Aller au contenu

Photo

(Note de lecture), Julien Syrac, Complainte du mangeur solitaire, par Eric Eliès


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 118 messages

Posté 03 septembre 2019 - 01:01

 

6a00d8345238fe69e20240a4a7c761200d-100wiEtrange plaquette que cette longue complainte constituée dâun unique poème en tercets dâhexasyllabes (le plus souvent - mais pas systématiquement - rimés) qui retrouvent, à contre-courant des tendances de la poésie dâavant-garde, le souffle et le rythme dâune poésie faite pour la diction, voire pour le chant⦠La poésie de Julien Syrac est portée par un flux scandé par la découpe du texte et la nervosité rythmique dâun vers court, sans être toutefois lapidaire, qui sâapparente presque au flow saccadé du rap. Comment alors ne pas songer, rien quâen lisant le titre, aux recueils édités à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle (« Les soliloques du pauvre » de Jehan Rictus, « La chanson du gars quâa mal tourné » de Gaston Couté, etc.), dont les auteurs furent aussi souvent des chansonniers, qui cherchaient, dans une langue mêlant procédés poétiques et langue populaire, voire argotique, à faire entendre, dans une société viciée par lâindividualisme forcené, la voix intérieure des délaissés, des reclus et des miséreux ? La linographie placée en préambule au texte accentue cet écho, comme une forme dâhommage, aux plaquettes qui étaient fréquemment illustrées dâune estampe ou dâune gravure.

Cette complainte est à la fois cruellement tragique et douloureusement mélancolique : elle met en scène un homme ordinaire perdu dans la foule des grandes métropoles, que ses repas quotidiens â seul face à son assiette â affligent comme la malédiction dâune solitude que rien ne peut défaire⦠ Assiettes mornes servies dans des gargotes où, comme dans un wagon de métro, se pressent et se côtoient des foules anonymes confrontées à la vacuité de leurs viesâ¦

Le mangeur solitaire :
moi, debout, attablé â
nomade sédentaire ;

Cul vissé, Åil vicié,
moindre ébloui, la bouche
ouverte, pieds sur terre ;

Table : ma peau de bois,
plate, lourde, docile â
à mesure de moi :

Un poisson naufragé
dans la merde des gares ;
ma devise : « inutile » ;

Mon palais : lent et las,
des dus ingurgités
tient le compteur, hagard ;

Il nây a pas dâailleurs, sauf dans les conversations surprises au hasard dans les bouches de voisins inconnus dont certains mots (enfant, épouse, amante, voyage, etc.) font, comme des échardes, ressentir encore plus cruellement la solitude qui étreint le mangeur qui ne peut desserrer lâétau, faute du « fric » quâil lui faudrait pour lutter ou tout plaquer⦠Alors le mangeur ravale ses larmes et se contente des joies microscopiques que lui offre sa pitance.

Manger : se consoler
dâavoir trop mal vécu
en éventrant lâinfime


Câest une poésie terrible, dont les accents pourraient faire penser à certains poèmes de Michel Houellebecq, dont la poésie se nourrit également de la solitude existentielle de lâhomme contemporain, si elle nâétait pas transcendée par un élan lyrique qui se fait de plus en plus puissant et éclate, vers la fin du recueil, comme une sorte de chant de révolte. Le mangeur, après avoir vainement rêvé dans une sorte dâhallucination éveillée et presque orgiaque dâêtre un convive choyé, attablé à un restaurant élégant où il aurait invité une jolie femme, comprend que vivre est autre chose que subir lâenchaînement des jours et des repas solitaires. Le langage joue un rôle essentiel dans la construction du rêve, même sâil apparaît davantage comme un vecteur dâillusion que comme support dâune exigence de vérité de parole :

Tu retrouves lâusage,
dans ta chair, du langage :
je conjugue à nouveau

la présence future â
à chaque mets, un mot
redevient créature -

et ses baisers, bourgeons,
font fleurir sur ma peau
lâéden de tous les noms ;

Le mangeur devient alors (notamment par la confusion du « je » et du « tu ») une sorte de figure archétypale du poète en quête du vrai lieu et de la vie promise, dans lâici et le maintenantâ¦

Eric Eliès

Julien Syrac, Complainte du mangeur solitaire, Gallimard/nrf, 2019, 62 p., 9,50â¬.


KNIwq2aE4CQ

Voir l'article complet