Aller au contenu

Photo

Cerveau polyglotte d'une Chair acoustique cryptique

Nucléaire Biologique Cristaux

  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 clemouchka

clemouchka

    Tlpsien ++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPip
  • 42 messages
  • Une phrase ::Tout est Amour, Dieu est pur Amour.

Posté 31 juillet 2021 - 04:28

« Des cervelles de chairs brûlées d’abeilles holocaustes les clepsydres des mains à arborescences des liquides électriques enfantés de pachydermes à pendaisons sociologiques

Des cataractes d’oiseaux ensemencées de délires de peaux structurales ou pleuraient des soleils à tissus de végétations aux paupières de langues clairsemées de ventres inductifs

Par-delà les génocides de prières aux silences d’araignées rousses aux craies et séparations intuitives des jaillissements à statues linguistiques, matricielles des absences plastiques

O les arbres aux incandescences tordues, sarcastiques, sardoniques en exhalaisons des mouillés astres aux aurores neurologiques des stigmates à billevesées des naissances

Aux dispersions lacrymales des sourires aux ossements théologiques, fractales, aux nourritures de cétacés ou riaient les substantialistes transparences des nénuphars dansant

A travers des Océans embrasés de figements, d’illuminations déchirées de balançoires ou riaient des séraphins élastiques, aux cigares des satyres esthétiques, aux implémentations

Des lueurs oniriques mordant les épaules prêtresses d’une Lune aux pâmoisons de chrysolithes les loups décharnés d’yeux hybrides, bicéphales à genoux des cerveaux aux élytres

Silencieux, inconnus flagelles des panthères de harpes fécondes ou les avenirs des colombes aux déguisements des pierres en fontaines des flottements génétiques aux brasiers

Suspendus de puissances blasphématoires égrenées de fusées aux azurs temporels, écrasés, vomis, crachés, extraits par des raisins quadratiques aux mémoires de doigts

Souffrant des nourritures aux hypostases de lilas, de pampres, là ou des ruissellements de larmes aux lamentations, aux tourmentes, aux jérémiades projectives des parfums

Grouillant d’ipséités des pachydermes à lampes criblées, végété, intégrées de flaques télépathes aux splendeurs déliquescentes des géométriques personnalités aux intentionnalités

Des délires ineffables, coulant, au-delà des peintures gonflées d’impassibles bénédictions des tâches de sangs aux rousseurs limitatives ou des identiques hautbois aux inerties de cygnes

Lynchaient des réflexivités de serpents aux décomplexions larvées de poings anthropophages, les maïeutiques des torches d’abeilles aux discriminants des éveils d’opiums aux nuits

Des caravanes nouées de licornes aux naturalismes des ongles de chastetés par névroses des degrés les nonchaloirs brillants, étincelants, des murmures de cristaux aux flux immatériels

Là ou des mystères éthiques, religieux, fermentés de raisins acoustiques, hurlaient des vampires aux lucidités de lavandes morcelés à l’intérieur d’évanescences basaltiques des pores

D’adieux aux planètes circonflexes, ô convergences blessées, endolories, cicatricielles chevelures noyées de vins bleus, d’incontinences logicismes des alcools travestissant les âmes

Des liqueurs aux puits d’ivresses, là ou hilares, les ivrognes nucléaires, éléphantesques jusque dans les idées emperlées de Danaïdes astrales les semences, les pitances des encres roses

Ou des plumes hystériques, asymptotiques, génératrices de lèvres oubliées exemptes de délires de flûtes aux métabolismes léchés, bus, dévorés, les cécités inorganiques des langues aux

Aux émanations débridées, scientifiques des clystères d’iris aux louanges inextricables des lessives, des lavages de neurones bisexuels ou les alcools vibrent, existent, incarnent

Des mathématiques pulsions agricoles, aux vignes cognitives, ô délices des tondus sarcophages aux viandes pubescentes ou des déhiscences d’horloges abstraites, cryptographies

Les silences topologiques des mondéités agenouillés devant les zéphyrs existentiels, les fronts couvés d’associationnismes Libertés des citrons d’alcôves déterministes, ô clefs

Des voyelles aux sphinx des ostensoirs d’écumes nus dans les firmaments géologiques, comportementales martyrs des avalanches d’eunuques comparatifs, ou des pendules anthropologiques

Aux mysticités des microscopes transcendantalismes des cosmogonies d’hydres  « botanistiques », les cymbales aphrodisiaques des infrastructures monstrueuses aux catharsis voilées

De lèpres minérales, là ou méditent les pyramides chimiques, numériques par transmissions des singes identiques, ô cordes aux sépulcres ou des quintessences de lunules dramatisent

Des dendritiques d’onguents les parchemins menstruels des historicités de papillons humains, ô chrysalides des territoires aux synergies suicidées des fractales gestations géométrales

O flambeaux de flacons dissociatifs, ô ruptures des codons transférentiels, ou des peintures informatiques se recueillent dans des chars ontologiques aux nixes contraires, séparées, distanciées

De vomissements de baisers aux drogues symétriques, aux violons d’apartheid déstructurés, télégraphies des musicologies tensorielles, intentionnelles ou dégueulent des miroirs d’épaules

Aux polythéismes sémantiques, perfectibles, capitalistes, les chaos des flots communicatifs ou des pneumatismes d’absinthes déterritorialisent les omoplates transfusées de calciums bleus

O vespéraux feux des paumes centrifuges, hermaphrodites, manichéistes éternités grimpant sur des nymphes aux couteaux réfringents, analytiques, ô échos des pulsions binaires

O réceptacles des cachemires ignorés d’un paysage aux blondeurs tièdes d’infamies les fourmis modélisées de congruences folles, démographes, ô compositions des Fortunes d’un automne

Aux mendicités scrutatrices des énergétiques symbolisations démultipliés d’offrandes aux idiosyncrasies voyantes, extralucides des jambes d’Osiris jonchés de requins apostasies

Des artefacts aux transsubstantiations d’infantes oboles des osselets ethnologiques, ô anathèmes des mélancolies pestilentielles aux morsures, aux gerçures des flagorneries hypothétiques

Ou des impulsions de cyprès, d’améthystes, jouissent à l’intérieur des diffusions, des marécages expérimentaux et des clavecins de mimosas aux oraisons perclus de nuages

Ou des jaillissements de poumons dévorent les lézardes, les zébrures accouplées avec des astrologies harmonieuses ô plantes passéistes des mécanismes aux pantalons d’animaux

Attouchés d’infinis cycles aux castrations transactionnelles des péchés alimentaires, ô cartésianismes des cartilages d’un albatros aux commissures de pluies systémiques

O œil aux autels efflanqués de catastrophismes les chirurgicaux inconscients des indifférences les ondées d’harmonicas ô passementeries des colibris en confitures d’auréoles

Et de lampadaires aux architectoniques extatiques des coquillages inférieurs, ô pieuvres des singularités créationnistes ou des bruissements fauves vagissent à travers les cailloux infanticides

O Oméga des haines fétichistes, ô chats symptomatiques, ô diapasons métaphoriques, O graphologies des Hasards… .. »

 

                                                                                           ************************************************************

 

« Des rêves apparaissaient comme des puissances intérieures égrenées jalouses ou dansaient les chairs profondes des spectres aux silencieux firmaments fauves, éclosions

Des mains mentales à pentateuques chars des Apocalypses pensées chirurgicales abandonnant des délices vierges aux cycles éternels, pavoisant en des sourires

Visionnaires clairsemés de morcellements gigantesques des fûts plastiques, acoustiques, flagellés de liqueurs de pachydermes aux idées confuses

Ou régnaient les désirs des ruines accouplées de songes génétiques, voilés d’archipels à cimetières des citrons inharmoniques les vapeurs floconneuses des chevelures

Mendiant des pendaisons déchirées de brouillards intermittent, accroupissements d’astres flottant sur des foudres zébrant, perfusant les langues d’yeux interrompant

Les blés associatifs aux sourires de forêts intégrant des baisers effrontés, aux feuillages différentiels les animaux aux écroulements de fontaines évanouissant des corbeaux

Les transparents grillons crénelés d’apothéoses circonflexes, lumières de charrues aux implants, aux discriminants des torches inaccessibles d’arbres recueillements des symphonies

De loups, aux clartés immaculées de complexions d’auréoles soufflées de germinations ontologiques, essentialismes des degrés aux verticalités extatiques des poings à lyres

Les parfums versés d’unicités des ramages incléments ! Frénétiques des ineffables dissolvants des éclats méditatifs aux mélanges inconnus, filtrés d’érables gonflements des cuisses

Aux laitances des chaos, des démesures de frissons aux idéaux d’éden les ongles chimiques aux pubescences d’araignées instinctives des fécondations exhalées de souvenirs

Aux pierres terminaisons religieuses des prêtrises de citadelles élastiques, gangrenées d’asymptotes blondeurs des cygnes aux cornes de rébellions mangées de gouttes d’abeilles

Aux naseaux migrant des serpentements d’holocaustes à ruptures des cataractes géométriques, maudissant des hydres boiteuses aux clystères de statues enchaînées de squelettes abstraits

O courroux bleus des ondulations d’alcôves aux alcools déterministes, ô immobiles et figés dragons à linceuls, irisés de convulsions, d’épileptiques imagos sans parchemins hystériques

Des campagnes aux forges d’abstinences les zéros athéismes des neurones descendant les décombres des chastetés artistiques, vieillesses des flacons de paraboles déliquescentes,

O symboles des regards aux peintures de tigres les troglodytes comportements des flasques dérèglements aux roulements aux hécatombes à genoux sur les fronts érubescents

Des glaives de Jupiter enlacés des bacchantes à ossements reproductifs, les flûtes trahissant les oraisons de distributions à tableaux évangéliques des vins prostitués les sirènes

Aux nénuphars candides à gestations des métamorphoses tragiques existentielles aux chapelets de sémiotiques à autels végétatifs, ô figements immortels des sanguinolents violons

Aux temples des hideuses, admonestations les épaules aux démences subtiles, aux nœuds difformes en Libertés brisées d’éclatements les enfers aux crevasses, aux viscosités, aux

Miasmes des capitaux meurtris d’écorces aux puits croulant devant les Léthé aux infortunes d’empirismes à flots de continuités les artefacts fourmillant des enclumes écrouées

D’éthers aux rouets analytiques, des essaims de têtes à luths des éveils d’hautbois des nonchaloirs aux haletantes vibrisses des biologiques pilastres de métabolismes à paupières

De bijoux les éléphants décharnés de délires de femmes aux glaciers anatomiques des Asie aux mœurs des scythes à intentionnels chevaux des peaux sémantiques, blanches

Des singes aux varechs punitifs, les Grecques panthères des charrettes à pyramides nerveuses, les hybridations agricoles aux syllabes des filaments immortels, pieds de platanes

Aux thermostats d’angoisses les présages aux herméneutiques trahisons des nuits d’arc-en-ciels, aux mausolées pâmés, mysticités des mémoires aux imprimeries mécréantes

Les infrastructures des blasphèmes aux évangiles bohémiens des effondrements crevés de papiers animistes, des harangues tutélaires de diamants à aumônes cérébrales

Les pieuses lampes aux télescopes vertèbres des Platon aux gémonies sans idiosyncrasies des quintessences d’épouvantails à dédoublement des tabernacles violés

De cymbales domestiques à cous de boutiques précieuses, spécieuses, voilées de tapisseries aux gémissements prodigieux des extractions de botaniques coagulant

Des mystagogues aux blessures d’infâmes amulettes aux rotules prisonnières des orgies hermaphrodites, néantités des larrons aux présences de fleurs phénoménales

Traînant des cloches de mâchoires criminelles, ô biologiques libertés engendrées de croyances aux efflorescences de citernes quadratiques,ô rouges Espaces des littératures

Aux couteaux endormis, aux deuils des prêtrises courbés d’austérités à flocons des ténèbres les pâles ossuaires physiques, hosannas des aubes aux pleutres démons

Des consternations, des chapelles vitalistes aux embrasures d’anachorètes systémiques infidélités des Satan aux clavicules d’échelles à modélisations mimétiques

Des guerres aux ampoules télévisuelles des sarments d’autres atavismes du miroir aux pieds bleus, ô étriers des montagnes cartilages les cellules aux panaches livides

Noirs, rampant les esclavages des reptiliennes absolutions les mathématiques aux limitatifs eugénismes des archanges aux catastrophes numériques des planètes

A castagnettes incontinences les étincelles effacées des moustiques aux feux de toits torrentiels des décombres zébrés de rougeurs monastiques, les ferments tribaux

Incomplétudes des débandades égorgées de cendres aux âmes lâchées de vacuités les veines pénétrées d’un cliquetis d’hosties entropiques, les manants vivaces, infusés

De comparaisons aux préétablis les neiges Africaines des géodésies intemporelles, les liesses magnétiques des râles escaliers de ventres harmonieux, ô divinités d’ailes

A dédales des muettes Minerves accrochées de pulsars vêtues de chrysalides aux transmissions d’architectures les cailloux individualistes, ô traînées des feuillages

En des perspectivismes de racines Orientales ou des calices de baignoires sculptées de supplices les gisements d’éoliennes aux pourfendues baleines riantes et caressantes

Des nixes nucléaires aux dissolutions respiratoires des siècles broutant des transcendances d’animaux linguistiques, ô nymphes aux préservatifs graphologiques, hypothétiques

Les Egyptologies des cèdres à désastres d’alcaloïdes nourritures, ô polymorphismes du doute à paranoïa électrique, complexé de Justices aux morsures d’oranges à bicéphales

Vertèbres des anomies d’achalandages les statistiques timides des toisons dépositaires des vautours aux tiges pénétrantes des mollusques tendus comme des fœtus arborescents

Ou des bleues identités aux transformismes de jades et de rubis les lambeaux contrits des clavecins algébriques aux théologiques censures des emphases de dents aux Lumières

Naissantes par-delà les épithalames des insondables porcelaines des géhennes d’escarboucles à synergies des pampres aux gypaètes en toilettes d’adieux les cheminées dialectiques

Agneaux empourprés de décompositions les impuissances fendues d’inexpugnables linéaments des moqueurs d’orties aux convalescences de cheminées à guêpiers relationnels

O souliers chauves des prédilections de mentons crus, ô transpirations des hasards personnels, ô prairies champs vallées des lenteurs d’aubépines humaines, ô chandeliers giratoires

Des mamelles ennemies aux javelles d’âmes, de peaux, de coeurs polyèdres, les lingeries des forgerons dématérialisés, rompus, éreintés de lavandes psychanalytiques

Ou des symétries d’étangs habités de sangliers démocratiques, politiques, sifflements des foyers aux appétits des écritures capillaires, les sangliers doxologies des hypostases

Aux lacrymales génuflexions des caractérologies de pluies à des noires boulangeries aux intellections neurasthéniques les orfèvreries des savons allumés de passerelles

Ou on bouffe des charpentes d’insectes aux faïences actualisées, ô ondoiements des hôpitaux aux trouées de clés nagent des locomotives microscopiques, ô deltoïdes de poissons

Aux convulsions de sourcils aux grammaires singularisées, ô jeux macabres aux polarisations folles des bouffées d’améthystes suspendues, ô latinismes des fougères métaphysiques

Aux corbeaux des paradigmes trempés de cloaques médicamenteux, les César humanoïdes des massues de joues aux familles enfoncées d’acryliques syntagmes à cordes de caravanes

Christianisées des amazones textuelles, prosternées de pictographies hérissées des lessives décrépites aux entrailles solitaires, des violettes nuques aux élytres de nicotines disparues

O frondaisons des geôlières aux voyances inorganiques des poteaux télégraphiques les sphinx à trous embaumés d’impuretés à funérailles commutatives, des tapisseries de gibets

Aux Providences des plantations tombées de boucheries astrologiques, aux hirondelles mantras des in-expiations d’un glaive à tronçons de cerises imperméables, aux problématiques

De lucioles clouées sur une croix à Grâces des pourceaux entr’ouverts ou les flèches échographiques riaient des blanchissements de gloires globulaires, moléculaires, vendant

Des palmes chez les tourtereaux aux interstices orphiques, ô bouffonneries des cassures de vagissements imaginaires,ô bouteilles tremblant, pleurant, fuyant des préhensiles

Aliénations des ivrognes aux cyclopes des lucidités à un œil identique, délavé, ô voyelles des écoutilles études à mandragores cantiques des quanta obsessionnels, ô Cubes ! »