste incontournable, fondateur de plusieurs revues dont « Décharge », une des plus anciennes et des plus vivantes d'aujourd'hui.
Or Jacques a proposé de nous donner régulièrement en primeur des notes de lecture qui sont reprises dans le numéro suivant de « Décharge ».

James Sacré : « Figures de silences »

sacre-figures_200px-cb024.jpg
Deux choses se renvoient dans ce recueil ou plutôt se font face comme un miroir inversé. D'abord, et en majorité, ce qui s'apparente le plus au titre : « le masque », et plus exactement les masques, de différentes origines, africaine, indienne ou américaine. Ils sont décrits précisément par James Sacré, tenus en main et commentés. Vaguement Hamlet crâne à la main. Ils gardent ce côté figé, crispé, obtus, la parole passe à travers en écho lointain, on peut voir l'origine du souffle, en les retournant simplement. Ils voisinent le mortuaire, mais les paupières ne sont pas refermées, plutôt deux trous qui transpercent le temps, de même la bouche qui ouvre un cri continu. Ce n'est qu'une parole close et morte que la main tourne sur son vide.
Ensuite, en minorité, et les fortes couleurs des masques relient au final cet apparentement à front renversé : « le carnaval ». L'opposition est radicale. Le visage raidi et muet contre le corps tout gesticulation et hurlement. Le passé lointain contre le vivant. L'ivresse multicolore, hirsute, incongrue contre la mélancolie. Il y aurait à dire sur d'autres objets aussi, présents dans ce recueil et qui prêtent à description et méditation, tels que les cailloux, les lettres ou les photos, ce qui réunit des lieux éloignés, les concentrent ici, alors qu'ils rayonnent dans de multiples souvenirs. Et tout ce qui resserre l'espace et écarte le temps.
James Sacré réinvente un triangle géographique à sa mesure : la France de son enfance et de son retour à la campagne, entre les Charentes et Cougou, avec l'image prégnante du père, les États-Unis dans leur immensité luxuriante, jusqu'à la frontière mexicaine, où il travailla, et le Maroc aride et désertique, qu'il connaît bien et où il s'échappe par intermittences.
À lire un poète qui s'est façonné son propre langage, on est d'abord retenu et captivé par ses manies d'écriture qu'il a tournées à sa main : l'absence assumée de première particule négative, les ça, ou encore les torsions syntaxiques volontaires, par exemple ; on est intrigué dans un second temps par tout ce que cela permet de jouer sur le langage et de le faire jouer sur lui-même pour lui donner un supplément d'aise et autoriser une pensée plus fluide et souple, inouïe jusqu'alors, avec des contorsions inattendues de mots et de phrases, il faut faire l'apprentissage de ces deux strates successives pour accéder à la lecture enfin libre du grand poète qu'est James Sacré.
Son sujet principal, quel que soit le motif observé, demeure la poésie, au centre du monde et de son écriture, qui incarne aussitôt toutes les formes possibles, paysages ou objets artistiques, et quand on le lit, on sait qu'on est au cÅur même de la poésie « â¦Ou le courant continu de la parole / Qui va de l'enfance à la mort / En traversant ton corps. C'est toujours de la copie / La poésie. »

(James Sacré : « Figures de silences » 15 â¬. Tarabuste éd. Rue du Fort â 36170 Saint-Benoist-sur-Mer.)
Jacques Morin

LIRE AUSSI :

Jacques Morin : DOSSIER
Jacques Morin : « L'éternité et des poussières » (Georges Cathalo) Lire & (Michel Baglin) Lire
Jacques Morin : « Carnet d'un petit revuiste de poche » (Marilyse Leroux, Lucien Wasselin et Michel Baglin) Lire
Jacques Morin : « J'écris » (Marilyse Leroux) Lire & (Michel Baglin) Lire
Jacques Morin : « Le bord du paysage » (Michel Baglin) Lire
Jacques Morin : « Sans légende » (Michel Baglin & Georges Cathalo) Lire
Jacques Morin : « La poésie de A à Z (selon Jacmo) » (Michel Baglin) Lire
Jacques Morin : « Une fleur noire à la boutonnière » (Michel Baglin) Lire
Jacques Morin : « Contrefeuilles » (Michel Baglin) Lire
Jacques Morin : Jacmo et Décharge (Michel Baglin) Lire & (Lucien Wasselin) Lire
Jacques Morin : « Quelques éditos un peu rigolos ou pas trop sur cent numéros » (Michel Baglin) Lire

Les lectures de Jacmo 2019

Les lectures de Jacmo 2018

Les lectures de Jacmo 2017

Les lectures de Jacmo 2016

Les lectures de Jacmo 2015



Voir l'article complet