Aller au contenu

Photo

(Note de lecture), Serge Martin, L'Impératif de la voix, par Arnaud Le Vac


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 185 messages

Posté 26 juillet 2019 - 09:40

 

« On ne saurait assigner les Åuvres littéraires à des genres : du poème à lâessai, du conte à la fable, du soliloque au chÅur, ce sont toujours des proses en action, des rythmes en résonance, des gestes continués. » Serge Martin 

6a00d8345238fe69e20240a470e89c200c-100wiLâImpératif de la voix, de Paul Eluard à Jacques Ancet, publié ces jours-ci aux éditions Classiques Garnier par Serge Martin, opère une reprise des voix devenues nécessaires dans les disciplines de la critique et de la littérature contemporaine. Câest pour Serge Martin un tournant relationnel dans les études littéraires. Un travail qui a débuté pour Serge Martin en donnant toute son importance à une formulation décisive dâHenri Meschonnic disant que La voix est relation dans son livre éponyme Critique du rythme publié en 1982 et devenu depuis un classique de la pensée du XXe siècle. Serge Martin dans tout ce quâil vit et fait met à lâÅuvre cette pratique anthropologique et historique du langage. Dans son introduction, Voir les voix, de son livre Lâimpératif de la voix, Serge Martin écrit : « Tout doit et peut passer par lâattention la plus grande à ce que les Åuvres font aux lecteurs et donc à ce qui les fait Åuvrer dans et par les lectures partagées, étendues, continuées. » Câest en reconnaissant la nécessité de ces lectures partagées, étendues, continuées que Serge Martin engage une critique de la voix : « Ni origine, ni actualisation, la voix serait une activité qui porte et lâÅuvre et sa lecture, dans le même mouvement de passage de voix quâelles engagent lâune par lâautre, lâune avec lâautre ». Cette hypothèse de travail qui suppose une théorie générale de la voix, poursuit le travail de Voix et relation, une poétique de lâart littéraire où tout se rattache publié aux éditions Marie Delarbre en 2017, dont LâImpératif de la voix propose une théorie et une pratique de la critique de la voix. Quatre moments organisent cet impératif de voir les voix que Serge Martin relance dâÅuvre en Åuvre pour tenir ensemble le continu de la critique de la voix dans et par la reprise des oralités, des rythmes, des gestes et des relations. Une écoute continuée comme un vivre en voix cherchant dans cette répartition lâhistoricité de sa situation, lâhistoricité dâune voix résonante, continuée. Questionnant les passages de voix à partir de la littérature du XXe siècle et du XXIe siècle Serge Martin renouvelle la critique en interrogeant parmi ces voix présentes les poètes qui lui sont chers comme Paul Eluard, Jacques Prévert, Francis Ponge, Bernard Noël, Louis Calaferte, Bernard Vargaftig, Henri Meschonnic, Kateb Yacine, Michel Chaillou, James Sacré et Jacques Ancet, et qui sont autant de recherches en voix conjuguées que de découvertes vers ce que Serge Martin appelle une résonance générale.

Arnaud Le Vac

Serge Martin, LâImpératif de la voix, de Paul Éluard à Jacques Ancet, Éditions Classiques Garnier, 2019,  323 p., 39â¬.


IALxeHQ0V1M

Voir l'article complet