Aller au contenu





Une saison en poème afin que soit rejointe Mademoiselle Lin : 52/66 Sublimatoire du besoin

Posté par Loup-de-lune, 09 septembre 2019 · 368 visite(s)

Sublimatoire du besoin



foudre platine 

sur le fol hyalin

pour muer la brisure 

en naissante dendrite



versicolore anthologie du jour métabolique 

sa capillarité émonde la contemplation 

et congédie le porphyrocyané lacis des vaisseaux 



outreretour et transapôtre 

le myocarde trimardeur 



et le liquide désapprend la viscosité 

en compliciant l'ulysse leuçalgique



à même la jachère des alcools

des chemins germinent leur pas lucide 

là où la soif émancipée de l'araire 

afin qu'abondaure le saisonneur

disjoignit ses commissures jusqu'à la transparence



" Quel est le poète qui n'a rêvé sa mort ?Quel est le poète qui ne l'a imaginée ? "Ah! s'il faut mourir, que ce soit dans les flammes, mué en clarté et en chaleur..." Pensez-vous que ce n'était qu'un jeu fortuit de l'imagination, qui incitait Jaromil à se représenter sa mort dans les flammes ? Nullement ; car la mort est un message ; la mort parle ; l'acte de mort possède sa propre sémantique, et il n'est pas indifférent de savoir de quelle façon un homme a trouvé la mort, et dans quel élément. "

Milan Kundera, La vie est ailleurs

Ma photo