Aller au contenu

Photo

Passage 2


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 DimDez

DimDez

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 154 messages
  • Une phrase ::Visiteur curieux

Posté 07 février 2020 - 09:06

pas.sages

       un show-don’t-tell

               en développement

 

 

 

 

                                    Étape 2 : révélation     

 

 

 

La ville tout entière est une page écrite par la vie    

qui abonde en marge                des millions de visages

                               et ses rues sont les lignes du Monde

Chaque esplanade est une lettrine où se lève

                         un ciel de cathédrale entre les buildings        

              Le vent devine au passage un couvert végétal               

    L’avenue des arbres en palissade applaudit le soleil

qui a pris le train des balcons sur les façades

                     d’immeubles haussmanniens hors de prix

Sous les marronniers le jour se sèche avec les gens

               en attendant la nuit et l’envol des ombres qui        

se lèchent                 Dans l’aube du fleuve qui s’essuie

des mots assis dans les brasseries se sont

consommés dans la lecture                                  Au café

            un cinéma sourit aux autobus à double voiture    

La foule coule sur ce canal          Les vitres des vitrines

dialoguent                                Un néon nie son état féal

     Des pas flous qui passent dans le fog forment un fil

étiré de place en place aux roues des taxis         La nuit  

     le temps s’y dessine à pile ou face et le jour opacifie

la pluie               Le cuir court sur l’asphalte qui trempe

                    Le métro lance un cri fastidieux aux esprits

endormis                                                Le velours rampe

                                pour se protéger d’une pluie d’yeux

En terrasse un regard couvre l’air de son intensité

comme un vin dense assombrit l’eau

                Tout accélère et danse une folle idylle en vain

Le matin met à jour les écrans des réseaux citadins

             et l’aurore éveille enfin les amants errants et les

ardeurs des oiseaux          Alors la langueur fige tout en

         automne à l’heure où rire et peine s’enchainent

   .              et mon cœur verse un blues monotone

                                       dans un cénotaphe en porcelaine

 

 

 

 

 

Extrait de :

DU FEU QUE NOUS SOMMES

Anthologie – Collectif de 65 auteurs

http://www.abordo.fr...anthologie.html