Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Nietzsche, Poèmes complets, traduits par Guillaume Métayer


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 185 messages

Posté 29 juillet 2019 - 08:57

<p> </p>
<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: justify;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"> <a class="asset-img-link" href="https://poezibao.typ...f45ae200b-popup" onclick="window.open( this.href, '_blank', 'width=640,height=480,scrollbars=no,resizable=no,toolbar=no,directories=no,location=no,menubar=no,status=no,left=0,top=0' ); return false" style="float: left;"><img alt="Nietzsche" class="asset asset-image at-xid-6a00d8345238fe69e20240a4bf45ae200b img-responsive" src="https://poezibao.typepad.com/.a/6a00d8345238fe69e20240a4bf45ae200b-100wi" style="width: 100px; margin: 3px 15px 5px 5px; border: 1px solid #969696; box-shadow: 8px 8px 12px #aaa;" title="Nietzsche" /></a>Guillaume Métayer vient de proposer en un gros et beau livre rien moins que lâÅuvre poétique complète de Nietzsche dont il dit quâen fait il nâen existe pas une seule édition, même en allemand. Les poèmes sont éparpillés, nâont pas été regroupés, ceux que lâon peut trouver dans lâédition moderne de référence de lâÅuvre du philosophe sont souvent fautifs par rapport aux manuscrits, etc. : « Il a fallu dâabord constituer le corpus en allant chercher les poèmes au milieu des notes diverses en allemand, latin, grec, parfois de simples fragments, des dessins. Surtout, je me suis vite rendu compte que la transcription des manuscrits avait été mal faite. Le texte allemand de référence comportait, à ma grande surprise, des fautes de langue due à une mauvaise copie ! Jâai donc consulté les manuscrits de Nietzsche à Weimar mais aussi, heureusement, une édition allemande plus ancienne, lâédition Mette, qui a en général confirmé mes corrections et dont jâai presque toujours suivi les leçons. Les anomalies étaient assez nombreuses. Par exemple, tel morceau de prose â jây ai découvert des rimes intérieures â était un poème versifié⦠Tels autres nâétaient pas de Nietzsche : il les avait simplement recopiés et les éditeurs, à commencer par sa sÅur, sây sont trompés. Bref, jâai dû faire un peu de ménage dans un massif mal aimé de son écriture et qui, par conséquent, avait été négligé. ». Il ajoute « un tel volume nâexiste dans aucune langue, pas même en allemand. Toutes les éditions existantes des poèmes sont lacunaires de plusieurs dizaines et même centaines de pages. Bien sûr, dans les Åuvres complètes de Nietzsche il y a tout le matériau, mais il est disséminé, publié de manière non critique, contient des erreurs, des répétitions, des fausses attributions et ne permettait pas de se faire une idée bien précise de Nietzsche poète »<br />Or Guillaume Métayer dit avoir voulu « mettre en lumière lâimportance de lâécriture poétique dans la vie et la pensée de Nietzsche et, par là, câest aussi pour la poésie en général que jâai voulu accomplir ce travail, pour quâelle prenne toute sa place comme force dâexploration du monde par lâexpression, pour que lâon comprenne sa portée intellectuelle indissociable de sa dimension émotionnelle. » <br />Sur ce livre, on peut lire lâexcellent article (avec entretien avec le traducteur) du site <a href="https://diacritik.com/2019/07/03/guillaume-metayer-retraduire-est-une-maniere-de-reinterpreter-un-auteur-nietzsche-poemes-complets/">Diacritik</a><br /><br /><a href="https://poezibao.typepad.com/poezibao/"><em>Poezibao</em></a> proposera cet été plusieurs poèmes, toujours en version bilingue puisque tel est le livre publié par les Belles-Lettres. <br /><br /><strong>Au mistral<br />Chanson à danser<br /></strong> <br />Vent du mistral, chasseur de nuages,<br />Tueur de trouble, balayeur dâorages,<br />Comme je tâaime, ô rugissant !<br />Ne sommes-nous pas dâun même sein<br />Les deux prémices, au même destin<br />Prédestinés éternellement ?<br /> <br />Sur ces chemins de rocs glissants<br />Jâaccours vers toi tout en dansant,<br />Dansant au gré de tes sifflements, tes ramages :<br />Toi qui sans rame ni voilier,<br />Le plus libre ami de la liberté,<br />Bondis sur les mers sauvages.<br /> <br />À ton appel, à peine éveillé,<br />Sur les falaises je me suis hâté<br />Jusquâau mur ocre sur les flots.<br />Salut ! Tu y roulais comme un<br />Torrent clair et diamantin<br />Vainqueur des sommets les plus hauts.<br /> <br />Sur les aires planes, là-haut,<br />Jâai vu tes coursiers au galop,<br />Jâai vu le char que tu conduis,<br />Jâai vu même ta main dressée,<br />Quand sur le dos de tes coursiers<br />Comme un éclair ton fouet jaillitâ<br /> <br />Au bas du char tâai vu bondir,<br />Pour plus prompt encore accourir,<br />Tâai vu, comme en flèche écourté,<br />Tomber à pic au fond du val, â<br />Aux primes roses aurorales<br />Tel un rayon dâor te jeter.<br /> <br />Danse à présent sur mille dos,<br />Dos de flots et ruses de flots â<br />Vive lâauteur de neuves danses !<br />Dansons donc de mille façons,<br />Libre â que notre art ait ce nom,<br />Gaie â soit le nom de notre science !<br /> <br />Arrachons donc de chaque fleur<br />Une corolle en notre honneur<br />Et deux feuilles pour le diadème !<br />Et comme entre saints et souillons<br />Dansaient les troubadours, dansons<br />Entre le monde et Dieu lui-même !<br /> <br />Qui dans les vents ne sait danser, <br />Qui de bandes doit se panser,<br />Infirme vieillard et momie,<br />Qui est un vrai patte-pelu,<br />Rustre honorable, oie de vertu,<br />Ouste, hors de notre paradis !<br /> <br />Remuons la poudre des rues,<br />Au nez de tous les mal fichus,<br />Dans la couvée des souffreteux semons lâangoisse,<br />Libérons le rivage entier<br />Du souffle des torses émaciés,<br />Et des yeux dépourvus dâaudace ! <br /> <br />Chassons les gâcheurs dâempyrées,<br />Ombreurs du monde, aimants à nuées,<br />Illuminons le paradis !<br />Mugissons⦠quand suis avec toi,<br />Esprit dâesprits libres, ma joie<br />Comme la tempête, <em>mugit</em>.<br /> <br />â Et pour une mémoire sans fin<br />Dâun tel bonheur, son legs soit tien,<br />Oui, prends la couronne avec toi !<br />Jette-là plus haut, plus loin, mieux,<br />Prends dâassaut lâéchelle des cieux<br />Et â aux étoiles accroche-la !<br /><br /><br /><strong>An den Mistral<sup> (1)</sup><br />Ein Tanzlied.<br /></strong><br />Mistral-Wind, du Wolken-Jäger,<br />Trübsal-Mörder, Himmels-Feger,<br />Brausender, wie liebâ ich dich!<br />Sind wir Zwei nicht Eines Schoosses<br />Erstlingsgabe, Eines Looses<br />Vorbestimmte ewiglich?<br /><br />Hier auf glatten Felsenwegen<br />Laufâ ich tanzend dir entgegen,<br />Tanzend, wie du pfeifst und singst:<br />Der du ohne Schiff und Ruder<br />Als der Freiheit freister Bruder<br />Ueber wilde Meere springst.<br /><br />Kaum erwacht, hörtâ ich dein Rufen,<br />Stürmte zu den Felsenstufen,<br />Hin zur gelben Wand am Meer.<br />Heil! da kamst du schon gleich hellen<br />Diamantnen Stromesschnellen<br />Sieghaft von den Bergen her.<br /><br />Auf den ebnen Himmels-Tennen<br />Sah ich deine Rosse rennen,<br />Sah den Wagen, der dich tragt,<br />Sah die Hand dir selber zücken,<br />Wenn sie auf der Rosse Rücken<br />Blitzesgleich die Geissel schlägt, â<br /><br />Sah dich aus dem Wagen springen,<br />Schneller dich hinabzuschwingen<sup> (2)</sup>,<br />Sah dich wie zum Pfeil verkürzt<br />Senkrecht in die Tiefe stossen, â<br />Wie ein Goldstrahl durch die Rosen<sup> (3)</sup><br />Erster Morgenröthen stürzt.<br /><br />Tanze nun auf tausend Rücken,<br />Wellen-Rücken, Wellen-Tücken â<br />Heil, wer neue Tänze schafft!<br />Tanzen wir in tausend Weisen,<br />Frei â sei unsre Kunst geheissen,<br />Fröhlich â unsre Wissenschaft!<br /><br />Raffen wir von jeder Blume<br />Eine Blüthe uns zum Ruhme<br />Und zwei Blätter noch zum Kranz!<br />Tanzen wir gleich Troubadouren<br />Zwischen Heiligen und Huren,<br />Zwischen Gott und Welt den Tanz!<br /><br />Wer nicht tanzen kann mit Winden,<br />Wer sich wickeln muss mit Binden,<br />Angebunden, Krüppel-Greis,<br />Wer da gleicht den Heuchel-Hänsen,<br />Ehren-Tölpeln, Tugend-Gänsen,<br />Fort aus unsrem Paradeis!<br /><br />Wirbeln wir den Staub der Strassen<br />Allen Kranken in die Nasen,<br />Scheuchen wir die Kranken-Brut!<br />Lösen wir die ganze Küste<br />Von dem Odem dürrer Brüste,<br />Von den Augen ohne Muth!<br /><br />Jagen wir die Himmels-Trüber,<br />Welten-Schwärzer, Wolken-Schieber,<br />Hellen wir das Himmelreich!<br />Brausen wir⦠oh aller freien<br />Geister Geist, mit dir zu Zweien<br /><em>Braust</em> mein Glück dem Sturme gleich. â<br /><br />â Und dass ewig das Gedächtniss<br />Solchen Glücks, nimm sein Vermächtniss,<br />Nimm den Kranzhier mit hinauf!<br />Wirf ihn höher, ferner, weiter,<br />Stürmâ empor die Himmelsleiter,<br />Häng ihn â an den Sternen auf!<br /><br />Nietzsche, <em>Poèmes complets</em>, traduction de lâallemand, introduction et notes de Guillaume Métayer, édition bilingue, « Bibliothèque allemande », Les Belles Lettres, 2019, 920 p., 45â¬.<br />Voir cette <a href="https://www.lesbelleslettres.com/livre/3988-poemes-complets">page très documentée</a> sur le site de lâéditeur.<br />Lire cet <a href="https://diacritik.com/2019/07/03/guillaume-metayer-retraduire-est-une-maniere-de-reinterpreter-un-auteur-nietzsche-poemes-complets/">article</a> de Diacritik, où Guillaume Métayer explique ses choix de traduction et notamment en ce qui concerne la forme des poèmes. <br /><br />1. Apparaît dâabord dans la lettre n°557 à Heinrich Koselitz du 22 novembre 1884.<br />2 Var. : « <em>Wogen peitschen, Meere zwingen </em>» (« Fouetter les ondes, dompter les mers ») dans la lettre n°557 à Heinrich Koselitz.<br />3. Var. « <em>Rückwärts mit der Ferse stoßen, / Daß dein Wagen in die Rosen </em>» (« Frapper du talon en arrière, /Que ton char dans les roses ») dans la lettre n°557 à Heinrich Koselitz.<br /><br /><br /></span></p><img src="http://feeds.feedburner.com/~r/typepad/KEpI/~4/NJYI7K4sDbk" height="1" width="1" alt=""/>

Voir l'article complet