Aller au contenu

Photo

(Note de lecture), Poèmes retrouvés, de George Oppen, par Auxeméry


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 139 messages

Posté 30 septembre 2019 - 09:43

 

6a00d8345238fe69e20240a4b3dc42200d-100wiViser, déclencher, passer à la chambre dâéchos.

Sâil me fallait définir⦠i.e. parvenir à déterminer ce qui constitue une sorte dâindiscutable, ce quâon retient au bout du compte des mots, ce quâil faut bien avoir vu pour savoir et se connaître ayant vu â mais je suis déjà en train de commenter la formule dâOppen lui-même : voir ce qui nous entoure et ainsi nous pénétrer au cÅur.
Reprenons. Il sâagit de poème, et donc de lâusage de la langue.
La langue dâOppen résulte dâune opération de transformation de la lumière crue du monde en vérité ; cette langue est sous objectif photographique : je pense aux clichés de Walker Evans (datant des années 30, la période où sans doute le monde est en attente de la plus certaine des catastrophes â mais sous ce rapport, nous connaissons bien mieux encore !). Clichés noir et blanc, paysages traités en natures mortes (still life en anglais, plus intelligent que le français ici, « vie en état de repos », mais de fixation dense et concentrée) ; μηδὲν á¼Î³Î±Î½, « rien de trop », selon la maxime de la sagesse antique revisitée au plus strict, autrement dit, pas de bavardage indu, pas de bavures ; ajoutons une diction au cordeau sur des rythmes élémentaires (très subtils en leurs détours syntaxiques parfois), entendons calibrés par un instrument de mesure qui tient plus du compas (celui quâon a dans lâÅil) que du métronome (pensons aux Donâts, au Retrospect de Pound : to compose in the sequence of the musical phrase, not in sequence of a metronome, ce qui implique de saisir la « chose » au plus près de ce quâelle a à dire dâelle-même et de ne pas lui adjoindre dâélément artificiellement destiné à la valoriser ; pensons à Williams aussi : lâobjet en soi, le chiffre 5, mais aussi la fleur de chicorée du prologue de Kore in Hell, Williams toutefois plus proche du peintre que du photographe).
Refus donc du tableau de genre â lâimage, sâil y a image, et Oppen est à lâévidence immédiate très économe de métaphores, au service du sens et non de lâeffet.

Lire la suite de cette note (proposée au format PDF pour en respecter la mise en page et la rendre plus facile à enregistrer ou à imprimer) en cliquant sur ce lien. Elle propose plusieurs extraits de l'oeuvre. On peut lire d'autres extraits, ici.

George Oppen, Poèmes retrouvés, traduction dâYves di Manno, 2019, 180 p., 19â¬


4VGYoNHP1cc

Voir l'article complet