Aller au contenu

Photo

Exutoire du bus


  • Veuillez vous connecter pour répondre
41 réponses à ce sujet

#1 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 22 novembre 2018 - 07:30

C'est toujours le même arrêt de bus. Il semble à l'abandon mais des gens attendent. Je me grille un clope.

Tout à coup, j'entends une voix derrière moi.

- Non, monsieur ! La poésie, ce n'est pas un exutoire !

- Mais si ! Mais si !

Le bus arrive. J'entre dans le bus et regarde le conducteur, amical. Il est comme moi. Il n'en sait rien. Il n'en sait rien du tout.

Le bus repart. Les deux personnes sont au sol, à présent. On ne voit pas qui a pris le dessus parce qu'il y a un tournant tout de suite après la station.



#2 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 22 novembre 2018 - 07:03

Etonnant et lointain écho du récit qui précède, ce rêve ancien.

 

 

Rêve -- 08.08.1995 -- Le jardin aux jeux.

 

Rêve au jardin aux jeux. Ouverture sur le monde. Jeu derrière le monde.

Le jardin donne accès aux cinq continents.

L’Océanie par le hangar.

Permet d’organiser l’univers : après l’expérience du jardin, il me serait possible, en me cachant derrière une porte, de reformuler le monde à ma guise.

Rêve de plénitude du jardin. J’ai la nostalgie du jardin aujourd’hui.

Passage d’Aborigènes venus de l’Océanie derrière le hangar.

Chez le voisin d’en face, derrière la porte d’entrée, ouverte : « Je n’ai besoin de rien ».



#3 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 23 novembre 2018 - 08:25

Sans quoi on ne rêverait pas :-)

#4 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 24 novembre 2018 - 12:22

Mais non, c'est très bien !

 

 

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.



 



#5 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 25 novembre 2018 - 07:40

Le bus se fait toujours attendre. C'est une question de principe.

 

C'est comme l'existence de Dieu. Hier à l'arrêt mal couvert (or, il pleuvait) une femme disait à un homme qui l'accompagnait :

 

- Eh bien ce mur, là, c'est ça pour moi Dieu. Un mur ! Et ça existe ? Ou ça n'existe pas peut-être ?

- Vous lisez de la poésie madame ? Ou je vous fais livrer un sac de plâtre ?

 

Par malheur, le bus ne conduisait qu'à une cimenterie. Nous sommes entrés tout de même.

Il pleuvait de plus en plus fort.



#6 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 25 novembre 2018 - 08:56

En effet. C'est aussi ce que disait le conducteur.

#7 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 25 novembre 2018 - 06:59

Le problème, c'est quand les lignes de bus se confondent aux lignes de la main. Et que le poing se crispe.

#8 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 25 novembre 2018 - 09:17

Note sur le tracé des lignes

 

automne 1993

 

 

Revenez-vous jouer le jour

poser la question de l'éternité

croiser vos vagues, retourner l'étang ?

revenez-vous ? Etes-vous différents de ce que vous étiez ?

 

Revenez-nous

au point où vous vous étiez évanouis

jouer

au quotidien nous vous déléguerons

notre passion

 

Un coucher de soleil

toute ma main s'effondre

une lumière

c'est notre seuil, mon histoire s'y inscrit

 

L'éternité

ce n'est pas pas une chaise non

et ce n'est pas un arbre

nous n'avons pas les paupières fermées

nous n'avons pas les lèvres closes

 

Revenez

au point où nous nous sommes apaisés

avant, après

nous n'avons rien vécu



#9 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 28 novembre 2018 - 08:53

Pourtant, un coup de dés n'est pas fichu d'abolir le hasard. Alors les mots...

#10 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 29 novembre 2018 - 07:00

' Les sens très précis ' du poème, cela relève de l'impossible. Et tant mieux !

Le sens demande de la logique. Or, je crois que le poème ne tire pas sa force de la logique mais de ce qui n'est pas dit, pas directif. S'adresse aux contours, à l'in-précis, l'in-sensé, l'in-défini, au sur-dicible (même à minima). Se laisser aller, envelopper ou surprendre..., sortir de la route..., n'est-ce pas la sève de tout langage. D'où vient le langage ?

 

Il est évidemment possible de ne pas recourir au hasard de la construction du poème. (perso, j'aime beaucoup les cadavres exquis).

Cependant, même dans un poème qui se voudrait construit, sur le sens, sur le monde..., le mot n'est jamais totalement issu de ' la volonté '.

Il y a un déterminisme du langage, du mot, ne serait-ce que par usages, habitudes, mode, perceptions, bagages, milieux sociaux, croyances, etc.

Ce déterminisme joue dans les deux sens, auteur <--- > lecteur. Et c'est génial.



#11 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 29 novembre 2018 - 07:59

Le sens demande-t-il de la logique ?

 

Rien n'est moins sûr. Car le sens comme demandeur n'existe pas tout d'abord mais surtout car le sens, si on le conçoit comme une chose figée, n'existe guère plus. Le sens, "paraphrase sémantique" si on le rapproche de ce qu'est la définition (celle du dictionnaire, par exemple) n'est pas une chose inerte que semble présenter l'amas des caractères qui instruisent la mise en équivalence quand elle est figée en le texte mais une action plurielle, composée d'une à n émissions et de deux à n réceptions, lesquelles fréquemment s'entrecroisent, pour dégager une série d'opérations transindividuelles, transtemporelles, qui donnent son existence à un sens donné, qui n'est donc jamais une paradigmatique au repos mais une syntagmation réitérée, reformulée, variée ou non, un exercice dynamique donc.

 

Voici le sens. Il circule. La paraphrase sémantique d'un poème en est un possible, dont la fonction élucidatrice ne peut être que très partielle. Chaque chapitre d'Igitur commence par un résumé de l'action, condamné on le sait à la perpétuelle diffraction. De même, Jean Racine rédigeait-il, je crois (je ne les ai  jamais vus) des résumés en prose de ses pièces qui sont le vers, lui-même. Nous constatons donc la possibilité de la paraphrase sémantique du poème, au grand dam d'André Breton. Mais nous en voyons immédiatement les limites. D'une part, dans son insuffisante sémantique. Le sens définitoire, est unaire. Le sens poétique, qui n'est autre que le sens réel (au sens où l'on parle d'économie réelle) est par principe mutlipolaire, contradictoire, déséquilibré, antagonique, ce qui explique qu'on ne soit jamais satisfait d'une interprétation car elle impose un arrêt, une statique, une cloture que dénie non seulement le poème mais également le sens lui-même.

 

Car le sens, s'il ne demande rien, sait dénier.

 

Ce qui explique par ailleurs qu'il y ait si peu de mots dans nos dictionnaires dont "la" définition ne soit au mieux sujette à d'infinies discussions, au pire soumises à de véritables guerres sémantiques.



#12 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 29 novembre 2018 - 10:08

Le sens n'est pas une chose inerte. Très certainement. La logique non plus. S'il y a discussion autour d'un mot, sa définition... c'est bien qu'on a donné ' sens ' à ce mot dans un rapport de relation à - (accompagnants). La logique n'est-elle pas ce simple rapport de relation ( sens latent) entre deux ou plusieurs mots, deux ou plusieurs propositions, deux ou plusieurs ententes contextuelles, un, deux ou plusieurs sons, traits, graphes..., etc. comme autant de connexions possibles, si peu identifiables soient-elles. Je crois (sans savoir, vouloir, le démontrer) qu'il existe une logique intuitive.

 

C'est  ' de sens très précis ' qui me semble impossible.



#13 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 29 novembre 2018 - 01:12

Tout à fait d'accord avec toi, Bruno, sur le choix de la nuance. D'accord avec toi, également, pour soutenir que la logique n'est vrai ou faux, mais état / lien constituant de quelque chose de proposé, selon une multitude de rapports possibles.

A la relecture, ce qui m'a fait réagir est la notion de ' bon poème ' mis en parallèle avec ' toujours riche de sens '. J'ai trouvé l'articulation rigide, et comme dans un miroir, j'en ai fait une lecture rigide. Parce que, en fait, chacun fait son sens.

:)

 

 



#14 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 29 novembre 2018 - 01:28

Le gros livre en question, il est surtout soumis (sujet) à interprétations, n'est-ce pas.

Il prend le sens qu'on veut bien lui donner.



#15 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 29 novembre 2018 - 07:56

Moi j'ai un problème avec cette idée de dieu. Si ça existait, ce serait pire.

#16 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 29 novembre 2018 - 08:31

Bah ça va, je n'y pense pas trop souvent. Baudelaire a bien dû définir dieu comme une série de je ne sais plus quoi mais je ne le lis guère. Je préfère Mallarmé. Dieu, quoi.

#17 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 30 novembre 2018 - 06:08

Dieu ? Ah !

 

Tant qu'il ne me l'a pas fait savoir... ça ne reste qu' une idée.

Obligée de constater qu'avec cette idée que de mal fait !

Mais l'homme a toujours eu besoin de l'idée de Dieu.

Combien répandue ici !



#18 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 30 novembre 2018 - 11:58

Ah oui. Il y a des messes qui se perdent.

#19 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 30 novembre 2018 - 01:32

Pas plus que l'automne ou l'hiver, Bruno.



#20 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 30 novembre 2018 - 01:49

Pas d'obscénité pendant l'office, s'il vous plaît.

#21 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 30 novembre 2018 - 01:50

Ah oui. Il y a des messes qui se perdent.

 

En argot, on dit fesser la messe pour un prêtre qui expédie une messe d'enterrement.



#22 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 30 novembre 2018 - 02:18

Il faut dire que les enterrements ont la vie dure.

#23 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 30 novembre 2018 - 05:05

... et la messe le vain blanc.



#24 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 30 novembre 2018 - 07:01

Et l'abbé a cédé !

#25 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 30 novembre 2018 - 08:02

Et le glas en péché n'a pas son nez !



#26 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 30 novembre 2018 - 08:14

La pêche aux glaïeuls n'a pas commencé.

#27 Jérôme nyctalo

Jérôme nyctalo

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 767 messages

Posté 30 novembre 2018 - 11:50

vous etes pires que les curés

C'est à dire très très chiants

 

Un peu de tenue que diable!...

Ces deux paroissiens n'ont encore jamais confondu le confessionnal avec la cabane au fond du jardin ( juste derrière les glaïeuls, oui ). Ce dernier fût-il le jardin d'Eden.

De plus, Dame Geneviève a un redoutable passé de nonne. Elle pourrait fort bien, si elle en faisait le voeu, vous sonner les Hâttines.



#28 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 01 décembre 2018 - 05:56

Par sein, Jérôme !

Pour vous ce triolet, brisé !

 

Le corps râle, l'aïeul sent, nez hâlé.

La dent dure a tout tenté.

Écum' êtes spirit', tout hum'.



#29 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 01 décembre 2018 - 08:52

La foi seule sauve l'âme,

La préserve du néant

Quand la charcute la lame

Du pensemant malséant.

 

La foi qui comme un organe

S'applique indifféremment

A l'être humain et à l'âne

Qui louent Dieu : "Hi han, hi han !"

 

Mais la foi est turgescente

Lorsque fuse le Champagne

Et qu'enfin tombe le pagne

 

Du pensemant indécent

Qui laisse froidir le thé

Devant la divinité.



#30 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 01 décembre 2018 - 11:33

Ah ! Laissez-moi vous navrer

les plus subtils des péchés.

Car sous le missel, je dois

bien avouer que la foi

dès lors me turlupina.

Dans le mouvement des ah !

commença mon repentir.

Puis-je dire, sans mentir,

que l'amour, peccamineux

soit-il, gonflé comme un pneu,

dès lors, me ravit ! L'envie

ne cessa, dame assouvie !