Aller au contenu

concerto

Inscrit(e) : 28 mars 2006
Hors-ligne Dernière activité : aujourd'hui, 12:37

#370994 Aux genoux perdus dans l’océan

Posté par concerto - 06 janvier 2020 - 07:26

Quand se déploie le poisson et que les mirlitons sempressent devant la criée,
Les pêcheurs voient leurs prises marquées du nombre que des scribes inspirés griffonnent sur lardoise.
Tandis que les filets harassés sabandonnent sur les quais,
Le livre de la mer sest pour lheure refermé,
Et les maîtres queux concoctent leur menu fleuri guidant les voyageurs qui recherchent pitance.
Les vignerons au loin font porter les barriques suivis des boulangers et leurs pains chauds nappés.
Au sommet de la colline qui surplombe la baie, les charpentiers restaurent la croix. Elle hameçonne les regards.
Aigüe ou circonflexe, le soleil capricieux en dessine lauvent.


#370490 No-ëlle

Posté par concerto - 19 décembre 2019 - 09:37

Neige saison
Flûte de chat
Épandage de phéromones sur ton diaporama
Le givre perçant la brume que griffent les épicéas
Clame sa foi en Germinal
Coup dEtat
Coup déclat
Ta silhouette gracile burinée par le froid
Tâche despérance les annales
Régulières
Et mornes
De lanti-soleil


#369753 Malcanto

Posté par concerto - 24 novembre 2019 - 02:50

Jai livré des mots
A loreille du trône où tu palpites

Pour le grand défilé
Que règle ton souffle

De quoi battent les curs
Quand lenvol des chants nous enivre ?

Et pourquoi, toujours, nos tambours font-ils autant de bruit?


#368390 Les impalas dansaient

Posté par concerto - 11 octobre 2019 - 01:43

Les impalas dansaient
Autour des crêtes d ivoire qui déchiraient le ciel
L herbe assoiffée tirait sa langue jaune et râpée

Sur la commode
Les photos de famille
Dressaient leur temple

Des hommes et des femmes en peau d ange
Mâchaient les feuilles des arbres
Il fallait un duvet
Pour adoucir les cimes

Et là dans les racines
Le bruissement d apocopes
Pour fuir le silence du monde


#367881 A l’affiche

Posté par concerto - 25 septembre 2019 - 10:24

La route lente des os
Pavillonnaires
Coule linvisible corps
De demain

Devant les antennes grises
Un néant prodige
Sort écumant
Son fruit

- Nas-tu pas dit
Que lalouette
Navait de pale
Que le nom?

Hier dune pelouse
Verte
Sortaient de loeil opaque
Les cils de quelques nuits

Six feuilles tombent
Puis vient le chat
Et lours rouge
Et des atomes à queue

Il fraient dans les lits
Que tricotent
Limpensable
Parole dune main sur le coeur

La poussière se lève
Et sa foule
Envahit les cours
Les halls et lassiette bleue
Et lassiette bleue
Et lassiette bleue


#367169 Vacance

Posté par concerto - 29 août 2019 - 10:40

Une rive de galets
Que la mer illumine
En parure de diamants

La serrure des yeux
Fait danser les reflets
A lamble de ma vague

De précieux rochers matis
Par la fine dentelle des mousses
Nous couvent

Lhomme pétrifié
Coule silencieusement


#366783 Ex.il.é.e.s

Posté par concerto - 17 août 2019 - 08:07

Elle,
Cétait eux
Ou bien elles
Tous les mots de leur forge
Brûlaient chaire et manteau
Sous la rampe du jour

Elle,
E cursif
Et muet
Comme un lointain nuage
Une forme qui passe
Quon traverse sans voir

Je me retiens de dire
Et las mon oeil harponne
En vain lâme fossile
Dun possible archipel


#366427 Reflex Rimotech

Posté par concerto - 09 août 2019 - 11:13

A la bague dencens
Le nez saimante sans
Ces longs filons où trouver les veines
Pourpres dessous les orgies naines
Dun passementier
Comme à moitié mort

Hue! Bufs régnant debout
Où oies et caribous
rébussent fécondement des scènes
Dont fument grésillant les obscènes
Désaccords des grands luths
Et violes consort

Mimes tutélaires
Murent les colères
Si devant les joues des murènes
Se lèvent la morsure des rênes
À califourchon
Sur le dos du sort

Fussent les joies de louïe
Du haut du mont de lhouille
Où cascadait lhumeur
Dimmenses Alzheimer


#365327 Vers d’eau

Posté par concerto - 10 juillet 2019 - 07:51

Devant la douce hécatombe
Dun ciel gris
Dont la pluie picore les feuilles soumises
(Telle la pompe dalexandrins)
La clameur des parfums rejoint le chur flottant de la chlorophylle
Le lavis brouille les pistes que barrent les cils
De la lettre, ne reste que les cicatrices de la plume
Et puis, voraces, les rubans deau couvrent la scène pour un festin putride.


#361656 Auto-psy

Posté par concerto - 18 avril 2019 - 07:22

Des heures où
Les rayons s׳alignent
Et pénètrent mes jours
Voilés de houppes de coton
Pour dresser mes yeux, mes oreilles
Et mes rouages obscurs

Parfois les mots percent la cloison
Pour se planter dans la page du ciel
Finir dans une galaxie
Que peignent les oiseaux

Le sens coule comme une rivière
Dont le refrain chantant
Fraie avec les mirages

La voiture emboutie peine sur la voie
Sa ligne brisée nourrit lindifférence
Lhuile parfume les routes à perte des chemins

Je n'écrirai plus rien sans
amour


#359224 Il y a dans les cieux sept soleils et autant de terres

Posté par concerto - 15 février 2019 - 11:44

Sans compter que :
1) les « multivers » ne sont à l’heure actuelle qu’une hypothèse
2) la notion de Dieu unique et une pluralité de mondes est une conception qu’on trouve dans les commentaires de la Torah...


#359152 Il y a dans les cieux sept soleils et autant de terres

Posté par concerto - 14 février 2019 - 10:13

Qu’on déclare sa foi et son enthousiasme, pourquoi pas?
Mais les fonder sur des interprétations hasardeuses des textes c’est gênant.
Vous ne connaissez manifestement pas grand chose de la cosmogonie des religions que vous évoquez.


#357637 Mélanie

Posté par concerto - 14 janvier 2019 - 11:41

Mélanie
Est-ce ta jeunesse qui me sourit?
Mélanie
Et que trouble ta voix si chaude

L oeil et la main
Font le parfum de l aube
Quand les dés tombent de la nuit

Mélanie
Je ne mettrai pas de costume
Sous mon chêne
Quand ta bouche
Dans l ombre sallume

Mélanie
Mélanie
Tout s oublie chaque seconde
Comme tournent les étoiles
Dont une face est cachée


#356786 Clés de sol

Posté par concerto - 26 décembre 2018 - 03:42

Cétait comme si
Lombre des mots
Portait en silence
La clé du soleil

Comme et comme si
Davant les astres
Elle gardait la trace

Quand nous fermons les yeux
La nuit, sans savoir

Que simprime lorigine des mondes


#353601 Le pouls

Posté par concerto - 26 octobre 2018 - 07:19

La nuit criait
Et les loups descendaient
Par les rues noires

Les fenêtres éclairées
Étaient aveugles
La peur muette transpirait son eau sale

Seule lombre fugitive des rats
Donnait corps à la vie

La coupole frémissait
Sous les applaudissements
A lombre des barricades
Et là quelques mythes
vieux et modernes
Se rendaient la pareille

Ils finiront étiques, cernés de maquillage
Sauf à embrasser lobscurité