Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Laure, Ecrits complets


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 219 messages

Posté 13 décembre 2019 - 10:47

 

6a00d8345238fe69e20240a4f66dbe200b-100wiÉvènement éditorial : Les éditions Les Cahiers publient Écrits complets de Laure

Les Écrits complets rassemble en un seul volume lâensemble des écrits de Laure, parus depuis 1978 en différents volumes et dont certains sont désormais épuisés. Il sâagit de rendre à ces textes la place qui est la leur dans le paysage littéraire, en les redonnant à lire dans leur état le plus proche possible de lâoriginal, afin de redonner à Laure la place qui est la sienne : celle dâun écrivain majeur du XXe siècle. Cette édition des Écrits complets de Laure est établie par deux spécialistes de son oeuvre : Marianne Berissi, et Anne Roche

[Note de la rédaction] : on se trouve ici devant une édition scientifique, dotée de tout lâappareil bibliographique nécessaire.
Feuilleter le début du livre

Laure (Colette Peignot) est née le 8 octobre 1903 à Meudon et morte le 7 novembre 1938, à 35 ans, à Saint-Germain-en-Laye.



Incipit de Histoire dâune petite fille
Des yeux d'enfant percent la nuit.
La somnambule, en longue chemise blanche, éclaire les coins d'ombre où elle s'agenouille marmottant tout endormie devant le crucifix et la Vierge Marie. Les images pieuses cou­vrent les murs, la dormeuse se prête à tous les agenouillements et puis glisse entre ses draps. Livrée aux fantômes moins réels qui eux aussi ont tous les droits sur moi, ma chambre reprend son immobilité lourde de cauchemar prématuré.
La terreur se lève entre quatre murs comme le vent sur la mer. Une très vieille femme cassée en deux me menace de son bâton, un homme rendu invisible par le fameux anneau me guette à tout instant, Dieu « qui voit partout et connaît toutes les pensées » me regarde, sévère. Le rideau blanc se détache de la fenêtre, il plane dans les ténèbres, s'approche et m'emporte : je traverse doucement la vitre et monte au ciel.
Des milliers de points lumineux apparaissent dans l'obscu­rité, ils dansent en rond, s'éloignent de la veilleuse, essaiment vers moi. Une fine poussière d'arc-en-ciel se pose sur les objets, les gouttes de couleur glissent les unes sur les autres. Cônes, cercles, rectangles, pyramides liquides et phosphorescentes, abécédaires des formes et des couleurs, prisme solaire, ciel de mes yeux en pleurs les phosphènes dansent en rond... le lit tangue sous la houle des rêves. Et les jours de ces nuits c'était une enfance sordide et timorée, hantée par le péché mortel, le Vendredi saint et le Mercredi des cendres. Enfance écrasée sous les lourds voiles du deuil, enfance voleuse dâenfants.



Extraits de « Poèmes »

Lâexistence humaine est sans prix
sans plus ni moins de prix que tout ce qui existe
végétal, minéral, animal
tout ce qui brille, hurle, brame, gémit
barrissement dâéléphant
mugissement de vache.
Lââne brait, le serpent siffle.
Il nây a pas de liens si puissants quâils nâarrachent
un être à la mort. La mort triomphe.
Le rire â Lâinsolence heureuse - : « Faites passer
votre charrue sur les os des morts »* (p.117)

* Citation de William Blake



Extraits de « Fragments »

(1936)
Ne pas le dire â faites entrer un fou â frais, sain
intelligence quand même (p. 191)

(1937)
Éviter les contacts avec tout être en lequel on ne sent aucune résonance possible à l'égard de ce qui vous touche au plus profond et envers lequel on a des obligations de « gentillesse », de politesse. Puisque lesdites obligations m'engagent fortement dès que je me trouve en présence de tels êtres et qu'elles ni engagent par une néfaste habitude de patience et de bonne volonté, qui en fait devient volonté d'abaissement (parfois abject). Imaginez que par gentillesse un musicien d'orchestre prenne le ton du voisin qui joue faux. (p. 201)

(1938)
Tout ce qui dépend seulement de lâintégrité totale.
Rien qui puisse « rattraper »
Rien de lâenfant qui casse une vitre « puisquâelle sera remplacée le lendemain ».
On peut crever de froid à cause dâune vitre cassée et non remplacée. Certains passent le temps à remplacer les vitres crevées. (p. 219)


Ils craignent.
Peu savent quâà se détourner ils retrouveraient le sel de la vie.
A se détourner il craindrait de se voir transformer en statue de sel.
Peu savent quâà se détourner du droit chemin ils retrouveraient le goût. (p. 273)



Extraits de « Correspondance »
 

A Simone Weil
Probablement Août 1934

Je vous ai écrit une longue lettre que je crois avoir adressée au 22 rue Émile Noirot et non au 12. Sans doute rien à faire pour réparer l'étourderie â vous en préviens à tout hasard.
À part ça â impression que le plancher fuit sous les pas âmais, comme ledit plancher est visiblement stable et immobile c'est moi qui me dérobe devant l'évidence.
J'éprouve quelques soulagements furtifs à « être soi-même et lâoser ».
C'est ainsi que ma lettre de démission au C(ercle) ©ommuniste) D(émocratique) m'a enlevé un poids de mille kilos sur la conscience.
Vous me direz que j'attache une importance hypertrophiée à de pauvres choses â peut-être que le mot « démission » ne pèse pas lourd â mais celui-ci : adhésion m'apparaissait plein de gravité., lourd de signification, d'espoir.
Colette (p. 614)


Laure, écrits complets, édition établie par Marianne Berissi et Anne Roche, éditions Les Cahiers 2019, 964 p, 39â¬.
Sommaire : - Histoire d'une petite fille, Le sacré, Poèmes, Fragments, Correspondance, articles.
Cf. la fiche du livre sur le site de lâéditeur.

Lire cet entretien avec Jérôme Peignot, neveu de Laure, publié par remue-net en 2004. « Laure est un maître à penser, encore plus : un maître à vivre. ». Il lui donne toute sa place et sâinsurge contre le fait de la placer exclusivement dans lâombre de Bataille.

Lâhistoire éditoriale du livre est trop complexe pour être évoquée ici. Il faut savoir que les premières publications de textes de Laure après sa mort ont été rendues possibles notamment par Michel Leiris et Georges Bataille. Et grâce à la détermination sans faille du neveu de Laure(Colette Peignot) Jérôme Peignot, en conflit violent avec le reste de la famille, qui considérait Laure comme une « pestiférée ». En 1971, Jean-Jacques Pauvert avait publié un volume intitulé Écrits de Laure. En 1977 Jérôme Peignot et le collectif Change avait rassemblé de nombreux textes sous le titre Écrits. Ces parutions sont difficilement accessibles aujourdâhui et le propos de cette nouvelle édition est de redonner au public un accès à cette Åuvre importante.


xLQ5wdFVXtU

Voir l'article complet