Aller au contenu

Photo

(Note de lecture), Les Carnets d'Eucharis, édition spéciale "Charles Racine, la nuit du papier", par Isabelle Baladine Howald


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 090 messages

Posté 04 janvier 2019 - 03:27

 

6a00d8345238fe69e2022ad3cb78ef200b-100wiToujours belle et soignée, la livraison des Carnets dâEucharis, dirigés par Nathalie Riera, est cette fois consacrée à Charles Racine (1927-1995) sous lâefficace et fine coordination dâAlain Fabre-Catalan.
Charles Racine, à la réputation discrète mais très estimée, est le poète dâune Åuvre particulière, constamment exigeante. Ses poèmes existent maintenant aux éditions Grèges, et le dossier des Carnets dâEucharis, sous-titré « Dans la nuit du papier », vient compléter la vision que lâon peut maintenant avoir de ce poète toujours en quête. Il réunit poèmes et textes déjà publiés dans dâautres éditions de la revue, et est agrémenté de lettres, manuscrits, témoignages, textes et poèmes ainsi que dâun entretien essentiel (de même pour lâintroduction) mené par Alain Fabre-Catalan avec Gudrun Racine, lâépouse du poète. Dâautres entretiens, émouvants et éclairants (comme celui de son voisin et ami Gérard Zinsstag) apportent leurs témoignages vivants de ce poète toujours en déplacements extérieurs et intérieursâ¦
« Texte est un arrêt de justice/la vie par contre est effusion. » écrit Racine qui aura tenté de concilier les deuxâ¦
Lâaspect biographie et bibliographique reprennent les éléments importants dâune vie si intimement mêlée à lâécriture, au point que celle-ci a rendu lâautre bien difficile : « Le poète succombe à la lettre quâil trace. Mais il « poursuit sa vie » en traçant la seconde lettre, le second mot, la seconde phrase. » Ainsi peu à peu se fait le travailâ¦
La revue sâouvre sur une photographie du beau visage concentré de Racine, un autre beau cahier photo, dit « cahier visuel », apporte le silence du temps et de la mémoire sur les lieux et le visage du poète, ainsi que sa bibliothèque de livres et de manuscrits posés à lâhorizontale.
Proche du travail de Giacometti et plus encore de celui de Tapiès, comme de celui de Paul Celan, admiratif du méconnu Guennadi Aïgui, Charles Racine aura vécu une vie de difficultés, de précarité, de déménagements constants, tout entier occupé à écrire, avec beaucoup de mal à publier tant il était exigeant. « Le poème se déploie pour ne rien laisser. Il ne reste rien » commente Frédéric Marteau, qui parle aussi justement dâune « Åuvre aussi réticente ». Le reste est une sorte de pourquoi, en suspens.
A nous maintenant de lire :
« Ce que jâécris sans déployer un mythe vers hier/oppose un frontal entêtement à demain. »
A la blancheur classique de la page sâoppose la nuit quâil faut entailler.

Isabelle Baladine Howald

Les Carnets dâEucharis, édition spéciale « Charles Racine dans la nuit du papier », 2018, 104 pages (dont un Cahier visuel de 8 pages), 26 ⬠(frais de port compris) â pour commande la revue.
On peut lire aussi des extraits de poèmes de Charles Racine.


HonplGL1YlU

Voir l'article complet