Aller au contenu

Photo

Lecture flash 2019


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 091 messages

Posté 08 janvier 2019 - 07:54

<div class='rss_chapo'><p>Georges Cathalo, poète, (<a href="http://revue-texture....php?article191" class='spip_out'>lire ici</a>) est aussi critique pour de nombreuses revues. Pour Texture , il a notamment présenté une recension des sites poétiques (<strong><a href="http://revue-texture.fr/spip.php?rubrique70" class='spip_out'>voir</a></strong>) et des revues (<strong><a href="http://revue-texture.fr/spip.php?rubrique45" class='spip_out'>là</a></strong>).</p> <p>Il propose ici, dans une sorte de « lecture flash », un chassé-croisé recueils-revues, commencé il y a plusieurs années.</p></div>
<div class='rss_texte'><p><br/></p>
<p class='filet_sep filet_sep_4'></p> <p> <br/><a name="pag"></a></p>
<h3 class="spip">Pierre Autin-Grenier : <i>« Les Radis bleus »</i></h3> <p> <br/> <span class='spip_document_4076 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:200px;'>
<img src='http://revue-texture...200px-30b04.jpg' width='200' height='284' alt="" /></span><br class='autobr' />Cette nouvelle édition des<i> Radis bleus</i>, la 3°augmentée et définitive, remet sur le devant de la scène l'incontournable <a href="http://revue-texture.fr/Un-nouvelliste-et-un-conteur.html" class='spip_out'>Pierre Autin-Grenier,</a> styliste de haute volée et, selon Patrick Kechichian, « impeccable manieur de langue ». <br/>Disparu en 2014, cet auteur ne cesse d'exercer une influence auprès de quelques francs-tireurs des nouvelles générations comme Thomas Vinau ou Frédérick Houdaer par exemple. <br/>Dans ce livre, chaque jour d'un hypothétique calendrier intemporel est scellé par une prose poétique ou par un aphorisme dans la remarquable diversité d'un réalisme époustouflant. Toute la force et tout le talent de PAG résidait dans cette faculté rare d'entraîner le lecteur dans un univers d'une noirceur extrême mais qui, malgré tout, réservait un strapontin à l'émotion. C'était là toute l'habileté de l'auteur de laisser un mince espace qui aimantait le lecteur comme par envoûtement. On a suffisamment évoqué à ce sujet l'art subtil de l'autodérision et la mise à distance d'une époque, époque qu'il exécrait, pour ne pas en rajouter une couche.<br/> Lui qui savait, preuves à l'appui, que « toutes les questions sont inutiles et les réponses fausses », savait évoquer « ces monstres intérieurs qui remuent en nous d'anciennes misères » surtout celles qui remontent vers l'enfance. Il n'oubliait pas de rappeler que « l'on devient poète à force de se taire » tout en sachant que les poètes encombrent bien plus quand ils ont disparu que lorsqu'ils sont vivants. PAG en est la preuve vivante. Raison de plus pour le lire et le relire. <br/></p>
<div class="spip spip-block-right" style="text-align:right;"><i>(Pierre Autin-Grenier : « Les Radis bleus ». Les Carnets du Dessert de Lune éd., 2018. , 280 pages, 20 euros â 67 rue de Venise â B 1050 Bruxelles ou dessertlune@gmail.com )</i></div>
<p>Lire aussi l<a href="http://revue-texture...o-2018.html#pag" class='spip_out'>'article de Jacmo</a></p> <p> <br/></p>
<p class='filet_sep filet_sep_4'></p> <p> <br/><a name=""></a></p></div>

Voir l'article complet