Aller au contenu

Photo

(Note de lecture), Antoine Mouton, Les Chevals morts, par Eric Darsan


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 039 messages

Posté 06 mai 2019 - 10:06

<p> </p>
<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: justify;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"> <a class="asset-img-link" href="https://poezibao.typ...aea0a200c-popup" onclick="window.open( this.href, '_blank', 'width=640,height=480,scrollbars=no,resizable=no,toolbar=no,directories=no,location=no,menubar=no,status=no,left=0,top=0' ); return false" style="float: left;"> </a><a class="asset-img-link" href="https://poezibao.typepad.com/.a/6a00d8345238fe69e20240a45aea2d200c-popup" onclick="window.open( this.href, '_blank', 'width=640,height=480,scrollbars=no,resizable=no,toolbar=no,directories=no,location=no,menubar=no,status=no,left=0,top=0' ); return false" style="float: left;"><img alt="Antoine Mouton Les Chevals morts - Couverture" class="asset asset-image at-xid-6a00d8345238fe69e20240a45aea2d200c img-responsive" src="https://poezibao.typepad.com/.a/6a00d8345238fe69e20240a45aea2d200c-100wi" style="width: 100px; margin: 3px 15px 5px 5px; border: 1px solid #969696; box-shadow: 8px 8px 12px #aaa;" title="Antoine Mouton Les Chevals morts - Couverture" /></a><a class="asset-img-link" href="https://poezibao.typepad.com/.a/6a00d8345238fe69e20240a45aea0a200c-popup" onclick="window.open( this.href, '_blank', 'width=640,height=480,scrollbars=no,resizable=no,toolbar=no,directories=no,location=no,menubar=no,status=no,left=0,top=0' ); return false" style="float: left;"></a>Eric Darsan lit <em>Les Chevals morts</em>, livre dâAntoine Mouton, paru en 2013. <br /><br />« je ne voudrais pas que nos chemins se séparent <br />je ne voudrais pas, non, quâils se séparent » <br /><br />Charnel et introspectif, rythmé et réflexif, sensé et passionné, <em>Les Chevals morts</em> est une superbe, touchante et terrible déclaration d'amour épistolaire, poétique et calendaire, sans fin ni majuscule ni points â sinon d'interrogation â qui (sâef)fuse et nous entraîne à travers les grands espaces dâune petite soixantaine de pages où se rencontrent et se croisent d'étranges personnages â humains, équins, protéiformes â croqués, saisis et figés dans leurs (per) mutations, par l'art brut de Claire Veritti.    <br /><br />« si on accepte de faire le sale boulot si on ne rechigne pas sur la conscience ni les questions ni la violence si on arrache lâamour dâentre les dents des chevals morts alors pas nous <br />à chaque pas sur la vaste lande pas nous »<br /><br />Une ode à la vie sincère, sensible et libre, profession de joie et de foi poignante et emportée, naïve dans la forme et lucide dans le fond â en un mot : <em>''clairvoyante''</em> â qui allie lâexubérant et radical <a href="https://poezibao.typepad.com/poezibao/2018/04/carte-blanche-%C3%A0-eric-darsan-arnaud-calleja-recueils-choisis-2003-2007.html"><em>cheval </em>dâArno Calleja</a> et la perpétuelle et intime révolution vers laquelle incline <a href="https://poezibao.typepad.com/poezibao/2017/05/note-de-lecture-jean-luc-parant-le-miroir-aveugle-par-eric-darsan.html"><em>Le miroir aveugle</em> de Jean-Luc Parant</a>. Un hymne à l'amour qui lie et libère, au chemin ardu qu'il emprunte parfois, par-delà la séparation physique, par-dessus les corps morts des chevals et de leurs victimes («âles chevals morts se nourrissent de nos erreurs du foin de nos erreurs (...) que la tristesse soit l'amour même voilà la confusion terrible, voilà l'erreur qui advient presque à chaque fois presqueâ») vers une libération véritable et une liberté supérieure. <br /><br />« voir large, voir loin, avancer vite et ne pas cesser de laisser de lâespace derrière nous, ne pas cesser de resserrer lâespace entre nous (â¦) nous épuiserons le monde à force dâêtre deux »<br /><br />Un chant qui dit combien l'amour et le sexe peuvent prendre un sens différent, selon qu'ils se rejoignent ou non, selon que nous soyons fidèles ou non à lâautre comme à nous-mêmes, au rythme et à la direction que nous voulons bien donner à nos existences. Parvient avec une intelligence rare à faire le tour de la question de l'amour, du besoin et du désir, dépeint sans jugement (« il n'y a pas de faute il n'y a que des erreurs et nous ne mourirons pas car nous sommes attentifs ») le lot et sort commun de ces moitiés de gens, indifférents, seuls, égarés, résignés, épars, collés, mais distants, qui se trompent les uns les autres, eux-mêmes et de chemin, que l'on rejoint lorsque et si l'on ne prend pas garde à la peur, au manque, au doute, à la tristesse, à lâimpermanence. Et des amants qui leur survivent. <br /><br />« il y a tellement de gens seuls <br />dont on dirait quâils ont perdu des morceaux dâeux-mêmes <br />il y a tellement de morceaux <br />de gens qui ne sont plus eux-mêmes <br />après avoir perdu quelquâun  <br />je ne voudrais pas, nous, quâon se perde et quâon se morcelle »<br /><br />Quatrième et, de nouveau, remarquablement beau recueil poétique d'Antoine Mouton, paru avant le puissant <a href="http://remue.net/spip.php?article8680"><em>Chômage Monstre</em></a> aux éditions La Contre allée, et avant ses deux romans chez Bourgois (<em>Le metteur en scène polonais</em> et <a href="https://ericdarsan.blogspot.com/2018/01/nota-bene-imitation-de-la-vie-antoine.html"><em>Imitation de la vie</em></a>), <em>Les Chevals morts</em> est le premier texte publié par Les Effarées (ici dans sa troisième impression). Il a également été mis en scène par Gersende Michel et joué par Nicolas Gaudart en 2015, ainsi quâen musique par Christophe Carassou accompagné du violoncelliste Matthieu Buchaniek. Les deux adaptations continuent dâêtre jouées régulièrement, du festival dâAvignon à la villa Yourcenar où Antoine Mouton était en résidence en septembre dernier. On peut également retrouver <a href="https://www.franceculture.fr/emissions/poeme-du-jour-avec-la-comedie-francaise/les-chevals-morts"><em>Les Chevals morts</em></a> en lecture sur France culture aux côtés de celle de <a href="https://www.franceculture.fr/emissions/jacques-bonnaffe-lit-la-poesie/jeunes-crocs-jeunes-plumes-24-plume-de-mouton"><em>Chômage Monstre </em></a>et de lâémission <a href="https://blogs.radiocanut.org/lapoesiedebouche/2019/04/12/%e2%97%8b-emission-16eme-saison-3-%e2%97%8b-12-avril-2019/"><em>La Poésie débouche</em> consacrée à Antoine Mouton</a> diffusées ce mois-ci.<br /><br /><strong>Eric Darsan</strong> <br /><br />Antoine Mouton, <em>Les Chevals morts</em>, illustré par Claire Veritti, éditions Les Effarées, 2013, 58 p., 10 ⬠<br /><br /><br /></span></p><img src="http://feeds.feedburner.com/~r/typepad/KEpI/~4/qn4HZWLLxEk" height="1" width="1" alt=""/>

Voir l'article complet