Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Claude Minière, Un enfant joue


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 039 messages

Posté 21 décembre 2018 - 10:11

 

6a00d8345238fe69e2022ad382d8d5200c-100wiClaude Minière publie
Un enfant joue
aux éditions Tarabuste.






LA NUIT

Bien avant Mallarmé, un mathématicien génial, Blaise Pascal, s'est penché sur le hasard et sur le « coup de dés ». Il écrivait : « Pensée échappée, je la voulais écrire. Je l'écris au lieu qu'elle m'est échappée ». Il jette sur le papier sa pensée en un coup de dés pour découvrir ce qu'elle produit. Voici bien l'indispensable jeu et enjeu de l'écrit : est-ce que la pensée échappe ? Est-ce que la pensée libre vient en s'échappant ?
Pascal est à relire non par goût antiquaire, mais, dans notre époque où les écrivains sont tellement sûrs de leurs effets, pour l'ouverture active qu'il pratique du hasard, pour la curiosité qu'il en a, la surprise et l'enseignement qu'il en attend et qu'il accueille. Au lieu. Il affronte un adversaire téméraire, contestataire.

&

Comment lit-on, comment abordons-nous un auteur, comment sommes-nous à son égard disposés ? Issues pour une part de la culture universitaire les classifications philosophe, savant, écrivain, poète, peuvent jeter un voile. Ainsi : qui lit Blaise Pascal en poète, produisant des « fusées », mettant en jeu sur le papier la « validité » d'une formulation lancée comme une sonde ? Isidore Ducasse l'a fait dans ses Poésies (il y a vu des proverbes). Francis Ponge, trop cartésien vraisembla­blement, l'a raté.

La sÅur de Blaise, dans La Vie de M. Pascal, racontait : « Un jour, quelqu'un ayant à table sans y penser frappé un plat de faïence avec un couteau, il prit garde que cela rendait un grand son, mais qu'aussitôt qu'on eut mis la main dessus cela s'arrêta. » Ecrivant, Pascal ne vise pas à arrêter le son, il attend une réponse, ou au moins une résonance. Rien d'un discours, l'expectative. Ceux qui aiment la poésie comme roulement de dés liront Blaise Pascal à nouveau(x) frais.

« Hasard donne les pensées, et hasard les ôte... Pensée échappée, je la voulais écrire : j'écris au lieu qu'elle m'est échappée »
(Pensées, 459) « J'écris au lieu » peut s'entendre comme « je remplace la perte par l'écriture » mais aussi comme ce que l'écrit « donne lieu » aux pensées. Pascal, pourrait-on dire, joue le hasard contre le hasard. Et il pense souvent sans dessein : « Dans ses grandes veilles il lui vint une nuit dans l'esprit, sans dessein, quelque pensée sur la proposition de la roulette. Cette pensée étant suivie d'une autre, et celle-là d'une autre, enfin une multitude de pensées » (La Vie de M Pascal).

L'écrivain jette ses notes sur les feuilles qu'il pliera et découpera ensuite pour les composer. S'il parle du Christ, il note « afin qu'on ne prit point l'avènement pour les effets du hasard, il fallait que cela fût prédit ». Le hasard est un grand perturbateur, à la fois négatif et positif, Blaise ira jusqu'à parler de la témérité du hasard. Par comparaison le fameux pari est bien plus raisonnable.

 « Quiconque n'ayant plus que huit jours à vivre ne trouvera pas que le parti est de croire que tout cela n'est pas un coup du hasard ? » (p.358).

&

 « Depuis environ dix heures et demie du soir jusques environ
                                               Minuit et demi
                                                                Feu »

Le « Mémorial » capte la fulgurance notée d'étonnement, de béatitude et d'effroi. On approche, on brûle. Pascal a eu un mot, le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie, auquel il faut prêter l'oreille : « effraie » n'a rien de pathétique, il est le terme choisi pour dire la traversée du silence (éternel). Vous voyez Blaise griffer le papier, entouré des liasses « suspendues, selon l'usage de l'époque, à deux fils horizontaux » (Philippe Sellier). Il passe les obstacles, coup sur coup repris, relancés, infinis de part et d'autre. Il cherche la mise en scène exacte. Il a déclaré « Quand on lit trop vite ou trop doucement on n'entend rien ». Question de respiration, il connaît la flamme et l'air : « La flamme ne subsiste point sans l'air. Donc pour connaître l'un il faut connaître l'autre. » (p.230). Les répétitions ne lui font pas peur.

Les Pensées sont un laboratoire d'expérimentations rythmiques : versets, blancs, dialogues impromptus, variations, motifs, renversements, canons inversés, départs de sentences suspendues que le lecteur devra par lui-même prolonger. Dirons-nous prolonger comme un poème, « jusqu'à un point dernier qui le sacre » (Mallarmé) ? Dans les dernières années de sa vie, Pascal écrit dans la fièvre, dans la hâte, dans le feu. Sa sÅur confiera encore : « Il nous a dit quelquefois que depuis l'âge de dix-huit ans il n'avait pas passé un jour sans douleur ». Il écrit vite et « sans soins », ce ne sont pas les répétitions qui vont lui faire peur, l'important est que la pensée n'échappe point, là sur le lieu du moment.

Après sa mort on trouvera des « liasses », difficiles à ordonner, on leur attribuera le titre de « Pensées », elles sont les fragments d'un compte total en formation. Etienne Périer, l'un des tout premiers éditeurs de ces « Pensées », dira que « tout cela était si imparfait et si mal écrit qu'on a eu toutes les peines du monde à les déchiffrer ». Toutes les peines du monde est une exagération sentimentale que jamais un poète ne se serait autorisée.

Claude Minière, Un enfant joue, Tarabuste, 2018, 92 p, 12â¬, pp.43 à 46

Claude Minière dans Poezibao :
fiche de lecture de Perfection (+ présentation de Traité du Scandale), Hymne (par P. Drogi), ext. 1, note sur la création : 1, 2, 3, ext. 2, feuilleton Cahier AA, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, ext. 3, [revue Sur Zone] #15, "Quand" de Claude Minière, (revue Sur Zone), n° 23, Claude Minière, « Un calendrier des mois », (note de lecture) Claude Minière, "Le divertissement (notes à lâarrivée)" par Brigitte Donat, (Carte Blanche) à Claude Minière : "Lire Melville (avec Mallarmé)", (note de lecture) Claude Minière, "Le divertissement (notes à lâarrivée)", par Antoine Emaz, (notes sur la création) Claude Minière, (anthologie permanente) Claude Minière, (Carte blanche) à Claude Minière : "Lecture de vacances", Dossier en hommage à Yves Bonnefoy, (Carte blanche) à Claude Minière : "Lecture de vacances", 2, (Carte blanche) à Claude Minière : "Logique de Claudel", (revue Sur Zone), n° 32, "Logiques de Melville", de Claude Minière, (Carte blanche) à Claude Minière : "Tous des drogués", (Carte blanche) à Claude Minière : "Logique de Lautréamont", (Carte blanche) à Claude Minière : Dante, par Danièle Robert, (Carte blanche) à Claude Minière : "un nouveau monde", (Carte blanche) à Claude Minière : "le poème comme théâtre de la cruauté", (Carte blanche) à Claude Minière : "la littérature falbala", (Chantier de poème) "Marée montante" de Claude Minière, état A, (Chantier de poème) "Marée montante" de Claude Minière, état B, (Archive sonore) Claude Minière, (Chantier de poème) "Marée montante" de Claude Minière, état C, (Carte blanche) à Claude Minière : "Les Cahiers de Tinbad" et James Joyce, (Carte blanche) à Claude Minière : "Centre" de Philippe Sollers, (Chantier de poème) Claude Minière invite à un jeu /1, (Carte blanche) à Claude Minière : "Des bénédictions particulières", (Note de lecture), Claude Minière, "Encore cent ans pour Melville", par Guillaume Basquin, (Carte blanche) à Claude Minière : "Relire Charles Olson", (Carte blanche) à Claude Minière : "Pourquoi la Chine", (Anthologie permanente) Claude Minière, "Météo des plages", (Note de lecture), Claude Minière, Encore cent ans pour Melville, par Frédéric Valabrègue, (Carte blanche) à Claude Minière, autour d'une anthologie de la poésie de Pascal Boulanger, (Carte blanche) à Claude Minière, Bartleby / barter, (Carte blanche) à Claude Minière, "Des enchaînements différents", (Entretien) avec Claude Minière, par Christian Tarting, (Carte blanche) à Claude Minière, "Orwell, hors du mal"


ZJlSCTVLznY

Voir l'article complet