Aller au contenu

Photo

Des goûts et des couleurs


  • Veuillez vous connecter pour répondre
32 réponses à ce sujet

#1 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 248 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 04 décembre 2007 - 07:38

Il y a certainement de bons et de mauvais lecteurs mais les bons sont si rares qu'on peut sans complexe en parler : il faut les rêver, simplement. Nous avons bien quelques modèles, eux-mêmes auteurs pour nous transmettre un tant soit peu de leur regard. Je pense à Proust ("Contre Sainte-Beuve") mais aussi à Sainte-Beuve lui-même, qui était excellent lecteur (ah ! les belles pages qu'il a écrites sur les excès de Hugo...) Claudel est un autre de ces lecteurs admirables : son écoute des rythmes de la prose comme du vers français est unique ! La dynamique de la phrase n'a semble-t-il rien d'étranger à cet homme, qui reste même pas inégalé : inimité. Plus près de nous, Pierre Bayard avec "Comment parler des livres qu'on n'a pas lus" nous offre une leçon de lecture. Il n'est pas simplement lecteur, si cela était possible : il réinvente l'acte de lire à travers son écriture. Je n'omettrai pas Benveniste, lecteur de langues entières. Mais ces gens sont tous des lecteurs professionnels : les uns ont fait leur métier de cet acte si étrange et insaisissable, les autres l'interrogent parce qu'il est le miroir de leur métier, écrire. Pour nous autres qui sommes étrangers à cette sphère mythique, la lecture devrait-elle être une préoccupation première ? La question est rhétorique, je l'accorde, tant la réponse paraît évidente, tant le simple fait que la question de la lecture est directement liée à celle de l'écriture et qu'il y a peut-être une corrélation à établir entre l'intérêt appuyé des auteurs pour la lecture et le fait que ceux qui, ayant fait profession de lire, se sont montrés des exemples en la matière, sont eux-mêmes des écrivains de premier ordre. Lire, écrire, est une seule chose. Et écrire une lecture, troisième chose, n'est que l'accomplissement des deux premières qui n'en font qu'une. Toute écriture revient à un lire, toute lecture à un écrire : certes, nous n'en saurions attendre le résultat matériel de l'écriture, puisque l'écriture qu'est la lecture n'est que pensée, mais cette pensée déjà est écriture, entre dans le processus, plus importante que le résultat, le texte. Lequel n'est pas moins, parce qu'il autorise la transmission, la condition réflexe de tout le procès anthropologique : la lecture-écriture.

#2 Marygrange

Marygrange

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 553 messages

Posté 06 décembre 2007 - 06:13

Très bonne analyse ! Et j'aime beaucoup ça

Toute écriture revient à un lire, toute lecture à un écrire

. Je n'en dirai pas davantage, cela résume tout ce que tu as dit, du moins me semble-t-il et c'est très juste. Merci !


Amicalement,
Béa

#3 Invité_souris_*

Invité_souris_*
  • Invité

Posté 06 décembre 2007 - 06:51

C'est très modestement que je m'attarde sur la phrase :

"toute écriture revient à un lire, toute lecture à un écrire"

Je ne comprends pas la deuxième partie de cette affirmation même avec la précision suivante:
la lecture n'est que pensée ..... qui entre dans le processus d'écriture ...

Avec un petit raccourci pris dans le texte je ne vois pas bien comment on arrive à cette conclusion

Moi, je distingue entrer dans un processus ou en être le résultat.

Suis-je dans l'erreur ?


Amicalement
Souris

#4 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 248 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 08 décembre 2007 - 08:25

Dans la respiration, tu distingues l'inspiration et l'expiration. Il n'y a pour autant qu'un seul processus : la respiration.
Cette image me semble la plus proche de ce que je voulais dire (peut-être)...

#5 Ariel

Ariel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 539 messages

Posté 08 décembre 2007 - 08:43

Je souris toujours un peu quand tu prends ce ton docte
(- Quoi de neuf, me dis-je, car je ne viens pas te lire que pour le ton.
Sérieux.)

"Toute écriture revient à un lire ..." et la suite, me parle.
Le processus chassant le vide devant soi.

Surtout à mon côté qui aime bien les langues étrangères, et leur traduction
jusque dans mon écriture. Saint-John Perse écrivait de son traducteur,
TS. Eliot, qu'il le laissait prendre des libertés avec son texte Anabase, pour lui rendre
l'impression qu'il ne s'agissait pas d'une traduction

"L'écrire-le-lire"

un enchaînement "certes" (comme tu le dirais)
mais un bel enchaînement,
tout procès d'intention - fût-ce t-il anthropologique, mis à part.

#6 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 248 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 09 décembre 2007 - 08:23

Je me permets de reciter ici passage de La sémiosphère de Youri Lotman, qui abonde dans ton sens (me semble-t-il) :

Nous avons déjà mentionné le fait que l'acte de pensée élémentaire est la traduction. Nous pouvons maintenant aller plus loin et dire que le mécanisme élémentaire de la traduction est le dialogue. Le dialogue présuppose l'asymétrie, asymétrie qui doit être tout d'abord perçue à travers les différences inhé­rentes aux structures sémiotiques (les langages) qu'emploient les participants au dialogue, et ensuite, à travers les directions alternatives empruntées par le flux des messages. Ce dernier point implique que les participants à un dialogue passent à tour de rôle d'une position de « transmission " à une position de " réception ", et que par là l'information circule par portions discontinues séparées par des intervalles.
Cependant, si un dialogue dépourvu de différences sémio­tiques n'a pas de raison d'être, lorsque la différence est absolue au point que les participants s'excluent mutuellement, le dialogue devient impossible. L'asymétrie doit donc comporter un degré minimal d'invariance.

Mais il est une autre condition nécessaire au dialogue : l'implication réciproque des deux participants à la communi­cation, et leur capacité à surmonter les barrières sémiotiques qui surgissent inévitablement. John Newson2o par exemple, qui a étudié la situation dialogique existant entre une mère allaitante et son enfant, a remarqué que - aussi étrange que cela puisse paraître dans ce type d'ouvrage - que la condition nécessaire au dialogue est l'amour, l'attirance des participants l'un pour l'autre. Le choix de son sujet par Newson est remarquablement adapté à la compréhension des mécanismes generaux du dialogue. Celui-ci, en tant que forme d'échange sémiotique, s'avère impossible à l'intérieur d'un organisme où d'autres formes de contact prédominent. Mais il est également impossible entre des unités totalement dépourvues de langage commun. La relation d'une mère avec son enfant est sous cet angle un matériau expérimental idéal : les participants à ce dialogue viennent de cesser de former un seul être, mais ne sont pas encore totalement séparés. Au sens le plus pur cette relation montre que le besoin de dialogue, la situation dialogique précède à la fois le dialogue réel et jusqu'à l'existence d'un langage dans lequel le mener: la situation sémiotique précède les instruments de la sémiosis. Plus intéressant encore est le constat que dans la recherche d'un langage commun chacun des participants tente d'employer le langage de l'autre: la mère produit des sons qui ressemblent au gazouillis d'un bébé; plus stupéfiant encore, les expressions du visage de l'enfant, filmées puis projetées au ralenti, montrent que lui aussi tente d'imiter les expressions de sa mère, c'est-à-dire d'adopter son langage. Fascinant également, le fait que ce type de dialogue contient une séquence rigoureuse de transmission alternant avec une séquence de réception : lorsque l'un des participants émet un "message", l'autre s'interrompt, et inversement. C'est ainsi par exemple - et nombreux serons-nous à l'avoir observé - qu'il se produit un cc échange d'éclats de rire" entre une mère et son enfant, ce "langage du sourire" dont Rousseau considérait qu'il était l'unique genre conversationnel dont l'absence de fausseté était garantie.



Certes-t-il pas ?

#7 Ariel

Ariel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 539 messages

Posté 10 décembre 2007 - 04:09

Va pour Newson,
et sa chaîne alimentaire.

- Là, j'ai un peu le sourire crispé,
même si, ce gamin en mal permanent d'émancipation,
je le revendique un peu -

Une des choses (écrites) que j'ai préféré faire,
c'était une scène construite avec 3 niveaux de dialogue
le monologue intérieur (avec pour modèle celui des Vagues, de Virginia Woolfe)
le dialogue "externalisé", classique, théâtral,
et le dialogue intérieur, où tu parles à l'idée que tu te fais de l'autre,
ce qui est un détournement de ta situation dialogique.

Dans ce dernier je me suis tellement bien perdu
que je n'ai jamais réussi à en sortir.
- si tant est que j'ai bien essayé.

Mais tu me répondras qu'à la lecture on peut très bien s'identifier à l'idée que l'autre s'en fait
- je retrouve la scène des miroirs du "Meurtre à Manhattan", elle même ... ... ...


Merci de ton abondante dynamique.

#8 Chloe Danthes

Chloe Danthes

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 208 messages

Posté 11 décembre 2007 - 05:48

Claudel excellent lecteur, c'est une : excellente blague. sur l'fond ya pas d'poètes qui ne soient également de bons lecteurs, l'inverse étant nié grâce à : queneau.

#9 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 248 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 11 décembre 2007 - 07:34

Claudel, un lecteur hors pair, en effet. Comment aurait-il pu écrire ainsi, autrement ?

#10 .ds.

.ds.

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 3 825 messages

Posté 11 décembre 2007 - 10:54

Comment en effet aurait-t-il pu t-elle, ignorant de quoi il s'agit.. Tout cela me paraît assez aléatoire, voire très surprenant !

Pourquoi leurs donner une réponse qui n'existe qu'en soi ?


Bisous

#11 Chloe Danthes

Chloe Danthes

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 208 messages

Posté 12 décembre 2007 - 05:00

"écrire ainsi", vous v'lez dire : pérorer ?

#12 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 248 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 15 décembre 2007 - 08:35

Peut-être avezz-vous été effrayé(e) de la posture catholique (quasi intégriste...) de Claudel. Ce serait dommage.
Claudel est un des plus grands poètes français du XXe siècle. Il a apporté plus de liberté au vers que les surréalistes réunis, et il l'a fait avec autant de sensibilité que d'intelligence (deux choses qu'on ne devrait jamais dissocier).
Le vers (ou verset) claudélien est une des choses les plus imaginatives qui soient. Si le propos de "L'annonce faite à Marie" vous a choqué (le dramaturge s'y montre d'une intransigeance de converti) et si le volume du "Soulier de satin" vous est tombé des mains (à moi aussi, pour l'instant), lisez le merveilleux "Partage de midi". Mais si le théâtre vous fait horreur, je vous conseille volontiers "Cinq grandes odes". Enfin, si vous souhaitez connaître Claudel comme llittérateur, je ne puis que vous recommander ce petit volume qui contient divers essais sur la poésie et particulièrement "Positions et propositions sur le vers français". Alors, vous vous rendrez compte qu'il y a chez Claudel un regard sur la poésie qui se démarque par sa précision et sa justesse. Claudel est un des rares auteurs qui ENTEND ce qu'il écrit comme ce qu'il lit. Ce qui le rend précieux par-dessus tout !

Dans mes conseils de lecture, j'allais oublier "Art poétique", qui porte des propositions révolutionnaires - sur la poésie comme sur le cosmos. Alors vous aurez une idée de la poétique jubilatoire de Claudel : "Sous ce qui se répète, il y a ce qui se continue."

#13 pallio

pallio

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 62 messages

Posté 15 décembre 2007 - 07:31

'lut serios'!
C qui Newson? Moi j'aimais mieux quand on m'lisait une histoir' au pieu que quand c'était moi qui la lisait. heu ça a p't^t rien à voir...

#14 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 248 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 15 décembre 2007 - 09:42

Bonjour Pallio,

Je connais un peu Lotman mais pas Newson. A mon avis ce doit être un comportementaliste américain traduit en URSS à la fin des années cinquante.

#15 Chloe Danthes

Chloe Danthes

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 208 messages

Posté 16 décembre 2007 - 08:50

j'ai assez lu Claudel p'r m'en faire une bonne idée toute seule, merci
prenons son bréviaire poétique, si vous v'lez bien
ou bien prenons son annonce faite à Marie
qu'en dire, si c'n'est : ça sent la posture (les 2)
si Claudel entend si bien, c't'avant tout qu'il n'bouge pas
il croit à l'ensemble et méprise le point

non, s'vous plait, à parler d'ça, parlez alors d'Antoine SE ou de Grosjean
parlez d'vers ? parlez de Valery

#16 .ds.

.ds.

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 3 825 messages

Posté 17 décembre 2007 - 01:42

Peut-être méprise-t-elle le point dans sa posture, mais et les goûts et les couleurs, ne sont-ils pas suaves dans ce labyrinte de sens où l'exposé semble être face à son miroir ?

S'il fallait parler lecture ou de vers, resterions-nous sourd, pour ne pas dire malentendant, obscur et muet ?

Il n'y a aucun déplacement qui ne vaille la peine... c'est ce que je crois.

#17 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 248 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 17 décembre 2007 - 08:22

si Claudel entend si bien, c't'avant tout qu'il n'bouge pas
il croit à l'ensemble et méprise le point


C'est très convainquant.
Un jour un gars m'a fait : "Kandinsky, c'est très mauvais parce que ses espaces sont euclidiens."
Je n'ai rien répondu tant l'argument me semblait irréel.
Je vous parlerai de Grosjean, promis. Mais peut-on parler de Grosjean sans rendre hommage à Claudel ?
Lui si rétif à la critique littéraire y a sacrifié pour... "Cinq grandes odes" (une très belle préface, d'ailleurs).

#18 Chloe Danthes

Chloe Danthes

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 208 messages

Posté 17 décembre 2007 - 11:39

convaincant l'est plus avec un "c"
c'quoi un espace qu'est euclidien ?

#19 Invité_souris_*

Invité_souris_*
  • Invité

Posté 17 décembre 2007 - 12:01

convaincant l'est plus avec un "c"
c'quoi un espace qu'est euclidien ?



Vos leçon d'orthografe mam' m' use
Amicalement
Souris



#20 Chloe Danthes

Chloe Danthes

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 208 messages

Posté 17 décembre 2007 - 12:30

on dirait : c'parce que ça t'amuses qu'tu souris ?
j'ne f'rais que relever vot'faute à "amicalement" : pas à sa place

#21 Baptiste

Baptiste

    Baptiste

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 831 messages

Posté 17 décembre 2007 - 02:20

vasi arrete de pleurer.

A noter que amicalement peut etre aussi = a ami calmant ou bien, pour nos amis psychanalystes: amical ment.

#22 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 248 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 17 décembre 2007 - 02:34

convaincant l'est plus avec un "c"
c'quoi un espace qu'est euclidien ?


Après recherches, ça doit être ça :

http://florenaud.free.fr/Courbure.php

#23 Chloe Danthes

Chloe Danthes

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 208 messages

Posté 18 décembre 2007 - 12:49

hum
j'dois avoir loupé un épisode

#24 .ds.

.ds.

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 3 825 messages

Posté 19 décembre 2007 - 12:30

hum
j'dois avoir loupé un épisode

Bon, et tu pense que rpondre ainsi sois satisfaisant ?
Je ne le pense pas et, que je ne pense où pas il est même hors de question de me contredire, une seule choseà dire : tu sors ou écris. Quant à Annelyse hahahaha ^^ Bienvenue sur l'Etabli.

#25 Chloe Danthes

Chloe Danthes

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 208 messages

Posté 19 décembre 2007 - 01:43

ah ! tiens, la bétise continue à se propager

#26 .ds.

.ds.

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 3 825 messages

Posté 19 décembre 2007 - 01:45

Mais vui, avec en plus un tas de fautes à corriger. Voyez la Chloé nous prendre de haut misère ^^ et l'autre pouf de annelyse, certaine de ne rien copiiez la diriger vers l'établi. C'est un comble. Comment se faire diriger par une souris, soutenue par des malaises "Ariel" et venir nous dire à quoi on ressemble, c'est le monde à l'envers. Fume ta clope et étouufes-toi avec !

#27 Chloe Danthes

Chloe Danthes

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 208 messages

Posté 19 décembre 2007 - 01:53

j'risque d'm'étouffer de rire, avant

#28 .ds.

.ds.

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 3 825 messages

Posté 19 décembre 2007 - 02:03

vui étouffes-toi.

#29 Chloe Danthes

Chloe Danthes

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 208 messages

Posté 19 décembre 2007 - 02:08

c't'un ordre ?
sans "s" alors

#30 .ds.

.ds.

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 3 825 messages

Posté 19 décembre 2007 - 02:10

c'est pas un ordre, mais avec un 's' comme sssssss.. Enfn bref, tu m'ennuies, oui et non, j'te réponds, il est tard, et ça me gave, p"tite pouf