Aller au contenu

Photo

Brouillards


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 15 810 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 02 décembre 2018 - 03:59

Brouillards

 

Temps d'automne, des brumes et des brouillards

Ainsi le froid et l'obscur qui régulaient les hasards

Quelques temps qui passent beaucoup trop tristes

Je savais l'ame de ces enfants avec un coeur d'artiste

 

Brouillards célestes qui cachent toute notre joie

La brume de l'automne, sombre et froid qui s'imposaient

Dans un temps qui n'était pas vraiment un choix

Ces temps tristes de  cet automne qui nous parlait

 

Le soleil était bien là, mais il reste bien caché

Quelque parts très loin dans un ciel très faché

Nous ne savions, si nos fantomes, ils viendraient

Dans des habits de brumes; beaucoup trop imparfaits

 

Je savais la mort en balade, dans ces temps obscurs

Mais je ne savais que pleurer ! Tranquille ! Là sous les murs

Entre les tombes toutes rangées, dans un grand ordre

Et tous ceux-là que j'aimais et mon coeur qui est en désordre

 

Petite Lumière qui viendra, cela je le pense grace à ce Noel

Et la joie des enfants heureux et de la joie qui sera bien réelle

J'oublierais la Toussaint et tous ses morts, qui me tourmentent

Et je voyais finir l'année, des temps obscurs qui me mentent

 

Demain ! Je serais encore plus vieux ! Mais serais-je plus sage ?

La vie continue et parfois j'entends bien quelques présages

La vie, c'est une chose compliquée et la mécanique aussi

J'ignore si demain je serais encore là ! Malade et tout rassis

 

Quelques fois je songeais ainsi à des myriades d'autres

Je savais aussi des histoires apocryphe des apotres

Qui me parlaient à mon ame, cela bien plus que des curés

Je ne savais si le gars que je suis, il vivrait sa duré

 

Quelques fois des sages qui me disaient de me taire

Mais je savais un monde, où c'est des choix arbitraires

Je me disais que mon ame, elle parlait dans mes poèmes

Je savais aussi la beauté de se faire dire des je t'aime

 

Ainsi je vieillisais, en ignorant ce que seraient nos lendemains

Je savais aussi la Terre future avec des myriades d'humains

Mais là je ne sais pas plus que vous, je ne suis pas prophète!

Peut-etre aimerez-vous, celui-là qui blablate et qui se répète ?

 

Paris le 2 décembre 2018