Aller au contenu

Photo

L'horloge de demain


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 bɔētiane

bɔētiane

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 134 messages
  • Une phrase ::"Les mots sont une peinture des choses"

    boetiane.com

Posté 01 janvier 2018 - 12:19

L'horloge de demain   (G. Apollinaire)

encre et aquarelle   mars 1917   version "manuscrit"

adressée à Francis Picabia pour la revue N° 4 de son journal barcelonais "391"

 

 

776474apollinaire1.jpg

 

390367apollinaire2.jpg

 

 

Transcription du calligramme :

 

Le bonheur et le malheur

marchent de compagnie

 

il te revient des parfums passés

mais tu vois des êtres qui vont exister

qui se préparent

 

Ecoutez-moi bien

 

il y va de la vie

 

et tant de nouvelles

 

Je me souviens de la Provence

Du danseur du Nord

Cette Anglaise qui riait qui riait

Et le boulevard Séguin à Oran

Hélas où est ton cœur

 

Mon cœur plein de tous les printemps

 

Ecoutez-moi tous

 

« De son enfance à sa mort, Guillaume Apollinaire dessine, écrit. Chez lui, le signe est image, le mot est une figure, la lettre est un dessin. On est aux antipodes de la linguistique, pour laquelle le langage est arbitraire et abstrait. L'écriture manuscrite d'Apollinaire est possédée par son élan vital. C'est le sang du poète, sa sève dans son ébullition lyrique. Certaines lettres d'Apollinaire à Lou sont des jungles où les phrases se pressent, serrées, avec soudain l'enjambée de grands mots sveltes tels des étendards au-dessus de la mêlée crépitante des signes. Et ces légions verbales sont flanquées d'innombrables dessins ! Partout le désir invente ses calligraphies de chiromancie, ses cadences et ses croquis propitiatoires. Ses derniers mots sur son lit de mort auraient été :           « Sauvez-moi, je veux vivre ! J'ai tant de choses à faire ! »         Jusqu'au bout, on reconnaît son chant lancinant. Sa poésie est le résumé de notre errance ».

 

"Ma sensibilité est devenue

aussi aiguë

que celle des écrevisses

au moment du renouvellement de sa carapace"

 

"C'est l'heure ou jamais

d'être sensible à la poésie

car elle domine

 

    tout terriblement"

 

 

Guillaume Apollinaire (1880 - 1918) meurt deux jours avant l'Armistice

2018 commémore le centenaire de sa mort

 

bonne année à tous

bɔē