Aller au contenu

Photo

Jules Breton- beau poème.


  • Veuillez vous connecter pour répondre
3 réponses à ce sujet

#1 Hubert-Albert Clos Lus

Hubert-Albert Clos Lus

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 449 messages
  • Une phrase ::Ex-prof d'anglais, joueur d'échecs. Père d'une fille handicapée mentale.
    Elève de Victor Bourgy (Shakespeare), Leslie Marchand (Byron), Almyre Martin( phonématique), Tanguy (Thoreau)
    Daniel Roulland (linguistique), Christian Guyonvarc'h senior (Celtique), entre autres..
    Proverbe: O Bretagne, tu iroises mon coeur

Posté 09 avril 2019 - 11:04

~Dans le rayonnement immense du soleil,

La prairie, où toujours paissent les vaches brunes,

Ondule comme un lac de gazon jusqu'aux dunes

Qu'un ciel merveilleux baigne au fond de l'air vermeil.

 

Une exquise rosée irise l'herbe rase,

Broutée incessamment par les nombreux troupeaux,

Et met un nimbe au front des bêtes dont les peaux

Reluisent aux endroits qu'un trait de flamme embrase.

 

Parmi les beuglements répétés alentour,

L'étalon, redressant son col souple, déploie

Ses larges reins où court un long frisson de joie,

Et, superbe, hennit dans la gloire du jour.

 

Ebloui de lumière, un ruisseau d'or serpente

Parmi l'herbe argentée aux brumes du matin,

Fume de plus en plus vers le vibrant lointain

Et descend, immobile, une invisible pente.

 

Un pâtre est là, perdu dans un rêve profond,

Au bord du ruisselet tout embaume de menthe,

Sous le tourment confus d'un souci qui fermente

Au fécondant soleil dont l'ardeur mord son front.

 

Car la gardeuse vient, là-bas vers l'autre rive.

Le jeune gars, les yeux tendus, les pieds distraits,

Planté droit comme un morne échassier de marais,

Admire de quel pas libre et calme elle arrive.

 

Elle vient, son reflet tremble dans le ruisseau;

Et par l'onde et par l'air son corps mignon se berce,

Double image au milieu de la céleste averse

Des mille rayons d'or en un double faisceau.

 

Et voici, sous ton charme, ô splendeur matinale,

Que l'Amour vermeil monte à son front rougissant;

Dans son cœur, comme au ciel, vibre le feu naissant,

Embrasement de jour et d'ardeur virginale.

 

Ils se taisent, les yeux dans les yeux, et le gars

Ne voit plus le soleil si ruisselant de flamme;

Tout s'efface devant ce visage de femme

Et le rayonnement vainqueur de ses regards.



#2 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 657 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 09 avril 2019 - 11:49

"Une exquise rosée irise l'herbe rase": superbe alexandrin avec ses allitérations en [r] et [z] et ses assonances en [i]...

#3 Hubert-Albert Clos Lus

Hubert-Albert Clos Lus

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 449 messages
  • Une phrase ::Ex-prof d'anglais, joueur d'échecs. Père d'une fille handicapée mentale.
    Elève de Victor Bourgy (Shakespeare), Leslie Marchand (Byron), Almyre Martin( phonématique), Tanguy (Thoreau)
    Daniel Roulland (linguistique), Christian Guyonvarc'h senior (Celtique), entre autres..
    Proverbe: O Bretagne, tu iroises mon coeur

Posté 09 avril 2019 - 01:02

En son temps, Breton fut fusillé par Baudelaire, qui le trouvait pas bon poète....



#4 Minofabbri

Minofabbri

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 426 messages

Posté 17 avril 2019 - 09:36

Comme le fils doit tuer le père pour exister, à chaque époque des artistes ont "fusillé" leurs prédécesseurs, soit en les nommant ouvertement, soit indirectement en révolutionnant leur art...

Ainsi Camille Saint-Saëns malgré son génie a été ringardisé par Clause Debussy, Gabriel Fauré etc...Ainsi de même Anatole France s'est fait flingué par les surréalistes et singulièrement André Breton.

En lisant ce magnifique poème de Jules Breton (aucun lien avec le précédent?) on ne peut s'empêcher de penser qu'à la même époque la poésie française tournait une page définitive grâce à Rimbaud, Mallarmé, Corbière...Mais le poème classique avait encore de beaux restes en témoigne la Mer de Paul Valéry et tant d'autres.