Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Henri Droguet, Quatre poèmes inédits


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 112 messages

Posté 09 juillet 2019 - 12:41

<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: justify;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"> </span></p>
<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: justify;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"><a href="https://poezibao.typepad.com/poezibao/"> </a><em><a class="asset-img-link" href="https://poezibao.typepad.com/.a/6a00d8345238fe69e20240a496cea7200d-popup" onclick="window.open( this.href, '_blank', 'width=640,height=480,scrollbars=no,resizable=no,toolbar=no,directories=no,location=no,menubar=no,status=no,left=0,top=0' ); return false" style="float: left;"><img alt="Logo_poezibao_2" class="asset asset-image at-xid-6a00d8345238fe69e20240a496cea7200d img-responsive" src="https://poezibao.typepad.com/.a/6a00d8345238fe69e20240a496cea7200d-50wi" style="width: 50px; margin: 3px 15px 5px 5px; border: 1px solid #969696; box-shadow: 8px 8px 12px #aaa;" title="Logo_poezibao_2" /></a>Poezibao</em> publie aujourdâhui quatre poèmes inédits dâHenri Droguet. <br /><br /><br /><br /><br />QUITUS<br /><br />1<br /><br />nuit de cocagne<br />le grand soufflet le vent<br />tremblé bouscule et déménage<br />le roulis doux des cumulo<br />nimbus la cabane au loin sur la dune<br /><br /><br />2<br /><br />la mer berceuse patiente chevelue<br />matraque la falaise accore<br />déjuque au quai<br />déjuque au dock numéro 22<br />            à la digue emboutie<br />le ciel c'est de l'épais de l'oiseau<br />coupé dans l'arbre c'est<br />un nuage orge et seigle<br />ça passe<br /><br /><br />3<br /><br />les hommes ont fait silence<br />et blanchi leurs mains<br />ils affûtent leurs lames<br />partagent la corde des pendus<br />goûtent l'herbe noire<br />boivent au broc du cidre amer<br />reconnaissent l'odeur crue des juments<br />jamais ils n'écoutent les aveugles<br />ils ne regardent pas les sourds<br />et déchantent: &quot;<em>Voilà dimanche<br />                        désossé saccagé l'homme est<br />                        à choir en pièces détachées<br />                        de la nue sauvage<br />                        chair d'auge et d'armoire<br />                        bidoche à cercueil<br />                        bidoche à Dieu<br />                        c'est bientôt nous</em>&quot;.<br /><br /><br />4<br /><br />les geais filent bas<br />les chiens traversent la forêt hors sol<br />hors temps des présages et des songes<br />un cheval rit près d'une pompe<br />un étang miroir presque bleu tari sédimente<br />les biefs intersectés flamboient<br />à la rivière les fagots sont jetés<br />les gendarmes <em>pyrrhocoris apterus</em><br />aux chevrons rouges et noirs grouillent dans un parterre<br />les paquebots glissent au large des ilôts<br /><br /><br />5<br /><br />il est 20h et des poussières T.U.<br />et le sempiternel poucet rêveur à sa vadrouille<br />ouvre très grand ses petits bleus yeux<br />zyeute et balbutie marmonne<br />son action de grâce  <br /><br />19 mars 2019 <br /><br />/<br /><br />CHARIVARI, p.c.c.<br /><br />Badaud musard et coi<br />que les lassitudes et la mélancolie  <br />démangent et désemparent<br />il parle d'autre chose aux quatre coins<br />du fabuleux monde<br />aboli dépoli peuplé<br />d'attentes incertaines<br />le temps mort mord<br />à vif sa viande (et la vôtre)<br />et ses mains à tendre au petit feu<br /><br />la bruine se dissipe inévitablement<br />sur un chien jouasse et quasi bleu<br />le taillis abrupt ouvert où les amants s'aiment<br />un chaudron fendu parmi les épilobes<br />l'osmonde et les digitales<br />la bauge par en-bas où se vautrent les porcs<br />un chalutier en pêche au large<br />l'enclume d'un cap à lande fleurie<br />que le crépuscule oblitère<br /><br />le ciel débarbouillé s'entasse<br />le vent hors d'âge désherbe<br /><br />ce que l'on voit c'est l'ombre<br />une femme qui passe puis une autre et puis<br />une autre encore et des enfants<br />qui bientôt seront tretous cendre et poudre<br />au grand tout le grand trou<br />le Grand Trou là là itou<br />et le temps marteau-pilonne<br /><br />Adieu les beaux jours noirs et roses<br />adieu les vivants<br />adieu les mots auxquels je cause<br />adieu le vent<br />adieu son ronron juste avant<br />l'éternité ni<br />paralysée ni décalcomaniaque.<br /><br />20 avril 2019 <br /><br />/<br /><br />GRAND BEAU<br /><br />La grêle tacatac   tchac<br />a mitrailllé les orges l'opaque étang<br />le lieu-dit du loup perdu pendu<br />un pré gris où les corbeaux s'abattent<br />et démantèlent<br />la redoutable cicinde lle<br />aux extravagants mandibules<br />tout le grand beau désordre<br />des centaurées caille-lait gratterons<br />vains ornements   préhistoire naturelle<br />et tout le jadis ciel absent échancré<br />grantouvert<br />guenille et roncier mécompte et déchirure<br /><br />un sécheron séche sur la falaise<br />les eaux fument dans les eaux-<br />delà d'herbages vieux comme<br />les chemins la nuit le vent<br />sauvage et la mer<br />aux vives-eaux dissymétriques<br />intérimaires<br /><br />imminent<br />surgi dans les dérinçures un embardement<br />d'ombre et le repli<br />d'un nuage ébréché décousu<br />flotte un semblant de sourire<br />noir dont la grâce tout-à-coup<br />désopile<br />            puis plus<br />                        ou moins s'efface<br /><br />ici l'imparfait délivre<br />et Dieu c'est le petit enfant scribouilleur<br />et perdu cloué<br /><br />11 mai 2019<br /><br />/<br /><br />PARADE<br /><br />La mer c'est pré gagné<br />champ d'écailles &amp; placenta croustillé<br />sourcier   fulgurant misérable miroir<br />paillasse à compagnons et gamelle aux étoiles<br />l'énorme crépitant fossoyeur mémoriel<br />chaudron des métaphores et route<br />dans l'ouvert<br />pour le partage et le dénuement la besogne<br />malgré les toujours incertains savoirs<br />ça mûrit vaguement dans les grains<br />les bruines les songes<br />                                    pour aller<br /><br />            si tu pars<br />            n'oublie pas la lumière<br /><br />au fond d'un enclos un homme bleu<br />se laboure et pleure<br />ricane rigole et pleure<br /><br />Le vent épais(sement) découche<br />roule dans l'île aux cent promesses<br />le gratte-cul le laiteron<br />la salicorne et le cresson<br />un peuplier verdit<br />l'aube confuse et laiteuse<br />c'est.<br /><br />30 mai 2019<br /><br />Henri Droguet, quatre poèmes inédits.<br /><br /><br /></span></p><img src="http://feeds.feedburner.com/~r/typepad/KEpI/~4/yODWk7JbAWo" height="1" width="1" alt=""/>

Voir l'article complet