Aller au contenu





Dépouillement

Posté par Loup-de-lune, 13 juin 2019 · 369 visite(s)

Dépouillement




il est temps de s'asseoir sur la grande pierre plate

il a suffisamment marché

celui qui n'a plus où aller




Le lait sucré

le beau que sillonnent les vers

ne feront que peu contre mon éreintement



enfin les derniers humains s'en vont

toutes ces femmes avec tous ces enfants

et toutes ces inflexions qui sacrent les inquiétudes



ils ont fait mal au silence

dont je m'étais considéré comme la sentinelle

avec le baume du soir j'ai veillé sa convalescence



au comble de la cicatrice vient le vent

au-dessus du panachage de bêtes

que l'homme a composé

et c'est le vent comme un toit

de feuilles et d'étincelles

et je m'étonne de mon livre

de mes mains qui saignent son alphabet

et sur la pierre

me rassure la boisson épandue en transparence



et les paons se juchent

et allument des franges de délivrance

et les oies étendent
et secouent leurs grandes ailes blanches


leurs plumes ainsi neigées

disent-elles les âmes des pommes

qui se corrompent dans le tremblé d'un linceul d'ombres ?



Il y a au coeur de l'humain de très puissantes forces contraires. Ce n'est pas le yin et le yang qui s'harmonisent l'un par l'autre, l'un pour l'autre, qui veillent aux équilibres, à l'heureuse évidence des métamorphoses...

Il y a au coeur de l'humain de très funestes forces antithétiques, antagonistes, qui semblent être l'une des caractéristiques principales de sa complexion : par exemple, un individu est capable, avec des commentaires, d'envahir un blog appartenant à autrui, pendant des mois et des mois, comme une herbe folle, pour ensuite venir jouer, dans l'insatiabilité de sa propre production, au saint élagueur. Ainsi, perpétuellement en proie à cette manière de schizophrénie, excessif tantôt par étouffement tantôt par émondement, son moi n'a de cesse de menacer la source de sève et de Vie...


Loup-de-lune

Ma photo