Aller au contenu

concerto

Inscrit(e) : 28 mars 2006
Hors-ligne Dernière activité : aujourd'hui, 11:30

Publications sur Toute La Poésie

Alors

04 mai 2021 - 08:43

 
Alors
Ils s'étaient réunis 
Et l'étoffe gisait 
Comme des ailes d'ange
Sur une terre d'église 
Leurs yeux baissés fixaient le ciel 
 
Coutures d'or contre larmes d'argent 
Le noir équipage envoûtait la brume
Invisible du corps
 
Les plus tristes brodaient les mots seyant
Aux traces de ses chaussures 
Monuments des courants invisibles
Qui brossent les particules nues 
En desseins festonnés
 
Ceux qui ont respiré l'odeur de ses cheveux blonds 
Finissant en grisaille
En ont gardé des fioles au creux de leur nez 
Pour un cimetière aux parfums
 
J'y brûlerai son encens singulière 
Et son âme viendra s'y mêler

Pluriels

15 mars 2021 - 07:28

Jy suis outre langue 
Sur tes genoux pressés 

Espérer la bulle où nous savons

 

Leau léclate 

Et lair la fredonne le temps dune chanson 

 

Les mains sangélisent

A travers ces carreaux brouillés 

Nous songes tenus par des mots

Chantés

Comme ces flûtes de champagnes

 

Ô sentiments en -té

Qui les fleurissent

Ma barque noire les fauche par sa quille aiguisée 

 

Et quand leurs serviteurs les suivent faisant serpent dEden

Je cherche leurs soupirs pour my balancer

Balancer
Balancer 

 

Entre le miel et leau

Coulent nos visages

Sur le buvard du temps

Fondent les harmonies 

 

Et nous tenons la barre damours amphibies 

Sur les terrains de Mars

Os glacés

09 mars 2021 - 04:45

Les gens meurent

Les gens meurent

Les gens meurent

Les gens

Se meuvent ou pas

A cheval sur la planète 

Au galop filant

En feu de paille et d’artifice

Ou

Au rythme végétal de la brume 

Les gens meurent

Les gens pleurent

Entre oublis

Vides joyeux qu’on remplit à la pelle de braises et de cendres

Que ravivent ou dispersent les vents

Tous les morts 

Tous les morts

Tous les morts

Nous font vivants

Sornet de brume

03 mars 2021 - 05:54

Du fauteuil
La mer urne
En ses ourlets antiques
Pointe ses piques claires

Lautomate à la hâte questionne
La matière incolore
Où genres et séries font la danse des smalts

Aimer en la folie
Le miroitement des âmes
Meurent les bancs de poissons

Par les temples ouverts
Rimes assassines résonnent
Aux tambours des tympans leur palais

Qui peut dire -7- ce quest la nuit?

Désarmement

21 février 2021 - 08:47

Lorsque l’ovale soumis déserte par son

Sourire enfui vers un xyno sans ombre et sans

Lux où voyagent ses nefs comme fit Alcyon

Et chambre le pupitre alors effervescent 

L’oreille comme l’œil orphelins signent les masques

Apostrophe, virgule jouant à cache-cache 

Sur la scène obscurcie de pleurs et de saxes 

En souvenir de quelque énigmatique gouache

 

Arrêt sur discours

Lire sans penser

Vivre le rond des plumes

Et son sillon viral