Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente), Confucius, Ezra Pound, Auxeméry, Anthologie classique définie par Confucius


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 220 messages

Posté 20 décembre 2019 - 09:58

<p> </p>
<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: justify;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"> <a class="asset-img-link" href="https://poezibao.typ...46c91200d-popup" onclick="window.open( this.href, '_blank', 'width=640,height=480,scrollbars=no,resizable=no,toolbar=no,directories=no,location=no,menubar=no,status=no,left=0,top=0' ); return false" style="float: left;"><img alt="Anthologie-claique-definie-par-confucius" class="asset asset-image at-xid-6a00d8345238fe69e20240a4d46c91200d img-responsive" src="https://poezibao.typepad.com/.a/6a00d8345238fe69e20240a4d46c91200d-100wi" style="width: 100px; margin: 3px 15px 5px 5px; border: 1px solid #969696; box-shadow: 8px 8px 12px #aaa;" title="Anthologie-claique-definie-par-confucius" /></a>L'Anthologie classique (le <em>Shijing</em>) rassemble les 305 poèmes - chansons populaires, odes pour les cérémonies de cour, odes religieuses -, sélectionnés et ordonnés, selon la tradition, par Confucius (551-479 av. J.-C.), dont la doctrine politique et sociale fut érigée en religion d'État et marqua profondément la civilisation chinoise. Ezra Pound voyait dans le confucianisme un véritable âcode de la vieâ et une possibilité de renouvellement pour l'Occident. Après <em>Les Entretiens de Confucius</em> (ou <em>Analectes</em>), le poète américain traduit donc les odes confucéennes au temps de sa détention à l'hôpital St. Elizabeth's. Sa connaissance du chinois peut sembler rudimentaire : il suit l'enseignement de son maître Fenollosa, et ses solutions ne sont pas exemptes de fantaisie. Toutefois, Pound accorde une importance particulière au travail de traduction et voit dans la concordance des langues un critère majeur de civilisation. Il préfère par conséquent toujours la restitution d'une inflexion vivante au strict respect de la syntaxe. Une approche non conventionnelle mais efficace, qu'avait remarquée Simon Leys : âPound ne savait guère le chinois ; ses interprétations sont quelquefois loufoques... mais Pound a fait preuve d'une infaillible intuition des rythmes de l'original... son oreille ne se trompe jamais et dans ce domaine il nous administre une leçon exemplaire.â ». <br />Le poète et traducteur Auxeméry donne ici sa version de la traduction de Pound quâil complète par une introduction et de très nombreuses notes. (Quatrième de couverture). <br /><br /><br />                                    IX (223)<br /></span></p>
<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: justify;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"><span style="font-size: 10pt;"><strong>VERS GNOMIQUES </strong></span><br /><span style="font-size: 10pt;"><strong>Neige, poussière d'eau</strong></span><br /><br /><span style="font-size: 10pt;"><strong>            Fort est l'arc à bout de corne,</strong></span><br /><span style="font-size: 10pt;"><strong>            tendez-le à nouveau,</strong></span><br /><span style="font-size: 10pt;"><strong>            proches et parentèle ne devraient</strong></span><br /><span style="font-size: 10pt;"><strong>            rompre sous la contrainte,</strong></span><br /><span style="font-size: 10pt;"><strong>            Seigneur si vous faites ainsi,</strong></span><br /><span style="font-size: 10pt;"><strong>            votre peuple le fera aussi</strong></span><br /><span style="font-size: 10pt;"><strong>            et suivra votre enseignement.</strong></span><br /><span style="font-size: 10pt;"><strong>            Si le frère au frère fait empêchement,</strong></span><br /><span style="font-size: 10pt;"><strong>            qui portera secours ?</strong></span><br /><br />Bon arc rouge, qu'il se tende, et ne soit gardé sans ressort, <br />frères séparés et dispersés en péril de semblable discord.<br /><br />            2<br />Ainsi grand tort as-tu de garder parentèle à distance, <br />qui donc copiera-t-elle, n'ayant de toi nulle assistance ?<br />            3<br />Aînés pour cadets de leur clémence auront souci<br />et aideront leurs frères en leur fortune aussi :<br />frères de bonne aire dans leurs mutuelles relations<br />ne devraient accroître leurs ennuis et exacerbations.<br />            4<br />Boursouflure de qui murmure<br />et ne visant que les honneurs<br />n'apprend pas bonnes mÅurs. Celui-ci<br />ruinera un canton, en sera la maladie.<br />            5<br />Vieux canasson joue au poulain, <br />balourd hors d'âge fait le malin, <br />comme trois hommes fait ripaille <br />et n'est qu'un âne à la bouteille. <br /><br />            6<br />On n'apprend pas au singe à monter aux arbres,<br />on ne jette pas de la boue<br />sur qui gît dans la fange, et prévois donc plutôt<br />à dessein<br />que petits hommes sur toi feront essaim.<br />            7<br />Épais nuage dissout la neige<br />qui fond devant le soleil,<br />mais nul<br />ne resterait à l'écart des faveurs<br />s'il escomptait dominer le rabais de son orgueil.<br />            8<br />Neige épaisse à la dérive, lâÅil du soleil la dissipe,<br />les Mann et les Mao<sup>1</sup> ont eu leur jour,<br />Mon CÅur ! quel jour !*<br /><br /><br />                                    X (224)<br />Sous le saule touffu, il est bon de rester étendu,<br />Quâon laisse ici passer le pied de l'Empereur.<br />Me donner un emploi honteux me serait de trop d'honneur.<br />            2<br />Mieux vaut donc demeurer sous la branche du saule<br />que de se faire broyer l'orteil sous la voiture impériale.<br />S'il me donnait un rang de plus, cela me porterait trop loin.<br />            3<br />Un oiseau en hauteur peut tourner au-dessus des nuées, <br />l'esprit d'un homme s'élèvera au-dessus de la foule <br />en servant un tel maître bien au-dessus de nous tous <br />pour sombrer en misère bien pire quand il sera déchu.*<br /><br />Ezra Pound, <em>Anthologie classique définie par Confusion</em>, introduction et traduction de lâanglais par Auxeméry, Pierre Guillaume de Roux, 2019, 480 p., 28â¬. <br /><br />1. Des tribus. <br /><br /><br />NdT<br />Poème 223. â Pound, comme précédemment, condense et transforme les premières strophes du poème chinois en introduction, partiellement rimée, et traite l'ensemble en parties didactiques ; le poète antique émettait quelques reproches à l'adresse de l'empereur : respect distancié et froid à l'égard de ses propres parents, et attention complaisamment portée à d'ambitieux détracteurs. Pound donne à la dernière strophe un tour plus dramatique encore que celui du texte antique : le premier rayon du soleil fait disparaître la neige, et si, vous notre souverain, vous montrez trop de faiblesse, nos mÅurs deviendront semblables à celles des barbares, et j'en éprouve une immense peine. Pound suit le texte mais fait en sorte que l'image de la menace du désastre prime.<br /><br />Poème 224. â Thème : un prince refuse d'en passer par les prétentions d'un souverain tyrannique en allant faire sa cour, car il pense que les honneurs reçus ne lui vaudraient en fait que vexations et déboires.<br /><br /><br /></span></p><img src="http://feeds.feedbur.../~4/yNz5JHSTv1E" height="1" width="1" alt=""/>

Voir l'article complet