Aller au contenu

Photo

L'amour (plutôt électif) du prochain selon Julien Hoquet


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Loup-de-lune

Loup-de-lune

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 66 messages

Posté 31 mai 2019 - 03:15

Julien Hoquet a commenté le texte "Dans un autobus" publié le 12 mai 2019 dans le Salon principal.

Julien Hoquet écrit à propos de l'auteure : "Vous êtes le sublime poète de l'ordinaire."




Bonjour Julien Hoquet,

C'est avec une incommensurable mélancolie que je lis ces mots...

Comment donc !? À ce flot thuriféraire dont vous ruisselez sans cesse, vous n'avez pas su puiser ne serait-ce que quelques gouttes, lorsqu'il s'est agi, voici deux ou trois ans déjà, d'accueillir une jeune école d'écriture, d'origine chinoise et de langue française, de laisser sa chance à ses poèmes d'exister au sein de Toute La Poésie...

... Les archives de ce forum en gardent probablement le consternant souvenir...

Vous avez ce jour-là découragé un authentique et original enthousiasme créateur, une réelle aubaine de la différence, avec le plus féroce mépris qui soit, avec la plus péremptoire intolérance mâtinée de peur, avec même, j'ose le dire, une petite odeur de racisme ordinaire... Ah ! ainsi que le disait Emrys, dans une série d'abjects aphorismes qu'il avait publiés, très éphémèrement il est vrai, vers 2016, au coeur de son blog : "Ces Chinois qui - en dépit de leur francophonie - écrivent du chinois !..."
Cette école essayait de mettre en poésie les théories, parfois très ardues, de différentes disciplines scientifiques, avec le vocabulaire savant ou didactique propre à chacune d'elles. Elle rêvait d'inventer un nouveau langage pour des sujets insolites...
Vous en avez fait l'étrange envoyée d'une vision totalitaire, le suppôt du régime de Pékin, un péril jaune invasif, allant jusqu'à parler de "loup introduit dans la bergerie" !...
Vous avez ce jour-là compromis cette merveilleuse alliance de mots, à laquelle vous avez pourtant fait tacitement allégeance depuis plusieurs années : Toute La Poésie.

Je mettrais ma main à couper que, à l'instar de tant d'autres, en ces jours de commémoration des trente ans de Tiananmen, vous allez vous grimer de bons sentiments et dénoncer à l'unisson la folie sanguinaire des héritiers de Mao...
Je n'étais pas née en 1989, mais l'on m'a tant raconté ces heures-là que j'ai souvent l'impression de les avoir vécues...
Bien des étudiants d'aujourd'hui ressemblent aux étudiants qui disparurent dans cette tragédie. Comme eux, ils sont épris de justice, de liberté et de démocratie. Ce sont quelques-uns d'entre eux qui s'approchèrent de Toute La Poésie pour partager leurs idées, leurs pensées, leurs poèmes, leur parole innovante.

Oui, ils sont venus frapper à votre porte, et vous ne les avez pas reçus.

L'un d'eux a exprimé en chinois quelque chose qui peut être traduit de la manière suivante : "Quelle surprise de se retrouver ici nez à nez avec les chars d'assaut idéologiques et rhétoriques d'un Julien-Hoquet-Deng-Xiaoping de pacotille !"
Je rappelle que Deng Xiaoping, homme fort de la Chine en 1989, est considéré comme celui qui donna l'ordre d'éteindre, de la manière que l'on sait, le soulèvement...


... et aujourd'hui je lis ça de vous... à propos de ce texte-là !
Non ! Ce n'est pas possible ! Et c'est insupportable ! Tout d'un côté, rien de l'autre !
Vous n'éprouvez jamais un peu de honte, du haut de votre péremptoire surreprésentation, du haut de vos douteuses, de vos vacillantes leçons de morale ?...
Non ! De même que l'auteure de "Dans un autobus" n'est pas "le sublime poète" de je ne sais quoi... de même il était légitime que l'on laissât cette école d'écriture poétique chinoise de langue française développer son oeuvre fascinante au sein de ce forum...

Mais c'est que peut-être vous ne savez encourager que ce que vous reconnaissez au premier coup d'oeil, que ce qui vous rassure immédiatement et ne vous fera jamais d'ombre, tandis que, selon Julien Gracq, "la seule littérature nécessaire est toujours réponse à ce qui n'a pas encore été demandé".
C'est que peut-être vous ne savez vous réjouir que de ce qui arbore votre propre couleur de pensée, vous ne savez aimer que cette routine d'écriveurs et d'écriveuses n'ayant pour toute audace que son infatuée surabondance et que sa louange monocorde pour toute quête !

Veuillez agréer l'expression de mon plus sincère écoeurement !

Mais que vive TOUTE LA POÉSIE !


Loup-de-lune
Bizheng Liu 

Modifié par Loup-de-lune, 05 juin 2019 - 02:16 .