Aller au contenu

Photo

(Note de lecture), Dawn Lundy Martin, Discipline, par Sébastien Dubois


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 039 messages

Posté 15 avril 2019 - 12:53

 

6a00d8345238fe69e20240a47c6664200d-100wiDawn Lundy Martin est une poète afro-américaine, professeur dâécriture créative à lâuniversité de Pittsburgh (elle y a obtenu un doctorat). Le projet esthétique, et politique, de lâauteur ressort clairement de Discipline : user de toutes les expérimentations du langage pour dénoncer une double domination, raciale et sexuelle. Lâécriture se double pour elle dâun engagement à la fois universitaire â elle a fondé et dirige le Center for African American Poetry and Poetics pour faire reconnaître la poésie â et militante. Elle se place donc aux États-Unis dans le courant dâune poésie biographique et sociale, ou biographique parce que sociale. Lâauteure rappelait dans ses lectures que lâécriture de Discipline a coïncidé avec la maladie de son père, rongé par le cancer, une forme de discipline justement sur le corps qui est elle aussi sociale. Car la discipline est dâabord celle des corps, omniprésents dans le livre, les corps des dominés qui subissent dans leur chair cette domination même â on sait quâen France les ouvriers vivent en moyenne six ans de moins que les cadres supérieurs. Nous ne sommes pas égaux devant la maladie, la mort non plus ; et lâobjet du livre est de faire sentir, de donner une singularité, à cette réalité collective au-delà de lâabstraction intellectuelle. Nous ne sommes pas égaux dans lâapparence physique non plus, puisquâelle est socialisée, et dès lâenfance :

« Un garçon noir qui vit dans une maison à lâangle ressemble à un homme. Une silhouette lourde avec des traits vraiment simiesques. À tous il fait honte ».

Discipline, le titre qui est programmatique lâindique, fait fond notamment sur lâÅuvre de Michel Foucault, de Bourdieu sans doute aussi ; cette poésie cherche à donner à voir, et à combattre, la domination sociale dans le travail poétique, le travail même de la langue en lâinnovation formelle. Par là se manifeste une autre revendication, car cette poésie est revendicative, à savoir sortir (ou montrer comment faire sortir) la création textuelle des Afro-Américains du slam et des spoken words. Dawn Lundy Martin veut accorder à la création des Afro-Américains la légitimité de la poésie, celle dâun art « savant », au lieu de la cantoner dans ce genre moins légitime quâest le slam comme si les Afro-Américains ne pouvaient produire de vrais textes ; et on pense bien sûr à cette première grande voix noire de la poésie américaine que fut Langston Hughes.

Dawn Lundy Martin associe des proses courtes, souvent narratives, à des vers de longueur variable, des phrases nominales, des sortes dâinventaires et de nomenclatures, tout en multipliant les effets typographiques : ponctuation, parenthèses, italiques, mots barrés, disposition des mots sur la page. Tous ces effets se veulent signifiants : « Nous commencerons à nouveau. (Effacer ça) /Voilà la forme du corps ». La tonalité majeure est celle de lâironie, souvent violente : « Nous avons vu la statue de la Liberté et il sâest ensuite rendu compte quâil avait fermé la voiture avec les clefs dedans ». Pour autant, le livre nâest pas un livre à thèse, dâabord parce que lâauteure ne réduit pas la discipline que subissent les individus à une seule explication, ensuite parce que lâimpression qui sort de la lecture nâest pas un exposé sociologique ou philosophique, mais un étrange sentiment de malaise, pas si étrange peut-être : Discipline veut comme matérialiser pour le lecteur ce qui traverse les corps et les esprits des dominés, ici des Noirs et des femmes, et des femmes noires dâabord. Cette poésie est très nord-américaine, dans son histoire littéraire, dans son fond social, très révélatrice de ce qui parcourt le monde intellectuel outre-Atlantique ; elle est aussi une expérimentation dans une langue sèche, directe et en même temps savante que fait très bien sentir la traduction, et donc de ce que peut faire la langue pour dire (pour eux) ce que certains ne peuvent pas dire, parce quâils ne sont pas en position de le dire (on pense là à Bourdieu). Lâambition est tout autant sociale quâintellectuelle, littéraire.

Sébastien Dubois

Dawn Lundy Martin, Discipline, traduit par Benoît Berthelier, Maël Guesdon et Marie de Quatrebarbes, Joca Seria, 2019, 86 p. 13,50â¬

Quelques liens à propos de Dawn Lundy Martin : lien 1, lien 2
Son actualité :
Et les vidéos des lectures françaises : vidéo 1, vidéo 2


e_x9VDfl-F0

Voir l'article complet