Aller au contenu

Photo

Nuances des couleurs du voyeur


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 954 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 05 mai 2019 - 03:40

Nuances des couleurs du voyeur

 

Ma pensée est colorée

Toute de nuances

Je ne vois ni le noir

Comme le charbon dans la mine

Ni le blanc pur

De la neige au soleil

Ni le gris triste

Des pavés dans les rues

 

Mais je vois le vert anglais

Comme ce gazon qui est tondu

Ou les vapeurs évanescentes

Des ciels gris bleutés de paris

Je vois aussi le chant des rossignols

Dans le clair obscur des petits matins

Je vois les lointaines étoiles bleues

Dans la profondeur de mes nuits

Les plus sombres

 

Je vois encore les vies

Si fragiles des bambins

Sur les seins rosés de leurs mères

Je vois aussi l'éternité et la mort

Dans le sang rouge

Des damnés de la terre

 

Je vois les soirs d'antan

Les rêves roses

Des grands espoirs

Je vois ce presque-rien

Du philosophe

Je vois la subtile nuance

 

Je vois le balancement calme

De la rime et je pressens

Les infinitésimales tonalités

 

Et j'aime cette nuance

 Encore et encore

Je vois l'alpha

Et je pressens cet oméga

Je vois la pureté dans l'eau

Je vois les cieux d'orages

Je vois ce ciel bleu après la pluie

 

Je vois tes yeux

Ceux que mon cœur honore

Je vois de l'or dans ces yeux

Et je devine les sept couleurs

De ce bel arc-en-ciel

 

Je vois la vérité irisée

Dans la lumière sur la perle

Je vois les certitudes taillées

Dans les facettes

Du même diamant      

Je vois l'éternité

Comme un secret espoir

Je vois ce Dieu

 Dans sa création

Et toutes les créatures

 

Je vois ton désespoir et cette peur

Dans le frémissement inquiet

De tes regards

Je devine et je pressens

Cet amour qui te vrille

L'âme et le cœur

Je vois mon regard

Dans la glace

Je vois mon visage si familier

 

Et je me regarde

Longuement vieillir

Je te vois et je me regarde encore

Et mon regard se porte vers ces ailleurs

Que sont les rêves qui luisent

Dans les sentinelles de ton âme

Je vois cet encore et j'aime à te voir

 

Bruno Quinchez (Morsang sur/orge mai 1992)