Aller au contenu

Photo

Mon avis sur l'histoire Hatie/Hasia


  • Veuillez vous connecter pour répondre
1 réponse à ce sujet

#1 Alfred

Alfred

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 457 messages

Posté 25 août 2019 - 12:16

Consultant régulièrement TLP cette histoire n'a pas pu m'échapper.

 

Pour ceux qui n'ont pas suivi, cette histoire se déroule essentiellement sur l'espace incommentable "Sans commentaires" qu'a organisé TIM, notre administrateur. Et mon message n'a pour raison que de l'indignation, et du respect envers la justice et les choses vraies.

 

De ce que j'ai compris, Hasia reproche à Hattie d'avoir piraté sa boîte mail.

 

Ce que j'en pense :

 

1. Je ne pense pas qu'Hattie soit particulièrement intéressée de lire les messages que reçoit Hasia.

 

2. C'est techniquement extrêmement compliqué de pirater une boite mail TLP sans avoir le mot de passe de l'usager.

 

3. Je ne pense pas que Hattie ait les compétences techniques pour pirater une boite mail TLP (à moins d'être une hacker russe de ouf et bosser discrètement pour Donald Trump).

 

4. Ce serait donc techniquement possible seulement si Hattie consulte le même ordinateur que Hasia et que Hasia ait enregistré son mot de passe dessus et que Hattie consulte ensuite TLP sur le même ordinateur. Ce qui me paraît très très compliqué (rationnellement et techniquement, à moins qu'on soit dans un délire Fight Club)

 

5. Je suis donc totalement solidaire envers Hattie. Il est impossible qu'elle ait pu consulter les messages privés de Hasia sans sa permission et son mot de passe.

 

6. TLP est un repaire de dingues (je ne reproche rien aux dingues, j'en suis un moi-même et je le préfère encore à ce bar de Montparnasse ouvert jusqu'à 5h du matin) et plus rien ne m'étonne sur ce site.



#2 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 276 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 25 août 2019 - 03:50

Engels le disait à la fin de sa vie. Le prolétariat n'a pas besoin de parti. Ses forces voved se reconnaîtront spontanément et écarteront les intrigants sans avoir même à lever la main.

Le prolétariat devenait alors une notion étroitement liée à la lecture. Mais Engels était épuisé et il s'est endormi.