Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Lucie Taïeb, Peuplié


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 039 messages

Posté 15 avril 2019 - 08:40

 

6a00d8345238fe69e20240a4a0fa11200b-100wiLucie Taïeb publie Peuplié aux éditions Lanskine.

à l'adresse d'un temps qui n'est pas encore venu

tu dis « nous »
il n'y a pas de nous

tu dis « peuple »
le peuple n'y est pas

tu dis « tu »
il n'y a que toi

tu dis tu
il n'y a pas de nous

tu dis peuple
il n'y a que toi

tu dis nous
le peuple n'y est pas

tu dis nous
il n'y a que toi

tu dis peuple
il n'y a pas de nous

tu dis tu
le peuple n'y est pas

*

forêt forêt noueuse où errer
trembles forêt noueuse tortueuse nouée tendre
forêt verts jeunes trembles hêtres & charmes
vos forêts de trembles et murmurantes en été fo
rêts où se perdre se prendre tendue forêt perdue tu
ne t'appelles un pas jour un pas un par un par un pas un jour
(un jour)
tremble forêt perdue de hêtres charme loin l'eau vive l'eau
un
jour
(un jour)
je me happe je halète je m'appelais un jour
tendre tendre forêt perdue ou me suis effacée essuyée
séchée me suis pollenisée me suis tendre tendre perdue me
suis forée un jour un pas un franchir un être un
jour
(un jour)
perdue me suis à force d'être frottée me suis à force usée
forcée contre l'écorce lisse
douce d'un bouleau bourreau solitaire un jour perdue forêt
de
trembles noueuse nouée la parole je l'avais simplement
nouée je l'avais simplement au
bout de mes doigts la lisse lisse du bouleau du bout d'eau
solitaire un jour
(un jour)
je me happais moi-même me suis dans cette forêt derrière
l'un d'eux
l'un d'eux devant
et entre eux deux
entre entre
un jour un jour
tremble tremble
forêt forêt noueuse où reflet
reflet d'une verdure dans une eau verdoyante ou
algue algue
quelqu'un quelqu'un
mais une forêt tes pas et personne
sonne
un jour un
jour
un jour, je m'appelais moi-même
moi-même m'appelais
me disais
perdue
perdue
perdue
entre les trembles ma palpitante poitrine de pinson et
joyeuse noueuse joyeuse un jour

(un jour)
-
-
-
-
il est temps que tu viennes


Lucie Taïeb, Peuplié, Lanskine, 2019, 136 p., 15â¬, livre soutenu par le CNL.

Écouter cet extrait lu par Lucie Taïeb sur le site de remue.net

Sur le site de remue.net encore :
Peuplié, câest lâaventure dâun arbre devenu verbe.
Peuplié, câest aussi lâhistoire de Fredinand Man et Liesl Wagner, amants tragiques, partageant tous deux lâinfortune d Ìune naissance « entre deux siècles ».
Voici un autre extrait de Peuplié, et entendre quelques-unes des lettres post-mortem que Liesl adresse à Fredinand

Lucie Taïeb dans Poezibao :
bio-bibliographie, ext. 1, "Tout aura brûlé", par Katrine Dupérou, ext. 2


3XZJcK1FLKI

Voir l'article complet