Aller au contenu

Photo

Les oiseaux du malheur et les amoureux


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 723 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 31 juillet 2019 - 10:11

Les oiseaux du malheur et les amoureux

 

Deux corbeaux noirs qui regardent un couple d'amoureux

Le premier dit crois-tu qu'ils s'aiment d'amour ou non ?

Le second lui dit : moi je vois qu'ils se tiennent par les yeux

Mais que voient-ils tous les deux, leurs images ou leurs vrais fonds ?

 

Car le fond est incroyablement sordide mais l'image est belle

Le premier lui dit : je ne laisse à cet amour que peu de chance

Entre l'image d'un désir actuel et la sordide réalité qui s'avance

Cette image permet la fusion en ce moment mais la réalité sera cruelle

 

Les deux oiseaux du malheur ils parlaient ainsi pour ces deux là

Mais ces deux là ils savaient tout sur l'autre et déjà bien au-delà

Espérer ensemble dans la joie, dans la peine et à deux renaître

Ces amoureux ils s'étaient promis encore et encore se connaître

 

Et les deux oiseaux du malheur ce n'étaient que de vils jaloux

Les oiseaux du malheur ils dirent alors : cet amour est fou !

Et rien ne pourra les séparer ni les calomnies, ni la médisance

Ils tentèrent tous deux d'être heureux ensemble, leur unique chance

 

Moralité si vous voyez un oiseau noir qui dans sa barbe murmure

Conjurez donc le sort en pensant que votre amour défit le temps

Qu’il sera demain comme aujourd’hui protégé par de hauts murs !

Que cet amour promis il défiera les malheurs que jettent les croquants !

 

Mon Dieu ! Protège donc notre bel amour de tous tes hommes de lois

Les lois sont dans le marbre… lois écrites pour des temps et des temps

Mais moi je j'aime qu'elle et celle ci malgré toutes et tous vos tristes choix

Mille lois ne peuvent annuler une bonne promesse qui est échangée au printemps

 

Bruno Quinchez Paris le 28 avril 2004