Aller au contenu

Photo

Billet à Serioscal


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Loup-de-lune

Loup-de-lune

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 66 messages

Posté 30 avril 2019 - 08:35

Bonjour Serioscal...

... par votre poème publié le 29 avril 2019 dans le Grand Salon, vous le suggérez subtilement : mystère et silence sont intimement liés : ainsi l'étymon grec mystês repose sur le verbe muô "avoir la bouche (ou les yeux) fermés"...

... oui, le mystère, pour ma part, irrigue, ensanguine tout geste-poème... Et je pense à Stéphane Mallarmé :

"Nommer un objet, c'est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème qui est faite de deviner peu à peu : le suggérer, voilà le rêve. C'est le parfait usage de ce mystère qui constitue le symbole ; évoquer petit à petit un objet pour montrer un état d'âme, ou, inversement, choisir un objet, et en dégager un état d'âme, par une série de déchiffrements."

... peut-être ce mot "série" vous séduira-t-il... Quoi qu'il en soit, c'est ainsi que j'ai toujours ressenti l'innovant parcours d'écriture que vous proposez : ces prudences, ces nuances, ces suites, ces successions, ces gradations, ces échelons pour monter vers, pour aller vers, mais sans chercher à atteindre l'objet et s'en emparer et en faire platement ostension, - ou destruction ! - comme fait l'insatiabilité des pressés, des triviaux diseurs et diseuses... mais pour le laisser baigner en son évocation, en son énigme sémantique, en sa gaze de bleu nuit, en son perpétuel voyage musiquant... Et je pense à Paul Valéry :

"Pour un poète, il ne s'agit jamais de dire qu'il pleut. Il s'agit... de créer la pluie."

Il n'est question là que de gouttes d'eau... alors combien plus il convient de méditer avec humilité cette pensée-là lorsque l'on aborde la question de l'amour, ou, plus encore, le mystère de l'existence, ce qui ne peut être nommé, ainsi que le murmurent les immémoriaux taoïstes... la Voie des créatures et des choses, la source des mille métamorphoses qui se font dans le Ciel et sur la Terre... Et je ne peux que laisser les mots de conclusion à Tchouang-Tseu :

"Voyage seul comme le Tao
au pays du grand silence."


... Je vous remercie pour votre présence, à la fois discrète et essentielle, pour votre réflexion et votre écriture si contemporaines, qui sont aussi, après le départ de boētiane, ces tacites suppliques pour l'équilibre au sein d'un forum de poésie...

Avec admiration...

Loup-de-lune