Aller au contenu

Photo

(Notes sur la création) Olivier Greif : "Comme par une sorte de distillation"


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 185 messages

Posté 02 août 2019 - 10:09

 

6a00d8345238fe69e20240a49b707c200d-100wi« La musique de Sibelius pénètre en nous, ou nous en elle, avec une telle douceur, comme par une sorte de distillation. Il nous suffit de constater pour lâinstant que lâon y entre un peu comme en un club privé, dont les membres partagent des signes de reconnaissance communs : une certaine connivence culturelle, un certain raffinement de lâécoute, une certaine prédisposition tacite et silencieuse à se plier aux méandres de la musique ; toutes qualités obligées, dâailleurs, sans lesquelles il serait même vain de vouloir entendre ce que le maître tient à nous dire, mais avant tout quâil tient à dissimuler à la masse du public.
Car nous voilà au point essentiel de ce qui fait lâart de Sibelius : sa haine de lâévidence.
Ayant, par crainte de tout effet facile, de toute vulgarité, de toute séduction gratuite, de toute compromission, élaboré une sorte dââesthétique du refusâ (qui explique que ses phrases se cabrent sur elles-mêmes, sâinterrompent, sâautomutilent, nâaboutissent point, ou en un autre lieu de lâÅuvre â où lâon a tout oublié dâelles â , que son discours est éclaté), il se livre a un travail créateur qui consiste à jouer, en un dialogue qui exige une complicité extrême, avec lâattente de lâauditeur, et à la contourner. Jeu de cache-cache entre ce que le flux naturel du discours musical induirait que lâon entende et ce que lâon va entendre en réalité : câest dans cette faille infime et évanescente que naît et se développe une des expressions prédominantes du génie de Sibelius. Parfois, la subtilité de son refus est telle que nul autre que Sibelius lui même ne peut la déceler. Il ne joue plus alors avec ce que lâon attend de sa musique, mais avec ce que lui seul craint que lâon en attende. »

Olivier Greif, oliviergreif.com/liens.
La réflexion sur Sibelius est amorcée dans les pages de Journal, Aedam Musicae, 2019, p. 165, notes reprises et amplifiées sur le site consacré à Olivier Greif (1950-2000).


YmIckEHqxvM

Voir l'article complet