Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Laure Gauthier, Je neige (entre les mots de villon)


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 091 messages

Posté 07 janvier 2019 - 09:59


6a00d8345238fe69e2022ad3ac7493200d-100wiLaure Gauthier a publié récemment je neige (entre les mots de Villon), aux éditions Lanskine ;
Poezibao en propose aujourdâhui des extraits ainsi quâune note de lecture.







Traversant la place de grève, voix de villon

Le vent sur la peau
La neige dans la veste
            Pourquoi
Entre la fille allongée
Qui sera contours chauds autour de mon désir froid
Et la tavernière aux grosses mains
Nây a-t-il aucune femme dans les rues


Sur les chemins de traverse ?
Toutes dans des pièces, closes ?

/

La neige aussi
Nous déborde

/

Je marche
                                                                                   dans le blanc
à toutes les angoisses
Et
jâaperçois les rues de la ville sans congère
Ma vie sans campagne
vers la place
de
                        grève


le chat y va sans couvre-feu
pas feutrés, et je souris sans gibet,
traverse ignorant le châtelet
Et suis les traces du chat


de côté je vois bien un endroit
où il neige moins
Sur un ou deux mètres,                                   le pavé dégagé,
protégé par ce que je ne vois,
Et une trace jaune sur la fine pellicule,
je passe,
étourdi de vent,
Mon présent gercé
je pense à mon pied encore chaud du vin
qui fait un peu fondre le froid
Crissement sourd

                        Ce que nâest pas la neige dans les livres

/

Voix 1 :
Il est toujours sorti
Vers un corps â jamais
De la taverne au lit
De la sorbonne à la taverne
Du lit à la taverne


Voix 2
Lâamour est son détour

(...)

Laure Gauthier, je neige (entre les mots de villon), éditions Lanskine, 2018, 72 p., 13â¬, pp. 17 à 21.

Dire les mots absents de la poésie de Villon, parler depuis les interstices entre ses mots. Sâenfoncer dans la béance
Faire entendre ce qui reste quand on met à terre les poèmes.
Le mouvement qui ondoie sous les mots, ou juste avant les mots. Cette impulsion dâécrire qui a été sienne
Ressaisir lâondulation entre la vie du poète et son oeuvre, ce qui sourd juste entre les faits actés dans les nombreuses biographies et les ballades des Lais et du Testament.
Dire le devenir poème. Un espace blanc strié. Un trait dâénergie entre la personne de Villon et son Åuvre rédigée. (sur le site de lâéditeur)

Laure Gauthier dans Poezibao
(Note de lecture) Laure Gauthier, "kaspar de pierre", par Florence Trocmé, (Anthologie permanente) Laure Gauthier, "kaspar de pierre", (Note de lecture) Laure Gauthier,"La città dolente", par Claire Tencin, (Entretien) avec Laure Gauthier et Núria Giménez-Comas, autour de "Back into nothingness", (Musique et littérature) "Back into nothingness" de Laure Gauthier (extraits)


JfPHnufbaA0

Voir l'article complet