Aller au contenu

Photo

Pot-aux-roses, 27


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 324 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 21 novembre 2019 - 05:57

Révélation -- Chute des têtes -- La Loi sauvage -- Déclaration -- Procréation -- Massacre -- Une Réalité en mosaïque -- Mes Promenades -- Tu Tournes la tête -- Un Gouvernement odieux -- Le Dénombrement -- La Civilisation -- A la Recherche d’Anne Marie.

 

 

Lundi matin et je commence à voir.

Les choses passent comme des mains sur la peau de celui qui se

convainc

de vivre cependant le soleil hurle

de tout âge qu’on l’ignore : des têtes tombent.

Ce sont des têtes que nous avons connues.

Ces têtes blessées roulent indéfiniment.

Une loi tombe :

ceux qui s’y arrêtent seront arrêtés et celui qui lit ça est un con

mais je t’aime toi, dis-je à la dame qui dans le métro

a regardé ma main sans le vouloir

et elle a porté une main sur une vitre du métro.

Elle rendait son travail

devenu blouse rouge tailleur vert accompagné des gestes qu’il

faut.

Hier dans le métro portes battantes nous avons procréé.

Des têtes roulent nombreuses sur le trottoir

les corps allongés immobiles ne se ressemblent pas et ne

ressemblent pas aux têtes.

Hier la nuit déstructura les membres des dormeurs.

Elle rapprocha les têtes rendit les genoux

inséparables désormais.

Une structure de l’oeil

arrête la réalité en mosaïque : et des corps de dormeurs

traversèrent des rues,

etc.

 

 

Lorsque je marche,

mes pieds rentrent au pavé spongieux.

Je véhicule la chaussée striée.

Un tremblement de terre ne m’effraiera pas.

Une ferveur spéciale agite visiblement les gens.

Ce que je note lorsque je vois :

-- il n’y aura personne pour souvenir cela.

Personne où dire.

Lorsque tu tournes la tête qui te restait

le lendemain,

nous étions peu nombreux sous le gouvernement odieux de Joe et

Bill et Arthur et Igor,

à dénombrer les têtes qui hantaient les rues,

les corps qui formaient les bordures de ces rues d’été,

à tenter de comprendre pour quel corps quelle tête.

Pleurnichons chers amis le salaire sera lourd.

La civilisation rendra compte de cela : je ne m’en préoccupe pas.

Anne-Marie voyais-tu les décombres que ne cachaient pas ces

têtes ?

Ou passes-tu

un coup de balai maintenant ?


  • gab aime ceci