Aller au contenu

Photo

(Note de lecture), Clara Régy, Ourlets II, par Murielle Compère-Demarcy


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 118 messages

Posté 21 août 2019 - 09:00

 

6a00d8345238fe69e20240a4c6d6e6200b-100wiLâoriginalité de la partition dâOurlets II consiste à proposer un ouvrage écrit à deux voix (père et fille), le premier jardinant, la seconde notant les événements des jours qui se suivent et quâils partagent provisoirement. Ce temps partagé correspond à une période où la fille retourne séjourner chez son père, dans la Loire, retrouvant la maison de son enfance illustrée en première de couverture par Dorian Cohen. Ourlets II coud ainsi ses mots en lisière du temps de lâenfance et de lââge adulte pour la poétesse, en lisière du temps de lââge adulte et du vieillissement pour le père. Ce nouveau recueil de Clara Regy remise des fragments de souvenirs réactivés sur le lieu sensible où sâimpriment à vie les principales séquences de nos enfances : leur demeure. Une multitude dâéchos se répondent, réveillant des frémissements du passé au cÅur dâun présent revisité, grâce au filtre poétique où lâimmobilité même des lieux bouge, grâce notamment à la présence affective dâobjets familiers.

Ourlets II possède dâentrée deux atouts aptes à susciter lâattention : celui dâécrire sur lâenfance, ce quâil nous en demeure, tout en écrivant sur la question du rapport enfants/parents quand les enfants « vieillissent »â¦ Lâ « ourlet »poétique cousu par Clara Regy replie/ajuste/raccorde lâaujourdâhui partagé (avec son père) sur le tissu/texte/film de lâautrefois condensé, et en rapièce la bande fugitive, ce quâil nous en reste de défaillant ou de sélectif, sur un script/scénario poétique fixé sur le carnet de notes de la mémoire :

parfois ta bouche parle
    tu ne racontes rien
    je nâose te le dire
parfois ta bouche parle
    et me fait mal
       aussi
   quelques mots
      perdus

 je réponds en silences
»   (p.19)

Ourlets II allume -de ses mots cousus avec délicatesse dans la trame du temps qui passe- la brèche grandissante qui sépare inéluctablement les êtres dâune même famille au fil de la vie vieillissante, par lâécart intergénérationnel, et nous en parle avec une sensibilité riche de touches suggestives dans la restitution (par le biais de figures métonymiques ou via le procédé littéraire de la personnification : « la toile cirée brille / sous les taches de gras / quâun vieux torchon fait fondre / en tremblotant / souvent »). Cet art de la suggestion renvoie à la parole peu démonstrative du père mais aussi suscite lâémotion chez le lecteur. Une certaine tendresse se lit entre les lignes, dâautant plus puissante quâaucun débordement de sensiblerie ni de tristesse ne vient surjouer les deux voix (celle du père et de sa fille) en présence. Clara Régy observe un père livré exclusivement aux tâches quotidiennes de la vie pratique, ce dont témoigne le carnet de bord où se notent les faits et gestes journaliers du père, et elle se souvient, émet par-ci par-là quelques piqûres de rappel en pointant un comportement déjà observé dans son passé. Ainsi lorsquâelle note lâindéfectible défiance du père économe, même vis-à-vis de sa fille :

« ton porte-monnaie géant 
     me semble minuscule
 
(â¦)
       la frontière de skaï
    compte le temps passé

    tu le feras aussi
  au retour des courses
 -non je ne tâai pas volé-
 » (p.13)

La vie pratique du père jardinier se décline en des poèmes-actions, dans un style télégraphique soulignant lâimportance accordée à chaque activité journalière entreprise dans une parcelle de vie ordinaire et particulière. Chaque menu fait de la journée est scrupuleusement noté comme nos anciens géraient avec le geste économe lâorganisation financière et profitable de leur temps compté (par exemple :« retiré 100 ⬠à la boulangerie »). En regard de ces notes pratiques, la poétesse retranscrit ces faits observés, de son regard filial, passant au filtre poétique tel ou tel menu geste et/ou comportement, prenant de la distance ou de la hauteur pour mieux saisir les nuances.

Ouvrage écrit à deux voix plutôt quâà deux mains, Ourlets II gagne en puissance dâévocation par lâéconomie quâil observe dans lâécriture. Si la vie est un fleuve, celle qui coule et afflue dans les poèmes dâOurlets II ressemble à cette eau indomptable et sauvage de la Loire qui, « lasse de courir en silence / -sans reprendre son souffle- » peut certes reposer, mais nâen remue pas moins le cours souterrain et tempétueux du charroi du temps quâelle transporte, invisible depuis la rive, déterminant en réalité dans lâintériorité et sur le chemin de toute une vie.

Murielle Compère-Demarcy

Clara Regy, Ourlets II, éditions LansKine, 2019, 54 p., 13â¬


wpPS2tGl5ic

Voir l'article complet