Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Valerio Magrelli, traductions inédites de Jean-Charles Vegliante


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 188 messages

Posté 25 novembre 2019 - 09:43



6a00d8345238fe69e20240a4ef00d3200b-100wi
Valerio Magrelli
Après Pavese, Saba, Campana, la nouvelle collection de poche Einaudi (ET POESIA) publie lâensemble des recueils poétiques de Valerio Magrelli, enrichis dâun extrait de Geologia dâun padre â présenté ici même en 2016 â et de quelques inédits. Nous en proposons un mince échantillon, centré sur la figure aimée-haïe de la mère, ou comme disait aussi Proust, maman. Le titre collectif, Le cavie, est explicité dans ce texte que nous ne pouvions que donner ici en guise dâintroduction : âLes cobayes // Ou peut-être sont cobayes / ces poèmes que jâécris, / pour quelque expérimentation conçus, / que toutefois jâignore. // Jâignore pourquoi ils se forment, / et pourtant je mây attache et les appelle par leur nom, / souriceaux très vifs, en alarme / de quoi ?â. 


Poèmes récents

I.
Ceci est ma prière du matin

[â¦] nous devrions pourtant [â¦]
C. BAUDELAIRE

Ceci est ma prière du matin :
jâouvre mon pc mais comme password
chaque fois je retrouve ta date
de naissance.
Jamais de tout le jour je ne pense à toi,
mais il nâest pas une aube où dolente
tu ne viennes à ma rencontre,
pendant que je fais un virement,
comme un Lazare sortant de sa tombe.

Tu te lèves du sépulcre de lâordinateur
et me salues pour mâadresser des reproches
avec lâamertume, avec cette rancÅur des morts
dont tu portais en toi la graine profonde
déjà quand tu vivais. Que veulent les morts ?
Que voulons-nous des morts, pour les appeler,
avec un immonde cynisme mnémotechnique ?
Jâexploite ton souvenir pour régler mes comptes
alors que tu reviens à moi, ta dure figure,
pour faire les comptes avec ma torture.


II.
Maman 2 : la vengeance

Comme revins de la Madonâ de lâOrto [â¦]
G. G. BELLI

Même si je voulais tâoublier,
ce brusque éclair dâune ombre sur la plage
projette ton profil dans le mien,
qui porte ton profil, crâne caché,
dedans moi.

Chacun porte en sa tête une tête de mort,
mais pas une quelconque :
moi je cache la tienne
qui, où que jâaille, sâavance.
Reproche et faute â matrice.



Encore maman

1.
Je deviens vieux comme si je devenais
japonais. Ces yeux en amande,
ce prolapsus, à qui appartiennent-ils ?
Et le teint jaune, lâenvie
De soja et de seppuku ?
Quâai-je à y faire, moi ?

2.
Autocorrection.
En vieillissant je deviens ma mère.
Bizarres oscillations de la structure osseuse.
Le visage était un triangle ; à présent carré.
Raison de plus pour me détester.
Heureusement, en changeant, je ressemble à un ami,
et ça, au moins, me remplit dâallégresse.
Déménagements. Je parais tout le monde, sauf moi.


V. Magrelli, Le cavie [Les cobayes], Turin, Einaudi, 2019
Trad. Jean-Charles Vegliante
(choix pour prolonger celui que nous avions présenté ici


kECQ8L2VN9A

Voir l'article complet