Aller au contenu

Photo

En cavale


  • Veuillez vous connecter pour répondre
38 réponses à ce sujet

#31 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 915 messages

Posté 16 février 2019 - 08:01

.

 

 

               (sur les rails de traverse)

                  cavale extraordinaire

 

 


Arrête arrête ton chat ! le train n'est pas docile.
Bientôt, bientôt, il sera temps, mon cher Basile.

 

Tu prends ton air sage, tandis que je m'épile
Entre rails et cailloux, mes orteils sentent l'huile,
Solaire comme un champ de graines, – hydrophile.

 

Nous volons dans les airs, rien ne nous horripile
Les soleils sentent bon. Par-delà ciels, la ville,
Son soleil, cou coupé ! Oh ! Quel vaste missile !
Il m'en souvient encor', le temps c'est de l'argile.

 

Le plus profond fossé garde toujours fossile,
Incandescent, décent, comme flamme, __ fébrile,
Tandis que passent jours échappés de l'asile.
Tendres et fugitifs, Un, comme indélébile,
Enroulés sur le vent, coquillage héliophile _____

 

Nous flottons, nous buvons, retenus sur notre île,
Juste nous et ton chat, nous et mon singe Feel,
Et nous, et l'eau et l'air, point, pas un crocodile,
Quatre pattes d'oies, rien, à te devoir, Virgile.

 

Au mitan du sable, un vin chaud et labile
Disperse nos effets. Frais et nu, comme anguille,
Tu trouves ton chemin, oui, un peu malhabile,

 

Tandis que je ricane et ris, ris, œnophile
De rires. Vas-tu me laisser, cœur vibratile   ___



#32 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 803 messages

Posté 16 février 2019 - 11:13

                            ( Verticale cavale )

 

 

                                         Haut

 

 

                       Dans ce jour de taille médiocre

                           Tremble de toutes ses

                               Paillettes dorées

                                 Son petit haut

 

                             Et les deux pommes

                                 Qu'il contient

 

 

                         ___Gardées pour une autre soif?

                                 Une autre discorde?

                                 Car elle s'éloigne

                                 Dans un bouillonnement d'ombres

                                 Ses mains en émeute de bagues

 

                                                 Les herbes

                                        Mal élevées

                                                            Pimentent son jeu

                                                  De jambes

                                 Murmures / Vibrations poudrées / Gammes graciles

                                 Tandis que le

                                                          Vent s'en mêle joue

                                                       Surjoue

                                             De son parfum haut de galbe

 

                                                        Et tout soudain

                                          Le ciel est un incendie de faïence



#33 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 915 messages

Posté 17 février 2019 - 07:18

.

      (Welcome)

 

 


Chevilles assurées,
  effacée jusqu'au sol,
     elle salue  _____
Allure a minima  ____

 

Ses fines hanches s'effacent,
les bouches applaudissent,
axel d'un Nouveau Monde
  Spectacle de l'inouï  ____

 

Les eaux des réverbères,
  cratères d'une seule pluie
emplissent les ruelles,
     Elle danse  _______
     Cœur emmêlé  ______

 

De laines, de chants, et de nuées
   d'oiseaux  __
     que veille le chat

 

Le jour marchande,
  bulbes et jonquilles,
  polars et mandarines
Le soleil devenu fou
  joue avec son ombre
     Elle danse  ____

 

Flammèches dans les cheveux,
Ses jupes en pleurs    ___



#34 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 803 messages

Posté 17 février 2019 - 11:40

                     ( Folle cavale )

 

 

    Déguerpissons

    Ma mie ma douce ma bonne

    Ma Rachilde ma dragonne

    Héraldiques

    Par les bruyères patientes

    Sous le ciel indisposé 

    Du vol bleu des corbeaux

    _____Pourtant peu scrofuleux

 

    Hâtons-nous

    Dans la lumière d'écailles mauves

    Que

    Les portes-cochères nous accordent

    En de chiches averses

    Par cette rue indiciblement sale

    ______Et en perte rapide de voix

 

    Quittons sans regret

    Les barbons et les barbonnes

    Aux longs manteaux d'étincelles figées

    Aux lentes litanies d'effraies

    _______Hurlant vers la fraîcheur des venelles

 

     

    __ Gagnons le silence leste

    De la plaine et ses

    Réflexes de trains

    Repérés parfois

    Comme jouets de fées

    Projetés d'une main vague

    A travers la suffisance des blés

 

    __ Détalons sans talent

    Chancelants et hilares

    Comme surpris par

    Un resserrement de bonbonnière

    Glissons-nous dans l'entrebâillement des fumées

    Entichons-nous de l'oiseau

    Envahissons la file de l'air

 

    ___ Sautons dans le dernier sursaut du vent

    Comme dans une calèche folle d'avoir déjà traversé des pays

    Fulguré dans les poussières

    Frôlé les tableaux-chats de Foujita

    Survolé la placidité des choux-palmistes

    Exalté la grandiloquence des séquoias

 

     _______________ Cherchons d'invraisemblables chemins

                                               Par les coulées de nuit                                                       

                                               Pétillants bavardages

                                               Nés d'éprouvettes de verdure

                                               Des jeux de peaux 

                                               Par les suppliques des cascades

                                               Fignolons-nous des regards

                                               Chauds malicieux

                                               Et comme enfantins

                  

                                                Puis nous couperons des citrons en quartiers

                                                Emincerons des ciboules

                                                En plissant les paupières de plaisir

         



#35 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 915 messages

Posté 18 février 2019 - 06:53

_____________  éloge de la lenteur
            car
    l'amour rapide fait dire n'importe quoi
                 (chant de basse-danse)

 

 

 

Sans rire ? Nous ferions tout ça ?

 

Vous,  Prince de homard
_ le vouvoiement revient comme glousse la vague
   sur l'infini beauté du velours,

 

Vous, 24ème du nom,
Jean-Bacille, pince de homard
dans l'héraldique océan,
de marais hardi parti par vents et dunes
conquérir son essaim docile,

 

Vous, votre Rachilde à vos côtés,
pleine d'un allant et d'un accord de
regards,
baguenaudant comme colliers
sur la peau,
bagues sur les dents du sourire,


Allant, tous deux, du vert au gris,
du vert-de-gris au gris-gris
de la mer,

 

de la tomme de sel aux tomes de savoirs,

 

du saut du lit au sot-l'y-laisse,

 

corps pleins de liesses
défendues,

par savoirs et escarmouches gentilles,
qu'en moussent les glaïeuls !


Que nous en serions rompus   _______

 

Quelques minutes seulement avant le jour,


le chronomètre du rêve en perles rares des amours,

 

 

Je pense au hardi de votre flûte,
tel Pan courant dans les marais,
Prince de homard,
de gueule, d'azur et de bling-bling,
côté court sur fond d'écailles,

 

_____ voyez le frisson de l'eau.

 

 

 

A la vérité tout écoulement du temps nous renvoie
à l'infinitude de notre départ.

 

Le hasard du jeu,
et de la main,
joli jeu de miroirs

 

___  satin blanc sur horizon qui poudroie.

 

 

 

N'y broyez, cher Pince, que soleils, soleils-oriflammes
sur amours interdites  ____

 

 

Faut-il qu'elle soit   --- la flamme          _pince folle

 

Quelques minutes seulement pour décortiquer mon
trouble.
Féminin.
Comme femme épile son sourcil  _____________



#36 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 803 messages

Posté hier, 12:18

                  ( Sizain de la cavale lente )

 

 

                   Si la lenteur se dit, on la pratique aussi: 

                   Sortir sur la terrasse est déjà un souci.

                   En pinçant pour l'alcool, ce soleil de la fange,

                   On fait fuir un tuyau pour se donner le change.

                   Quand la caraf' passe l' homme marc boit à l'oeil

                   Comment mieux cavaler qu'au fin fond d'un fauteuil?!



#37 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 915 messages

Posté hier, 06:28

Tirade de la cavale

 

 

Toi, __  mon samouraï fou des chats, œil bagarré duTzigane

Toi, __   mon poète-clef, mon Nikita, mon Pascal et mon Quignard réunis

Toi, __  androgyne et félin sur le toit du Monde

Toi, __  que lapent dunes, même ivres _

 

Toi, __  mon stylo à plumes, mon Quetzalcóatl, Quetzalcóatl, Quetzalcóatl,

               Escher et Sichuan dans un même schème

Toi, __  mon Villon vilain encravaté de soleils                   *
              Ma coquille perdue  ___   (vois dans le ciel  


Les citronniers sont tout tristes, les tabloïds impatients

En larmes, les bruyères parlent de toi


Toi, __   perclus de belles-lettres, tel le rhumatisme de l'océan quand il devient
Breizh !

Toi, __  mon Breton bretonnant perdu, affalé de Saint-Phalle, au fin fond d'un

fauteuil
              Corps et âme constellés par l'alcool
         Que vagues doutent jusqu'à en vouloir se jeter
               de la Pointe du Raz !

 

Mon Finistérien de Bohème,
Projectile des Soleils,

Mon nombril-tous les matins du monde
       sur un orage de soie

 

Mon embonpoint des jours maigres,
Mon Empereur,  _ des bulbes, des bulles, et des savons
Toi,        __ mon re-Nikita

 

Reviens, gonflé d'ardeurs et de filouteries.
___  Laisse le verre !      A son évier.

Lève-toi,

________   sans toi, le vers baille !



#38 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 803 messages

Posté hier, 08:06

                     ( Cavale: La Révélation )

 

 

      Je marche dans la rue, je vais incognito...

      Pour cavaler en paix, chaque détail importe:

      Quand un individu douteux - tête à toto

       Fuse... Vite! L'ombre d'une cochère porte!...

       De temps en temps, j'agite un petit revolver

       D'un beau bleu de corbeau, je clame quelques vers...

       Cela suffit souvent à chasser le fâcheux

       Qui s'en va tout courant, criant: " Ah! Mes aïeux!"

 

___Pour mieux dissimuler ma face burinée

      Je me suis encapé, j'ai mis un masque blanc.

      Mais vite les enfants! Mais vite les parents!

      Rappliquent en braillant:: "Ah! Quelle âme bien née!

      Ah! Mais c'est D'Artagnan! Ou bien c'est Fantômas!

      Celui qui papillonne aussi bien qu'un mimas!

      Mais où est Juvette, ludionne blondasse,

      Celle qui vous pourchasse à travers monts, terrasses?!

      Elle, bien hattifée de son vertugadin,

      Ou en jeans de bure, en nonne de jardin

      Se la joue Milady, minaude, pas sympasse!

      En vacances, les gosses, il faut les occuper,

      Pas toujours la tablette! Y a rien à la télé!

      Seul, faîtes-nous des tours, ou bien quelques grimaces!..."

 

___Cavaler simplement n'est pas une gageure.

      Qui veut voyager loin, révèle sa nature.

      Pas besoin pour cela de se grimer la hure,

      D'étaler sur nos vers sirops ou confitures,

       Poètes maniérés, amateurs de sabirs,

      De grincer de la plume et couiner de cobir

      De triturer la langue ainsi qu'un chewing-gum

      Pour mieux la resuçer en vieux buveur de rhum.

      Je serai chevalier à la forte carrure,

      Au regard limpide, tel lac sous la froidure,

      De mon flûtiau je charmerai rues, avenues,

      En Lady Godiva, tu galoperas nue!

 

       



#39 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 915 messages

Posté aujourd'hui, 06:07

.

(cavale-osons)

 

 

 

Monsieur, laissez tomber la rime

 

ensemble, sauvons les horizons flous de la nudité,
libres comme huîtres et pupitres, ___ vers sans souffrances

 

Mallarméens comme fleuve dans l'immensité du hasard
et l'ivresse naturelle du gros temps

 

espaces sans guillemets ni escarpements,
griffés, raturés, écrits à l'argile, sur l'arête de la pierre

 

tel un frisson spontané et sans remède dans le flot
du re-frisson

 

à l'orée de la couche  ________

 

 

et repères abolis des plus lourds textes de l'humanité
dans les enchaînements célestes des hiatus et des constellations
sur la quintessence osée de la peau  ________  soyons !

 

 


Drapés, encapés, hugues invisibles, brillons d'amour et non de rimes
sur les traversées éméchées du temps

 

chevauchant walkyries et garrigues quichottées sous la lune

 

combattant avec dextérité les moulins de Daudet,
les mouchoirs de Cholet, - sauf à pleurer de rire ou d'amours

 

nous valant pas à pas pichenettes sur la joue
et rillettes de tourteaux

 

dartagnanesques les escarmouches ne sont qu'échardes,
insectes ou farines


au comparé de la flamme et du souffle

Viendra l'heure     (qui pourra le dire)   _______

 


En souvenance de la Cavale Dorée
nous nous accorderons quelques points de bombances


Souffle,   repos des tourtereaux

et l'odeur de la quiche ________  Aux fruits de mer

 

 


Sur un lit de graines, défaisons les tabous

 

Calligraphiées avec notre sueur les plus belles anthologies
d'amour

 

Qu'aucun gendarme de la police des mœurs ne saurait
jamais nous voler !

 


______   les gouttes sucrées m'en perlent encore

                  Milady jusqu'au bout des quenottes !

 

 

      Le grain perdu sur mon ventre dit que je suis nue