Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Pierre Drogi, En mode turbulent


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 118 messages

Posté 09 septembre 2019 - 09:55

 

6a00d8345238fe69e20240a4814f0c200c-100wiPierre Drogi publie En mode turbulent aux éditions LansKine.


aria giocosa (poco giocosa)

Loup y es-tu ? â Loup-yéti, loup laitue ? â loups de dents, loups
de mâchoires, loups épais
L'es-tu ?

Tendresse allierait conscience et force. Petits poteaux d'angle : regarde
ceci est un dessin de loup.
VÅu de laine / Regarde avec douceur, ne casse pas ; tu vois
l'insecte saphir comme les yeux d'un myosotis ? Vois-tu le brin
d'herbe et l'autre ?

Nous vous demandons,
            Monsieur,
des raisons d'espérer

En ai-je ?
Gorge orange surgie pendant que je notais face grise oeil vif tête penchée
pour voir â et si je donnais une miette ? â non ? â deux piquants deux
pointes d'épingle, deux sphères brillantes petites
s'incline (neigt sich) et file
sous les buissons.

Non factice.

Soigner, guérir en nommant les arbres et les bêtes ?
Ôter le voile, enlever le trouble.
« Donnez-nous, Monsieur, des raisons d'espérer. »



pour obtenir un volatile complet (sans plumes)

se tromper de lutte et agresser un allié à coups de matraque par derrière.
on est
bien avancé. à quoi ça rime   de te traîner par terre et dans la boue ?

  on ôte
diverses toiles
diverses pièces entoilées  on ôte de la paroi  on ôte même la paroi : vois-tu ?
  quelque chose ?

devant l'avancée du vol
oiseaux réunis en cercle
            très haut
  périchorèse
        dont je ne me souviens pas de ce qu'elle accroche...
épilobe
d'avirons précis   dépassent les
truites
    presque sans remous
    à peine un sillage


                                    des deux égoutiers-sorciers :
                         « tu crèves de faim ou pas,
                                    y z'en ont rien à foutre ,
            y jettent ,
               y jettent ,
                 y jettent »



Embarras 3

    le chant très net
            sourd    boisé
            d'un loriot dans les chênes

                                                                        on l'aperçoit longuement
                                                                          poussant aussi un cri
                                                                            déchirant de rapace
lilas et aubépins sur le talus de sable
            déboulés sur l'eau / pas si vivants que lune ou que
matin-pêcheur

dans le creux métallique odorant du chemin
            c'est pas glorieux
                                                / entre les deux fougères /

â¢

                                    tandis que le ciel forme des pédoncules
                        une qualité de silence
                                                            harmonique
                                    entre dans le parc
            une qualité de conscience
troublée par les faux promeneurs

â¢

porteur d'épiphanie quelqu'un
apporte une brassée de mimosa mousseuse et pelucheuse sans
trembler à travers toute la ville par ponts et quais il est parfois
plus simple de guérir en disant arbre ou bête  un temps gris-
loup temps de la destruction   des plumes en cire ? des plumes
en terre avec l'odeur de roussi
l'enfance (la gésine) fut violente

Pierre Drogi, En mode turbulent, LansKine, 2019, 92 p. 14â¬.

Quatrième de couverture : « Ce livre procède à petit bruit, par en dessous, par superpositions et entretissement de voix â par hypographes et par motets. Hypographe, câest-à-dire privilège accordé à la vue plutôt quâà lâouïe : description, mais aussi esquisse, empreinte, sceau ou signature, quand pas tout bonnement « note de bas de page »â¦ Motet, câest-à-dire petit mot, choix de lâouïe plutôt que de la vue : prétexte à musique, textes enchevêtrés, épaisseurs sonores confondues, textures, tuilage⦠Hypographes et Motets font signe vers le manque et le peu (vers ce qui reste, ce qui fait chemin en dessous). Vers le destin à-petit-feu-saisi (« tiens bon »). Vers lâépopée impossible.

Pierre Drogi dans Poezibao :
ex. 1, Levées (M. Séjourné), Levées (M. Gosztola), portrait (par JP Dubost), feuilleton « Animales » :  1 , 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, Pierre Drogi, "Animales" & Christophe Lamiot-Enos, "A dire en souriant", par Yves Boudier, "Animales", par Jean-Pascal Dubost, "Animales", par Paul de Brancion, ext. 2, [revue Sur Zone], #14, "Anémomachia" de Pierre Drogi, entretien avec E. Jawad, 1, 2, 3 (PDF intégrale dans le 3), (anthologie permanente) Pierre Drogi, "et le désert avance sous nos herbes comme un feu courant", (Note de lecture) Pierre Drogi, "Ombres attachées - Anémomachia" et "Ombres attachées - à bouche sanglante", par Jean-Pascal Dubost, (Archive sonore) Pierre Drogi, (Entretien) avec Pierre Drogi, par Emmanuèle Jawad, (Archive sonore) Pierre Drogi


rSw4lo8vPu4

Voir l'article complet