Aller au contenu

Photo

Epaufrure...


  • Veuillez vous connecter pour répondre
2 réponses à ce sujet

#1 baccala

baccala

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 238 messages

Posté 06 mai 2019 - 05:10

Comme un balluchon frêle

Des hâtes ramassées,

Flotte l'échevelure,

Le projet d'un chignon

Des venustés muettes.

Mémoire de l'adieu

Aux tendretés cinglées

Dans sa chair, et giflée,

A pleines joues...rosir.

Et sous le scion, brimbale

Tétins et dents de lait,

Par quatre coins noués

Des lambeaux de l'exil,

Ces joyaux insensés

De nos  appartenances.

 

Lui, semble si navré,

La chose est épaufrée...

 

Affleurent les tristesses,

Aux burins émoussés,

 

Où rejaillit l'éclat

De ce rai de tendresse,

le fagot silencieux

Des probes exigences.

 

Inclusion de belle eau,

Dans la nuit, ce falot...



#2 balila

balila

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 321 messages

Posté 18 mai 2019 - 10:49

Comme un ancrage dans une malfaçon portant - pourtant - toutes les richesses et les fragilités de nos fondations.

Quel joli passage que "Et sous le scion, brimbale tétins et dents de lai, par quatre coins noués des lambeaux de l'exil, ces joyaux insensés de nos appartenances".

Depuis longtemps avec toi j'apprends des mots que je ne retiens pas :-), peu importe, je me laisse imprégner de cet ailleurs poétique, ces contrastes saisissants et ce vocabulaire improbable qui permettent de toujours te reconnaître.

#3 baccala

baccala

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 238 messages

Posté 20 mai 2019 - 11:53

Comme un ancrage dans une malfaçon portant - pourtant - toutes les richesses et les fragilités de nos fondations.

Quel joli passage que "Et sous le scion, brimbale tétins et dents de lai, par quatre coins noués des lambeaux de l'exil, ces joyaux insensés de nos appartenances".

Depuis longtemps avec toi j'apprends des mots que je ne retiens pas :-), peu importe, je me laisse imprégner de cet ailleurs poétique, ces contrastes saisissants et ce vocabulaire improbable qui permettent de toujours te reconnaître.

 

 

Distance et hauteur,

pour fuir les réclusions et se réincarner à partir de ces pierres d'un chemin qui font les déblais de la mémoire.....Au bout, la petite lumière ?... ;)

 

Merci à toi, Poétesse, de tes trop rares incursions.