Aller au contenu

Photo

En cavale


  • Veuillez vous connecter pour répondre
66 réponses à ce sujet

#31 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 16 février 2019 - 08:01

.

 

 

               (sur les rails de traverse)

                  cavale extraordinaire

 

 


Arrête arrête ton chat ! le train n'est pas docile.
Bientôt, bientôt, il sera temps, mon cher Basile.

 

Tu prends ton air sage, tandis que je m'épile
Entre rails et cailloux, mes orteils sentent l'huile,
Solaire comme un champ de graines, – hydrophile.

 

Nous volons dans les airs, rien ne nous horripile
Les soleils sentent bon. Par-delà ciels, la ville,
Son soleil, cou coupé ! Oh ! Quel vaste missile !
Il m'en souvient encor', le temps c'est de l'argile.

 

Le plus profond fossé garde toujours fossile,
Incandescent, décent, comme flamme, __ fébrile,
Tandis que passent jours échappés de l'asile.
Tendres et fugitifs, Un, comme indélébile,
Enroulés sur le vent, coquillage héliophile _____

 

Nous flottons, nous buvons, retenus sur notre île,
Juste nous et ton chat, nous et mon singe Feel,
Et nous, et l'eau et l'air, point, pas un crocodile,
Quatre pattes d'oies, rien, à te devoir, Virgile.

 

Au mitan du sable, un vin chaud et labile
Disperse nos effets. Frais et nu, comme anguille,
Tu trouves ton chemin, oui, un peu malhabile,

 

Tandis que je ricane et ris, ris, œnophile
De rires. Vas-tu me laisser, cœur vibratile   ___



#32 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 16 février 2019 - 11:13

                            ( Verticale cavale )

 

 

                                         Haut

 

 

                       Dans ce jour de taille médiocre

                           Tremble de toutes ses

                               Paillettes dorées

                                 Son petit haut

 

                             Et les deux pommes

                                 Qu'il contient

 

 

                         ___Gardées pour une autre soif?

                                 Une autre discorde?

                                 Car elle s'éloigne

                                 Dans un bouillonnement d'ombres

                                 Ses mains en émeute de bagues

 

                                                 Les herbes

                                        Mal élevées

                                                            Pimentent son jeu

                                                  De jambes

                                 Murmures / Vibrations poudrées / Gammes graciles

                                 Tandis que le

                                                          Vent s'en mêle joue

                                                       Surjoue

                                             De son parfum haut de galbe

 

                                                        Et tout soudain

                                          Le ciel est un incendie de faïence



#33 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 17 février 2019 - 07:18

.

      (Welcome)

 

 


Chevilles assurées,
  effacée jusqu'au sol,
     elle salue  _____
Allure a minima  ____

 

Ses fines hanches s'effacent,
les bouches applaudissent,
axel d'un Nouveau Monde
  Spectacle de l'inouï  ____

 

Les eaux des réverbères,
  cratères d'une seule pluie
emplissent les ruelles,
     Elle danse  _______
     Cœur emmêlé  ______

 

De laines, de chants, et de nuées
   d'oiseaux  __
     que veille le chat

 

Le jour marchande,
  bulbes et jonquilles,
  polars et mandarines
Le soleil devenu fou
  joue avec son ombre
     Elle danse  ____

 

Flammèches dans les cheveux,
Ses jupes en pleurs    ___



#34 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 17 février 2019 - 11:40

                     ( Folle cavale )

 

 

    Déguerpissons

    Ma mie ma douce ma bonne

    Ma Rachilde ma dragonne

    Héraldiques

    Par les bruyères patientes

    Sous le ciel indisposé 

    Du vol bleu des corbeaux

    _____Pourtant peu scrofuleux

 

    Hâtons-nous

    Dans la lumière d'écailles mauves

    Que

    Les portes-cochères nous accordent

    En de chiches averses

    Par cette rue indiciblement sale

    ______Et en perte rapide de voix

 

    Quittons sans regret

    Les barbons et les barbonnes

    Aux longs manteaux d'étincelles figées

    Aux lentes litanies d'effraies

    _______Hurlant vers la fraîcheur des venelles

 

     

    __ Gagnons le silence leste

    De la plaine et ses

    Réflexes de trains

    Repérés parfois

    Comme jouets de fées

    Projetés d'une main vague

    A travers la suffisance des blés

 

    __ Détalons sans talent

    Chancelants et hilares

    Comme surpris par

    Un resserrement de bonbonnière

    Glissons-nous dans l'entrebâillement des fumées

    Entichons-nous de l'oiseau

    Envahissons la file de l'air

 

    ___ Sautons dans le dernier sursaut du vent

    Comme dans une calèche folle d'avoir déjà traversé des pays

    Fulguré dans les poussières

    Frôlé les tableaux-chats de Foujita

    Survolé la placidité des choux-palmistes

    Exalté la grandiloquence des séquoias

 

     _______________ Cherchons d'invraisemblables chemins

                                               Par les coulées de nuit                                                       

                                               Pétillants bavardages

                                               Nés d'éprouvettes de verdure

                                               Des jeux de peaux 

                                               Par les suppliques des cascades

                                               Fignolons-nous des regards

                                               Chauds malicieux

                                               Et comme enfantins

                  

                                                Puis nous couperons des citrons en quartiers

                                                Emincerons des ciboules

                                                En plissant les paupières de plaisir

         



#35 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 18 février 2019 - 06:53

_____________  éloge de la lenteur
            car
    l'amour rapide fait dire n'importe quoi
                 (chant de basse-danse)

 

 

 

Sans rire ? Nous ferions tout ça ?

 

Vous,  Prince de homard
_ le vouvoiement revient comme glousse la vague
   sur l'infini beauté du velours,

 

Vous, 24ème du nom,
Jean-Bacille, pince de homard
dans l'héraldique océan,
de marais hardi parti par vents et dunes
conquérir son essaim docile,

 

Vous, votre Rachilde à vos côtés,
pleine d'un allant et d'un accord de
regards,
baguenaudant comme colliers
sur la peau,
bagues sur les dents du sourire,


Allant, tous deux, du vert au gris,
du vert-de-gris au gris-gris
de la mer,

 

de la tomme de sel aux tomes de savoirs,

 

du saut du lit au sot-l'y-laisse,

 

corps pleins de liesses
défendues,

par savoirs et escarmouches gentilles,
qu'en moussent les glaïeuls !


Que nous en serions rompus   _______

 

Quelques minutes seulement avant le jour,


le chronomètre du rêve en perles rares des amours,

 

 

Je pense au hardi de votre flûte,
tel Pan courant dans les marais,
Prince de homard,
de gueule, d'azur et de bling-bling,
côté court sur fond d'écailles,

 

_____ voyez le frisson de l'eau.

 

 

 

A la vérité tout écoulement du temps nous renvoie
à l'infinitude de notre départ.

 

Le hasard du jeu,
et de la main,
joli jeu de miroirs

 

___  satin blanc sur horizon qui poudroie.

 

 

 

N'y broyez, cher Pince, que soleils, soleils-oriflammes
sur amours interdites  ____

 

 

Faut-il qu'elle soit   --- la flamme          _pince folle

 

Quelques minutes seulement pour décortiquer mon
trouble.
Féminin.
Comme femme épile son sourcil  _____________



#36 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 19 février 2019 - 12:18

                  ( Sizain de la cavale lente )

 

 

                   Si la lenteur se dit, on la pratique aussi: 

                   Sortir sur la terrasse est déjà un souci.

                   En pinçant pour l'alcool, ce soleil de la fange,

                   On fait fuir un tuyau pour se donner le change.

                   Quand la caraf' passe l' homme marc boit à l'oeil

                   Comment mieux cavaler qu'au fin fond d'un fauteuil?!



#37 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 19 février 2019 - 06:28

Tirade de la cavale

 

 

Toi, __  mon samouraï fou des chats, œil bagarré duTzigane

Toi, __   mon poète-clef, mon Nikita, mon Pascal et mon Quignard réunis

Toi, __  androgyne et félin sur le toit du Monde

Toi, __  que lapent dunes, même ivres _

 

Toi, __  mon stylo à plumes, mon Quetzalcóatl, Quetzalcóatl, Quetzalcóatl,

               Escher et Sichuan dans un même schème

Toi, __  mon Villon vilain encravaté de soleils                   *
              Ma coquille perdue  ___   (vois dans le ciel  


Les citronniers sont tout tristes, les tabloïds impatients

En larmes, les bruyères parlent de toi


Toi, __   perclus de belles-lettres, tel le rhumatisme de l'océan quand il devient
Breizh !

Toi, __  mon Breton bretonnant perdu, affalé de Saint-Phalle, au fin fond d'un

fauteuil
              Corps et âme constellés par l'alcool
         Que vagues doutent jusqu'à en vouloir se jeter
               de la Pointe du Raz !

 

Mon Finistérien de Bohème,
Projectile des Soleils,

Mon nombril-tous les matins du monde
       sur un orage de soie

 

Mon embonpoint des jours maigres,
Mon Empereur,  _ des bulbes, des bulles, et des savons
Toi,        __ mon re-Nikita

 

Reviens, gonflé d'ardeurs et de filouteries.
___  Laisse le verre !      A son évier.

Lève-toi,

________   sans toi, le vers baille !



#38 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 19 février 2019 - 08:06

                     ( Cavale: La Révélation )

 

 

      Je marche dans la rue, je vais incognito...

      Pour cavaler en paix, chaque détail importe:

      Quand un individu douteux - tête à toto

       Fuse... Vite! L'ombre d'une cochère porte!...

       De temps en temps, j'agite un petit revolver

       D'un beau bleu de corbeau, je clame quelques vers...

       Cela suffit souvent à chasser le fâcheux

       Qui s'en va tout courant, criant: " Ah! Mes aïeux!"

 

___Pour mieux dissimuler ma face burinée

      Je me suis encapé, j'ai mis un masque blanc.

      Mais vite les enfants! Mais vite les parents!

      Rappliquent en braillant:: "Ah! Quelle âme bien née!

      Ah! Mais c'est D'Artagnan! Ou bien c'est Fantômas!

      Celui qui papillonne aussi bien qu'un mimas!

      Mais où est Juvette, ludionne blondasse,

      Celle qui vous pourchasse à travers monts, terrasses?!

      Elle, bien hattifée de son vertugadin,

      Ou en jeans de bure, en nonne de jardin

      Se la joue Milady, minaude, pas sympasse!

      En vacances, les gosses, il faut les occuper,

      Pas toujours la tablette! Y a rien à la télé!

      Seul, faîtes-nous des tours, ou bien quelques grimaces!..."

 

___Cavaler simplement n'est pas une gageure.

      Qui veut voyager loin, révèle sa nature.

      Pas besoin pour cela de se grimer la hure,

      D'étaler sur nos vers sirops ou confitures,

       Poètes maniérés, amateurs de sabirs,

      De grincer de la plume et couiner de cobir

      De triturer la langue ainsi qu'un chewing-gum

      Pour mieux la resuçer en vieux buveur de rhum.

      Je serai chevalier à la forte carrure,

      Au regard limpide, tel lac sous la froidure,

      De mon flûtiau je charmerai rues, avenues,

      En Lady Godiva, tu galoperas nue!

 

       



#39 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 20 février 2019 - 06:07

.

(cavale-osons)

 

 

 

Monsieur, laissez tomber la rime

 

ensemble, sauvons les horizons flous de la nudité,
libres comme huîtres et pupitres, ___ vers sans souffrances

 

Mallarméens comme fleuve dans l'immensité du hasard
et l'ivresse naturelle du gros temps

 

espaces sans guillemets ni escarpements,
griffés, raturés, écrits à l'argile, sur l'arête de la pierre

 

tel un frisson spontané et sans remède dans le flot
du re-frisson

 

à l'orée de la couche  ________

 

 

et repères abolis des plus lourds textes de l'humanité
dans les enchaînements célestes des hiatus et des constellations
sur la quintessence osée de la peau  ________  soyons !

 

 


Drapés, encapés, hugues invisibles, brillons d'amour et non de rimes
sur les traversées éméchées du temps

 

chevauchant walkyries et garrigues quichottées sous la lune

 

combattant avec dextérité les moulins de Daudet,
les mouchoirs de Cholet, - sauf à pleurer de rire ou d'amours

 

nous valant pas à pas pichenettes sur la joue
et rillettes de tourteaux

 

dartagnanesques les escarmouches ne sont qu'échardes,
insectes ou farines


au comparé de la flamme et du souffle

Viendra l'heure     (qui pourra le dire)   _______

 


En souvenance de la Cavale Dorée
nous nous accorderons quelques points de bombances


Souffle,   repos des tourtereaux

et l'odeur de la quiche ________  Aux fruits de mer

 

 


Sur un lit de graines, défaisons les tabous

 

Calligraphiées avec notre sueur les plus belles anthologies
d'amour

 

Qu'aucun gendarme de la police des mœurs ne saurait
jamais nous voler !

 


______   les gouttes sucrées m'en perlent encore

                  Milady jusqu'au bout des quenottes !

 

 

      Le grain perdu sur mon ventre dit que je suis nue



#40 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 20 février 2019 - 07:53

   ( Cavale de l'amplitude funamburlesque )

 

 

                                                                                                            Aventurière 

 

   [ Allée des premières rages ]

 

 

                                                                                                       Bijoutée Pimprenée

                                                                                                    Elle s'avance dans l'allée

                                                                                                     Qui se dérobe souvent

                                                                                                     _______Carnaval d'ombres

                                                                                                     D é v e r s é e s par les ormes

                                                                                                                   Tremblants

 

                                                                                                           Bijoutée Pimprenée

                                                                                                           Parfumée Enluminée

                                                                                                   Elle s'avance et crie dans l'allée

                                                                                                       Qui souvent se défausse

                                                                                                       ________Glissades de sable

                                                                                                       Que le brouillard avale

                                                                                                        Sous le bavardage figé

                                                                                                                     Des tilleuls

 

                                                                                                                Bijoutée Pimprenée

                                                                                                          Parée de fumées Enlupinée

                                                                                                             Elle file à travers pluies

                                                                                                              De l'allée qui s'épuise

                                                                                                               En masques surannés

                                                                                                      Excipant d'une jeunesse à inventer

                                                                                               

                                                                                                       ______Et comme l'action

                                                                                                                Mène à la vérité nue

                                                                                                                       Pour qu'à la distance

                                                                                                                     Où l'on peut lever sa chance

                                                                                                                 Il n'y ait aucune barrière

                                                                                                            Elle se glisse _ Affirmation fraîche

                                                                                                            Au sommet de la plus haute tour

                                                                                                                        Danseuse de cordes

                                                                                                                        Trissant de soupirs

 

                                                                                                                  _ _De clocher en clocher

                                                                                                                         Elle va hanter le ciel

                                                                                                                         Etendant son désir

                                                                                                                    Tirant les coeurs après elle

 

                                                                                                                        Bijoutée Pimprenée

                                                                                                            Pirouettée Réclamée Enfrissonnée

                                                                                                                 Ensyllabée Déclamée par le vent

                                                                                                                           Destination nuit

                                                                                                                           Jusqu'au premier

                                                                                                                           Phare de sa vie

                                                                                                                              Qui jongle

                                                                                                                            Nerveusement

                                                                                                                          Avec ses faux soleils

 

 

                                                                                                                                                                                           [ Avenue des Grandes Marées ]



#41 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 21 février 2019 - 06:30

.

 

Tout se passe dans le silence de la Règle,
hormis le rire, le bavardage des ombres
et les bâillements feutrés des tilleuls alanguis

 

Ensemble, nous buvons les éléments,
le feu, l'air, l'eau, la terre, et le vide,
silences en plus  _____   

dans la concordance des corps

 

Jaunes et vertes, les perruches
nous observent, envieuses


Les soleils dardent toujours leurs rayons,
rouges et jaunes,
enfoncent le clou des ombres

 

A ce point tel ! que l'Anima
stimulé par les gesticulations de l'Iroise
    pâme nos émois _______

 

L'Anima, déperruqué, décoiffé, par l'audace
de l'ombre filée   ____

 

 

 

Plus bas sur la Terre,
l'Oiseau Noir de l'Anatomie  __
Réclame nos papiers :
_  Madame, Monsieur, coït défendu !
    Larousse aussi !
    On n'éparpille sa semence,
    que pour enfant faire !
    Et chenilles compacter !

 

[Ah ! Bon !
On dirait un enfenfoir,
un enfumé  _________]

 

 

 

Dans la fumée, alors, subsiste un point d'interrogation
Que sont pâmoisons et bijoux, p
olarités aiguës ?

 

D'alors en alors, d'ailleurs en ailleurs,

de marées en marées, l'objet d'amour

se transforme


Dans un ensemble d'excitations, couleuvres filées,

saisir d'un seul allant tous les phares dressés !

 

Venus de l'extérieur, et de l'intérieur à la fois !

 

Sueur contre sueur, avoir le choix personnel et intuitif

de la co-incidence

 

Tes mains sont longues comme des anguilles   _____



#42 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 21 février 2019 - 07:49

              ( Escale au soleil / Carte de cavale ) 

 

 

                                                                              Le jour s'écrit bien

 

 

                                                                               Jour de soleil

                                                                       Accroché à la falaise iodée

                                                                         

                                                                        Sur l'un de ses flancs

                                                                                Aux amours successives

                                                                                      La passerelle en frisson esseulé

 

                                                                           Un essentiel s'écrit

                                                                                  En lettres de fougères

 

                                                                          De longs cheveux cassés

                                                                                  Grandissent sur la mer

                                                                                        Bien au  loin  la forêt

                                                                                             S"acquitte de son brouillard

                                                                                     Et le bel horizon                                                    

                                                                                                    V e i n e s  o u v e r t e s

                                                                                                             Etend ses couteaux bleus

 

                                                                                  Vaste étendue de sable

                                                                                   Des rêves bouillonnés

                                                                                   Aux abandons-diamants

                                                                                   Les fines marionnettes

                                                                                   En pleins en déliés

                                                                           Verts jaunes rouges roses bronzés

                                                                                    Les haillons de mouettes

                                                                                        En hélices de flaches

                                                                                          Presque sucrées_____

                                                                                   Ivres du vent de plage

                                                                                       Epistolier en verve

 

                                                         _____

                                                                        -" Regardez bien le vent toujours sur le motif

                                                                            Où vous écrira-t-il aux prochaines vendanges?"

 

    



#43 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 22 février 2019 - 06:42

                             (mon petit mot sur la carte)

 

 

Je n'ai beaucoup à rajouter, bel Abélard  a tout dit    ___

 

Nous nous dirigeons, confondus, vers l'île aux Trois Roches,
Apo, Héloïse, Dionysos et nous, unis comme des sardines.
Ah ! ce qu'on est serrés....

 

Le vent d'Iroise galope, arômes fleuris, les nectars enivrent..
En dire davantage  ?    _____________  

 

 

 


PS – (le seul restant)    / 

 

Les soleils sonnent l'heure, Apo va bien, la grippe se passe,
l'eau coule sous le pont, nous  _ mirabeau-temps-de-bonheur,

jouons avec les violons, les saxos 

 

            ___ les turquoises nous saluent

 

Nous refaisons l'Histoire, la Géographie, et même l'Anatomie

   _    que crainte ne tombe jamais
quant aux ardeurs masculines de mon bel-aimé   _____



#44 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 22 février 2019 - 03:52

        ( Carte-cavale éclair

          Ecrite et chantée du "Ponton Apo " )

 

 

 

                                                                                                 Sirène    

 

 

 

 

                                     

 

 

                                                                Et l'unique corps beau des trempettes marines

 

 

 

 

 

 

       Ps:  Pour effacer les effets d'une grippe _ peu propice aux effusions poétiques, il est recommandé de se jeter dans l'océan, par une eau raisonnablement glacée. Entre les quintes de toux, il sera procédé, d'une voix de soprano, ou de mezzo-soprano, à l'interprétation de quelques lais de Hattie de France ( LaüsticLes Deus AmanzLi Amur à li plazge, Kruztascés et Koquillazges - Liste recommandée mais non contraignante ). 

            Pour peaufiner la thérapie, la chanteuse aura pris soin de disperser autour d'elle quelques litres de chouchen Bio ( compter 15 euros environ l'unité ), des bourgeons d'herbe aux chantres ( 10 euros les dix grammes ), de la poudre de nénuphar blanc ( 5 euros la feuille, 20 euros le pressoir à chaleur ), et des rondelles de citron non traités, ni avant ni après récolte ( coût négligeable ). Prévoir une quantité relativement importante de ces produits phytosanitaires car la vague est taquine, car le crabe est gourmand.



#45 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 22 février 2019 - 04:48

Je me sens déjà aller beaucoup mieux.


Vous demeurez, incontestablement, Monsieur, mon apo-thicaire préféré.

 

Je me sens comme émoustillée, émoustillante et, dans les jours à-venir, 
si les maux m'en laissent loisible, ne m'ennénupharerais-je point un peu avec vous ?

 

Hasta la grippa !



#46 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 23 février 2019 - 01:44

.

 

Apo-strophes de bon goût

 

 

 

Ôtez vos doigts du nez !
Voyez votre Apolline,
Voyez la bigoudène
Dans son je passionné

 

La buveus' de chouchen
Tenir la dragée haute
A la buveus' d'urine !

 

La premièr' enfiévrée
Fignoler le sushi.... ___
Et l'autre, quelle faute !
Mordant dans le mochi,
Confondr' Père Fouras
Avec Père Bourras  __

 

Quelles quelconqueries !
Reprenez  donc du riz 
!



#47 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 23 février 2019 - 11:12

       ( Cavale poétiquement incorrecte )                        

 

 

                                                                               L'amour à la renverse

 

 

 

 

 

 

                                                                                         Quand la course effrénée se défait, monotone,

                                                                                         Que le chemin suivi ne met plus en émoi, 

                                                                                         Nous jetons pied à terre, bousculant l'air atone.

 

                                                                                          Tu sors ton éventail et cache ton minois;

                                                                                          Tu me dis un sonnet de ta voix spontanée:

                                                                                          Et se brise l'ennui, et scintille l'année.

 

                                                                                           Volent tes cils, ton chant noué au sentiment.

                                                                                           Lors, d'un lent entrechat, tu étires l'espace...

                                                                                           Un souffle, un miaulement, aucun ange ne passe,

                                                                                           La brise, la rosée s'enlacent gentiment.

 

                                                                                            Pour dévaler au mieux ta gorge conversant,

                                                                                            Je chasse ton corsage, et ton jupon délace...

                                                                                            Ta voix devient filet, ta bouche se fait nasse!

                                                                                            Dame! Oh! Vrai! Ton sonnet! Comme il est renversant!



#48 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 24 février 2019 - 08:16

.

Reliefs d'une crise de jalousie au long cours de la cavale

 

    (tenez le fil d'Ariane, ne vous y perdez pas)

 

 


Tu as l'art du guerrier, du félin, du samouraï   ___

 

Tu joues avec le grain de ma toux,
tu poses ton sabre sur le fil de mon cœur,
tu auscultes mon sein, tu ronchonnes,


tu dessines sur ma peau avec ton calumet,
tu fais des voyages............

élixirs amoureux …............


Tu as l'âge des allumettes, des plus fines chaussettes,
tu ne choisis ni Léontine, la croqueuse de mochis,
ni Apolline, la suceuse de sushis,

 

tu préfères Ivan Ivanovitch !  cassandre rousse
d'un vieux boyard de Russie    _____


___     attigé, démâté
___     épilée à la cire
___     rentré dans les Ordres
___     enchantée des cuissardes !
___     nu comme quille dans la Volga
___     pincée de tous ses airs, -follets faux-soleils
               - ça vaut soleil cou coupé, non ?
___     attristé comme vague
              (plate, crabe cent-pattes)
___    élégante raffinée
___    rouillé, délaissé, comme vieux paquebot

 


On ne sait plus qui fait qui qui fait qui qui fait qui fait qui
Kiffer qui ?

 

C'est du yaourt ! De la liqueur d'opium !

 

Apostat ! d'un amour contrarié  ___

 

Renversés sur le lit de la chair   ___

 

Les sirènes....  Vont hurlantes :

 

  ___   ' c'est le pompon ! '



#49 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 24 février 2019 - 08:06

    ( Cavale citadine )                                                                   Brouiller les pistes

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                 Souffle court

                                                                                                               Et sourire en coin

                                                                                                              Souffle extravagant

 

                                                                                                                   Il faut glisser

                                                                                                                  De par les rues

 

                                                                                                 La ville est toute en turbulences moites

 

                                                                                                                 Devant nous un type

                                                                                                             A un crâne lisse tout lisse

                                                                                                                  Si lisse qu'on dirait

                                                                                                                   Celui d'un phoque                                      

                                                                                                        Les lumières y jouent cruellement

 

                                                                                                                    Le ciel au bord de l'oeil

                                                                                                           Se   glisser  de  p l a c e  e n  p l a c e

                                                                                                            Se déplacer comme le parfum

                                                                                                     Rouge de ton sourire derrière son éventail

                                                                                                                          Brouiller les pistes

 

                                                                                                                        Le temps d'une danse

                                                                                                La pluie et ses multiples escarpins

 

                                                                                                 Les véhicules bondissent parfois

                                                                                                      En trajectoires-paniques

                                                                                                Parmi les éclaboussures de lumières

                                                                                                             Lueurs cannibales

 

                                                                                                       Allez allez allez il faut reprendre

                                                                                                       Comme si de rien n'était   laisser

                                                                                                        Les ruisseaux en transe disperser 

                                                                                               Nos traces       hisser   nos rêves

                                                                                                  Au-dessus des vitrines à sang froid

                                                                                                       Où souvent vient pianoter

                                                                                                                 Un soleil griffu



#50 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 25 février 2019 - 01:20

.

 

(soupir-sonnet brisé dans le flot de la réconciliation)

 

 

 


Je me saoule avec toi, immense est la Volga ! Tu es mon caviar, da,
mon cosaqu' dévêtu, les neiges sont en fleurs, le citronnier pointu,
et je crawl en cordée,

 

                   _____   Les genièvres, mon gars, plantent leurs racines,

leurs sueurs de nougat,  __  marea jacta est, passe le bélouga ! 
Nos corps électrisés par la même vertu, couronnent les marsouins,
sifflent                 _____ turlututu !

 

Un peu de corps... Encore un peu...  L'alexandrin a  pris son temps,
sorti son jeu. Lors, sauras-tu dénicher l'oisillon au cœur du seringat,
combler mon appétence-enivrer mon parfum,

 

Et nous envolés          seuls,      _____  nus dans la taïga,                                                              
  faisant de nos baisers un petit mais... goûtu.



#51 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 26 février 2019 - 12:01

            ( Cavale crade )                                                          Le sonnet inachevé

                                                                                       (et le poète sonné)

 

                        

 

                                                                      Comme je descendais une impossible pente

                                                                      Je ne me sentis plus aidé par mon pur sang

                                                                      Il avait confondu le fossé et la sente

                                                                      Et me fit décoller tel propos indécent

 

                                                                      Lors j'ai pirouetté et roulé jusqu'au bas

                                                                      J'ai perdu mon stylo mes feuillets et mon dire

                                                                      Des badauds rigolaient me croyant en nouba...

                                                                      ...Et mon vers s'est b

                                                                                                        r

                                                                                                           i

                                                                                                              s

                                                                                                                é

                                                                                                                   en       grands

                                                                                                                                           éc

                                                                                                                                                 lats

                                                                                                                                                         de 

                                                                                                                                                                r

                                                                                                                                                                   i

                                                                                                                                                                          r

                                                                                                                                                                                e



#52 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 26 février 2019 - 07:04

.

 

Poème mallarméen froissé sur la page, et de circonstances


       ________   Masques

 

 


Mon amant impatient, ton vol plané atteint
                                            l'acmé,

 

Point effervescent, tout hiatus, tout élan
illumine la sombre angoisse. L'oisillon
tombé        du nid     _______

 

nous happe, nous traîne, ton regard en dit large.

 

Derrière ton masque, tu caches ton fiasco,
                                         des mots,

des lettres, des mots, toujours des lettres, codex
                    brisé  de l'encre  _____

 

Plus rien ne rime, plus rien ne compte, tout se défait
                      
           SAUF
                     l'écho de ton transport

 

 

 


----------------------------------------------------------

 

PS /

__  Hé, Poète, tu descends ?
__  Pour faire quoi ?
__  Relever le boyard !



#53 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 26 février 2019 - 11:55

      ( Cavale marchande

         Intermède à la manière deux                                                   Poète de rue

         Quatrain du 26 février )                                                             (Pas de fossé!)

 

 

 

                                                                                                       Ben, Moi! Perso, faut que je vête

                                                                                                       Veste de poète d'Elbeuf,

                                                                                                       Et que je vende à la sauvette

                                                                                                       Mon quatrain frétillant, tout neuf!

 

 

 

 

                                     [ PS: le Boyard a qu'à être plus fumeux. Ben, ce poète, là, il se relèvera plus vite! ]

                                                                                                   



#54 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 26 février 2019 - 03:09

.

 

                    Vendre ? A la sauvette !

 

 

 

 

Laissez choir boyards et cigares, l'enfumage vous fait triste mine, mon
Ami, et petits yeux.

Il est fait bruit, hors d’Elbeuf, d'un carnaval mystérieux. Posés sur cintres, des habits,

___  des manteaux, des fourrures, des dentelles, des tissus de brocards,
            des frissons de velours, d'argent, d'azur, et de gueules,
      cousus ors.
           Des sinoples ahurissants...
     Quatre rivières de diamants, Nord, Sud, Est, Ouest...........

 

          Soleils, et chers, si chers ailleurs,
fiers habits,
     ___  transformées... les fourrures en fous-rires !
Ô, Spectacle hallucinant !

 

Drapé dans votre dignité, le p'tit pantalon noir vous fait
          hum....     un p'tit fessier ..........     



#55 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 26 février 2019 - 07:28

    ( Complexité de la cavale )                                                             Figure de proue

 

 

 

                                                                                                         

 

                                                                                                               On vous croyait en train

                                                                                                                 De tripoter des étoffes

                                                                                                                 De humer des bijoux

                                                                                                                 D'anoblir des lys blancs

                                                                                                       De siroter un imprévisible philtre

                                                                                                                   Et tout soudain

                                                                                                         Vous voici à la proue d'un navire____

 

                                                                                                          Par l'onde souveraine

                                                                                                                    Accrochée au bastingage

                                                                                                          La verte robe à parements dorés

                                                                                                                     Largement ouverte

                                                                                                                     Offrant follement

                                                                                                                     Au soleil conquérant

                                                                                                                     Avide d'un premier serment

                                                                                                               Vos seins    si ronds    si blancs_____

 

                                                                                                               Et criant parmi le vent

                                                                                                              _ Qui se fend d'un cliquetis

                                                                                                                  De rapières à l'entrechoc _

                                                                                                 Telle une mallarméenne récemment convertie

                                                                                                               _ Et d'une voix qui n'est pas vraiment

                                                                                                                                    De fausset:

                                                    

                                                                                          -" Je suis Hattie hantée. L'azur! L'azur! L'azur! L'azur!"

 

 

 

                                                                                                      _Exclamation qui fait surgir le commandant

                                                                                                         Tout tremblant lugubre et solennel

                                                                                                       _ Spencer blanc et pantalon noir serré

                                                                                                           Sur fessier imposant_:

                                                                                              - "Ah! Madame! Belle amante des flots

                                                                                                  Et des embruns taquins, vibrant ô combien!

                                                                                                  Pleine d'espoir et de désespoir mêlés

                                                                                                   Comme vous avez su évoquer la route infinie!

                                                                                                    ____________ J'adore!!!!!

                                                                                                   Mais diriez-vous, charmante enfant, que vous avez, pour

                                                                                                   Ce faire, usé d'une simple répétition, ou d'une épiphore ou bien

                                                                                                 D'une antépiphore, ou encore d'une énalepse, d'une anaphore, d'une

                                                                                            Anadiplose, d'une épanadiplose? Ah! Madame! Point ne me laissez en crasse

                                                                                          Ignorance, éruditionnez-moi, confiez-moi le secret que si beau sein et si                                                                                               expressif

                                                                                         Semble receler, beau joyau tétonné! FFFFFFFF! Ah! encore!????"

                        

                                                                                                     Et comme vous le toisez avec des yeux de Bengale, prête 

                                                                                                                A vous gausser de son zigzagant sourire, d'ajouter

                                                                                                                                         Ce marin gradé:

                                                                                              - "Ne croyez pas, Madame, qu'un capitaine de navire soit un

                                                                                                 Simple héros calme et tenant la barre d'une main sereine

                                                                                                 Il lui faut aussi le soir animer la conversation à la table

                                                                                                 Dite "du commandant". Cela nécessite donc des outils                                                                                                                           méthodologiques

                                                                                                  Performants...et le commentaire poétique n'est pas une mince affaire,

                                                                                                  Convenez-en...

                                                                                                  Hm...d'ailleurs où se trouve votre point G..hm...votre point "like", que

                                                                                                  je le cliquasse avec délicatesse.....

                                                                                                  _ Mais revenez, revenez!...J'ai mon pantalon noir serré, bon sang!

                                                                                                      Et tout le monde apprécie un bon petit "like", enfin!"



#56 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 27 février 2019 - 08:12

.

 

(complexité de la cavale / retournement)

 

 

 

  Lettre du Commandant lue par le Commandant

 

 

 

Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs, mes cher.e.s. croisièreu.e.S.e. x

 

 

J'ai décidé de me présenter. De ne pas laisser gonfler la rumeur.

 

Un dangereux psychopathe s'est infiltré dans la croisière, se faisant passer pour le Commandant de bord.

Ce dangereux maniaque mange à toutes les tables, rafle toutes les belles – Mesdemoiselles, Mesdames,
veuillez m'excuser si vous êtes encore là... –. Ce boulimique des mots profère, sur le dos de la Littérature,

des paroles insensées, scabreuses et incompréhensibles. Il signe ses méfaits d'un curieux pseudo, Le RUT
__ non, mademoiselle, pas Le Rat, Le RUT, comme HUTTE, sans H et sans E, un seul T et un R à la place...

R-U-T ; Le RUT, c'est bon, vous avez pris des notes ? __

 

Il signe, donc, ses méfaits d'un curieux pseudo, Le RUT, profitant du recueillement apéritif et poétique du soir

pour repérer ses prochaines victimes. En vue de les détrousser.

 

Hier au soir,  probablement, d'après ce qu'il a été possible de reconstituer, le faux-commandant (l'agresseur)

s'en est pris au Commandant de bord, le vrai –, Commandant Crapette. Le rouant de mots, d'insultes, de sons,
de chatouillis, de citations, de vers, dans une sorte d'hallucination auditive, hypnotique, et sacrée.
Jusqu'à

ce que petite-mort s'en suive. S'en prenant à sa vesture  ___

 

Nous venons de retrouver, ce matin, le commandant Crapette baignant dans la luxure, – veuillez noter le doux euphémisme –,

dépouillé de son pantalon noir (un peu trop serré sur un ventre proéminent, il est vrai, mais tout de même ....), amaigri,

flottant dans son petit spencer blanc,  si élégant... Une inscription sur la semelle de sa chaussure : ' Je CULBUTE '. Ah !

 

Si vous trouvez la réponse à  l'énigme, ou bien le petit pantalon noir, veuillez, svp, mes Amis, mes Amantes, mes  Enquiquinées...,

le rapporter à la Consigne, près de la Cabine du commandant.

 


Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs,

 

Nous devrons, peut-être, dans les jours qui suivent, affronter une forme de schizophrénie des sons, des mots, des anathèmes 

__  non, Mademoiselle, encore vous, ce n'est pas analthème, - ana/thème, nouveau ou autour du thème.... Voyez ? ! __.

 

Mais gardez votre calme. Les issues de secours ne servent à rien. Les canots pneumatiques, pas davantage.  On garde le regard droit,

face à l'Ouest,toute ! Hardi, - les gars !  Vire au guindeau ! Adieux Bordeaux !  Bouches et oreilles prêtes à la riposte ! Comme on dit

dans le jargon de  la marine, les escoutilles ouvertes !

 


Cher.e.s Croisièreu.e.S.e. x, (je m'y perds)

 

Reprenons notre calme. Nous nous dirigeons, normalement, vers l’Île de Pâques. Où nous attendent RAPA NUI, le Lapin et ses Parfums.

C'est, mes cher.e.s Ami.e.s, avec nos ami.e.s les poètes Chilien.ne.s que nous allons reconsidérer la traversée du mot.



#57 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 27 février 2019 - 08:13

[ Ante-scriptum: C'est avec un plaisir certain que je vous ai "likée" ci-dessus, Madame.

                          _ Hé! Hé! _Si je puis me permettre. ]

 

 

 

( Les coulisses de la cavale )                                                    L'Amour - La Poésie

 

 

 

               

 

  Premier type:  Ah! Regardez! Regardez donc comme la mer est lisse, si lisse avant le plein lever du soleil! Quelle poésie! Ah!

  Second type:    Hm!...oui, et vous écoutez, écoutez comme les mouettes qui s'en étaient allées musarder à l'ouest, s'en

                             reviennent à l'est en jacassant  joyeusement.

  Premier type:   Bah!...Les mouettes vivent leur vie, hein, volent où elles veulent...Ah! regardez plutôt comme ce matelot, si expert,

                              a passé le grelin dans les trous des écubiers_ et comme ce moussaillon a donné  quelques tours du cabestan de

                              poupe en prévision sans doute du blizzard prochain et sans pitié.

  Second type:    Hm!...oui, bien sûr, mais en même temps, les matelots et moussaillons sur le pont, au départ du navire, passent

                              rarement leur temps à battre les cartes, ou à y jeter les dés...d'autant qu'un coup de dé jamais n'abolira le blizzard...

  Premier type:   Soit, mais avec le coup de vent qui, déjà, au loin s'annonce, admirez comme à l'horizon la mer et

                              le soleil se mélangent: On dirait une ébullition d'anges!...

   Second type:    Mais les anges ne bouillent pas!, et d'abord, ça n'existe pas...Vous vouliez dire sans doute: un bouillonnement 

                              d'ailes!

   Premier type:   Je voulais dire ce que je voulais dire, en long en large et en travers, et en avant et en arrière, merde. Ce n'est

                                quand même pas vous qui allez m'apprendre à formuler une sensation poétique!...Pauvre garçon...

    Second type:    Ho! Ho! Ho! Ho! Il faut peut-être travailler un peu plus! Pour ma part je suis adepte de l'expression

                               poétique précise,,du hapax par exemple, sachez le, vilain Orphraie!

     Premier type:  Votre ego est démesuré et vous êtes un fat, un sale type, second type! J'aurais même dû dire secon type! uh! ah! ah!

     Second type :  Mais vous aussi premier type, vous aussi vous êtes...et j'aurais pu dire première tripe!

 

                        _ Ils s'empoignent et se bourrent de coups de pieds et de coups de poings, ils s'écrasent les mains  - surtout celle qui

                            tient le stylo, se croquent les doigts de pieds, après quoi ils s'attribuent des coups de tête et des coups de  nombril.            

                            Enfin, comme ils se piquent de poésie, les voici qui s'emparouillent et s'endosquent contre terre, s'agrippent et

                            s'entrelacent tant et tant qu'ils roulent jusqu'au bas de la grève où ils disparaissent dans un jaillissement

                            de mouettes.

 

  _______     - Ah! ben ces deux lascars devaient au moins se disputer un bout de sandwich au saucisson de pays, à se dépoitrailler

                            ainsi, à se donner d'aussi considérables horions! S'exclame une blonde avant de s'accouder à la balustrade.

                          - Ou un sandwich au thon mayonnaise! C'est très tendance maintenant... Dit une grande rousse,

                             qui vient de s'installer à quelques mètres.

                           - Oh! mais laissons ces tristes individus ! Ah! regardez plutôt comme ces poissons argentés filent, fringants,

                              fuyant  l'étrave du navire...Là-bas...

                            - Hm, oui, certes, mais écoutez, écoutez le vent qui déjà galope sur la mer, chevauchant les vagues, si fort,

                              si puissant, que l'horizon en vibre déjà!...

                             - Bon, fait la blonde, on continue comme ça un moment, ou on passe tout de suite au crêpage de chignons?

 

 

 

 

                                            



#58 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 28 février 2019 - 03:29

.
 

2ème lettre du Commandant, à ses croisiéristes

 

                        - les turbulences de la Poésie

 

 

 

Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs,


Inutile de vous le cacher plus longtemps. Les faits sont là. Aux yeux de tous.
Un homme est là qui se cache, tague sur les portes des cabines, puis détale.
Like les femmes, toutes les femmes, les clique, peut-être les claque, les lorgne,
les lèche, les mate, certainement les touche, les trousse, les esgourdit,
les gave, les grave, les tatoue... de ses petits cris sarcastiques.

Non, jamais !  hé-hé ne sera le synonyme amical de youyou ou joujou. Un hé-hé

c'est sardonique, narquois, ça vous déhanche, c'est du ferment de vache-qui-rit,
perclus de satisfaction mais ne  donnant jamais rien de bon à manger !

 

Cet être malveillant, donc, s'insinue dans les coursives et les conversations.
- S'il vous plaît, là, la blonde, pas de mauvais esprit, pas de jeu de mots facile.
L'instant est grave. Ce n'est pas le moment de confondre ' horion ' et Orion !
Ni le moment de s'afficher lascivement aux bastingages du paquebot, ni celui
de se satisfaire de son joli petit-maillot épilé et de ses jambettes bronzées !
Non ! Soyez compréhensive ! La partie de Scrabble ou de Lettres-en-l'air

c'est le soir ! Après le digestif. Dans la Cabine du Commandant de bord.

Capito    [   ;-))    sourire béant qui en dit long ]

 

Cet être malveillant, disais-je, s'insinue dans les coursives. Nous tentons de
le cerner. Trouver l'orifice, euh pardon, l'origine du Mal. Nous y veillons.

Nuit et jour. Sur ce merveilleux paquebot de croisière que j'ai le suprême

honneur de guider à travers les hasards des flots.

 

- Mademoiselle …., la Russe, là, oui, la rousse, ne ricanez pas si candidement...
Il faut entendre ' Mal ' par non-consentant. (hm... va falloir qu'elle se fasse rapter
celle-là
). Quand vous n'êtes pas d'accord, cela vous fait mal, n'est-ce pas ?
Eh bien, c'est exactement la même chose avec les mots. Les mots, les sons,
les lettres, les schèmes, les séries doivent tous être consentants. Sinon,

ils se plaignent, ils saignent, ils deviennent ternes quand ils souffrent...

S'enkystent, s'ankylosent, ne sentent pas très bon, s'engalèrent, s’engangrènent.

Il serait éminemment dommage qu'on les amputasse, non ?

 

Le temps nous manque. Il est cependant dans mon devoir de vous protéger.
C'est pourquoi, dans un premier temps, j'ai décidé la création d'un Atelier
Populaire de Pratiques Artistiques et Transitionnelles, l'APPÂT.

 

En effet, c'est en amont du Mal que nous devons travailler. Les sons, les mots...
soit s'épanouissent dans notre bouche, ah ! ouvert, soit se fanent formant

mauvaise haleine, oh ! fermé. Je vous propose d'y penser. Avec toute la bienveillance

et la délectation de votre serviteur. Moi ici présent. Nous sommes entre ami.e.s,

en attente de Rapa Nui, le grand Rapa Nui. A la recherche de la quintessence

originelle de la langue, et ses mystères.

 

D'ors et déjà, je vous propose, comme je disais, d'y penser. Sans arrêt.

Penser à l'Humain, l'Humain et son pendant, la bête sauvage, - en étroite complicité

ou en adversité avec elle, la Bête, mais toujours ensemble. Que vous puissiez toucher

enfin la sensibilité du Moi et de l'ego... Savoir différencier l'humain et la bête,

l'humain dans la bête. Et son contraire, Ô Richesse extraordinaire de la Poésie.

 

C'est en ce sens, qu'écrire, grapher, taguer permet de libérer le souffle.
Délivrer son corps du non-consenti. Du non-conscient. Dans un jaillissement
majestueux de semence.... sur l'autel de l'affirmation de soi, corps total
et linguistique de l'Eros. Tel le dauphin dans l'océan, là, juste devant nous.
Ou la baleine timide, amoindrie dans sa graisse mais si gracile, sachant

se faire Ô hanche ronde.... Anche divine.

 

C'est pourquoi je vais vous inviter, dès aujourd'hui, à reconsidérer tous les
mots grossiers du monde, non plus sous l'angle du caca-boudin interdit mais
sous celui de l'émoi, celui de la caresse charnelle, maternelle, de soins palliatifs
à la morosité de l'océan de la Vie. Dans l'obnubilation subjuguante  de qui a vu

la vague, le Jet majuscule de la semence, ah ! (ouvert) le sperme !

 

Dans le jargon de notre route, entre nous, nous appellerons cela des épicuries

ou des épinales. Ainsi, Mesdemoiselles, Mesdames et Messieurs, dans vos bouches,

les gros mots vont devenir des chants de pléthores, des répons admirables,

des mystères cachés, les vocables assumés de la jouiiiiissanceeeee. Des trésors 

abondants d'Amour. Penseez-y.


Mesdemoiselles, fini le temps de jouer aux sirènes sur les mâts d'artimon ou de misaine.

La Poésie est action. Il va falloir passer aux actes !  ________


Bien à vous.
Merci pour votre attention.
Votre Commandant.



#59 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 827 messages

Posté 28 février 2019 - 07:51

    ( En selle le rêve s'évente

          Rêver c'est errer  )                                                            Le Rêve de René

 

 

 

                                                                                       René rêve de Pernelle. Cette femme est

                                                                                       Revêche. Elle préfère sceller le rêvé

                                                                                       De ses nerfs légers, de ses lettres éthérées,

                                                                                       De ses cernes grêlées, de ses mèches tressées!

 

                                                                                        Elle se déleste de cent et sept sesterces,

                                                                                        En herbes de fée et en secrets de renverse,

                                                                                        Elle s'élève en tremblements, frêle perverse,

                                                                                        Et elle empeste les remèdes de prêtresse!

 

                                                                                         Pernelle de Perse sert le thé, elle se

                                                                                         Révèle même - hé! hé!- en semelles de vent,

                                                                                         Excellente élève et se dépêche et se pen

 

                                                                                         Che près des tempes de René, et verse ce

                                                                                         Verre, trempe le nez, et le serre et le presse!

                                                                                          - "Help! Help! Help!" Bêlent les lèvres " Cessez! Je stresse!"

 

                                                                                                                 Ernest Le Bel,  L'e pressé, belle semence de vers,

                                                                                                                                                                     L'esthète des vents.                                                                                                                                                                                                  



#60 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 036 messages

Posté 01 mars 2019 - 06:51

.

 

Brise-rêves cumulés

 

 

 

_  compter les pieds
_  surveiller les rimes
_  réguler les strophes
_  agencer le rêve
_  sur le totem du e
_  qui plus est  (quid)
_  éplucher les mots

 

 et cliquer le hoquet !

 

         oh ! non !

              

Cet Ernest est un emmerdeur, en dépit du vent.

 

Cette Péronnelle, une perruche, une gourde maladroite,
   muse mal coiffée, mal attifée, mal étourdie de vents.
Son thé sent le sachet, son goût est fade.

 

Cette collation m'ennuie, cette cuisine ne me fait pas rêver.

         

 

               Je préfère,

 

le chocolat, bien bouillant, bien crémeux, bien goûtu,
l'Iran à la Perse. Sur le divan,
                s'aujourd'huisent    ____

 

Mes semelles s'autorisent tout, mais tout
n'est pas  vent   ______

 

 


 Alors, mon ami,

   en selle, mais dans le vent !

 Caballo de espuma, jinete del pueblo,

 

         et joliment !

 

  A galopar ! Hasta .............