Aller au contenu

Photo

(Note de lecture), Laure Gauthier, je neige (entre les mots de villon), par Isabelle Alentour


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 016 messages

Posté 07 janvier 2019 - 10:05

 

6a00d8345238fe69e2022ad3865ba8200c-100wiPour faire entendre une voix - pour rendre compte dâune Åuvre, il y a me semble-t-il deux manières de procéder :

La première est de chercher à lâexpliquer en la commentant, en produisant des discours additionnels qui remplissent les blancs et colmatent les béances à lâinfini.
Un peu comme la peinture procède par rajouts.
Le risque étant de recouvrir cette voix par ses propres discours et ses propres complaisances, de lâétouffer, de lâensevelir, de la trop com-prendre.

La seconde, qui est celle que nous propose Laure Gauthier pour évoquer (la vie et) lâÅuvre de François Villon, sâapparente plus aux procédés propres à la sculpture, qui au contraire dégagent, déblayent des couches de matière, jusquâà ce que se libère la forme, le mouvement.

Les mots de Laure Gauthier - leur mise en espace, sont ceux du souffle, du vent, de lâéphémère des flocons de neige, ce « froid presque silence ». Ils nâensevelissent pas mais au contraire dévoilent ce qui parle en se faufilant entre les mots, et qui sourd, pulse, jaillit, rit, illumine, se révolte pour enfin exister en soi et par soi : « â¦ alors avoir accepté dâêtre dans le murmure, murmurer ce que lâon nâa pas et être ce que lâon dit. »

Par sa propre écriture (poétique dans une première partie, plus théorique dans une seconde) et dans son évocation de Villon, la poète offre à entendre de ce que peut être une écriture dans son émergence, « cet impossible renoncement entre le son et la lettre », sans rien figer et sans jamais chercher à recouvrir ce quâelle peut contenir dâincertain, de sorties de route, dâexils, dâabandons, et même dâinachevés.

« Je neige (entre les mots de villon) » de Laure Gauthier paru aux Editions Lanskine parle certes de la poésie de François Villon, mais au-delà, je lâai lu aussi comme une invite à « désensevelir la voix qui parle en nous » et à prendre le risque de « jouer le mouvement de la vie en un verbe ».

Isabelle Alentour

Laure Gauthier, je neige (entre les mots de villon), éditions Lanskine, 2018, 72 p., 13â¬.
On peut lire des extraits de ce livre, en cliquant sur ce lien


3byEiaEDRUA

Voir l'article complet