Aller au contenu

Photo

La tribu des Psys...


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 962 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 25 août 2019 - 06:09

La tribu des Psys...

 

Il y a le psychologue curieux,

Toujours prêt, à vous analyser les sentiments,

Contre une bonne somme d’argent,

Et qui se prend très au sérieux,

 

Il y a toujours le psychanalyste aux rêves argentés,

Qui se dit prêt à vous déshabiller l’âme,

Et qui se comporte comme un vampire assoiffé,

Curiosités bizarres des infâmes !

 

Il y a le psychiatre, observateur des anormaux,

Qui fait son rapport à l’autorité à qui de droit,

Et qui parle de pathologie du cerveau,

Des pauvres hospitalisés, des sans-droits,

 

Il y a aussi les psychopathes psy,

Tous ceux qui n’ont rien dans le cœur,

Qui parle de leurs sujets d’observations, leurs lits,

Les délirants aux rêves tristes, plein de rancœur.

 

Il y a encore le cannibale lacanien,

Qui vous bouffe les tripes et les yeux,

Par ces verbiages d’anthropophages vicieux !

Pour croit-il, votre bien et le sien.

 

Il y a le bon docteur freudien aux rêves censurés,

Qui aime sa mère et il vous le fait savoir,

Dans des discours complexes de refoulé,

Qui vous explique le pourquoi et le stade du miroir,

 

Il y a le junguien cultivé et agnostique,

Qui vous parle des archétypes mystiques,

Qui ne doute pas de ses croyances,

Et qui parle peu de vos souffrances.

 

Il y a le vrai clinicien à l’âme fatiguée,

Qui voit aussi la seule vraie folie,

Qui espère encore dans les crédits,

Pour tous ces pauvres hommes, seringués.

 

Il y a l’homme traqué par tous ces psy,

Qui demande sagement, la bonne vie,

Qui espère encore, que tous ces flics, le laisse vivre,

Lui, le solitaire qui ne peut que survivre.

 

Il y a encore le gourou paranoïaque,

Qui croit dans son destin de petit Dieu,

Qui croit détenir la vérité la plus foutraque,

Qui vit d’argent et d’amour des disciples hors-jeu !

 

Il y a encore, le curé, lassé des folies humaines,

Qui ne croit plus à la bonté de son Dieu,

Qui aimerait plus de chaleur dans ses domaines,

Et qui attend les fins de mois des jours pluvieux.

 

Il y a le marxo-freudo-existentialiste,

Qui croit avoir compris quelques choses,

Qui écrit des équations sur des sujets matérialistes,

Dont personne ne comprendra jamais la moindre cause.

 

Puis il y a encore ces pauvres hommes vivants,

Qui croient encore en la véracité humaine,

Qui ont des soucis de fin de mois et d’argent,

Et qui rêve de voir arriver la fin de semaine.

 

Il y en a des myriades de flics des âmes,

Pour parler de tous ceux que l’on damne,

Nous autres, les pauvres contemporains,

Dont personne ne sait, ce que seront les lendemains,

 

Bruno Quinchez Morsang sur orge le 21 février 1996