Aller au contenu

Photo

(Note de lecture) Introduction à l’ostéonirismologie, de Julien Boutonnier, par Ludovic Degroote


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 220 messages

Posté 02 janvier 2020 - 11:33

 

6a00d8345238fe69e20240a4affd88200c-100wiAprès un livre dérangeant centré sur la maladie et la disparition de sa mère*, qui brusque la langue et se prête à la performance, Julien Boutonnier propose un bref traité très savant, Introduction à lâostéonirismologie. Cette science, comme son nom lâindique, étudie les rêves des os, car « le rêve dâun os nâest pas comparable à celui dâun être humain » (p. 10) ; ainsi que lâindique lâexergue : « Il y a des os. / Les os rêvent. / En rêvant les os produisent le réel. / Tout est créé par lâonirisme des os. » On voit par là la place centrale de cette science. En bon scientifique, lâauteur sâapplique à la décrire, en distingue le lexique, situe les origines, identifie les processus, propose des champs dâapplication. Ainsi apprend-on que « chaque catégorie dâos produit une activité onirique dont procède une part du réel suffisamment distincte et complémentaire des autres » (p. 20). « En lâétat des connaissances actuelles, quatre catégories sont différenciées » dont je retiens particulièrement les deux dernières : « les os des êtres qui ne sont pas encore nés / les os des êtres qui ne naîtront pas ». Ceux-ci ont une activité onirique au même titre que les os des êtres vivants ou ceux des êtres morts, qui évolue « en fonction du stade de développement du squelette » : la preuve en est faite avec lâexemple du scaphoïde. Toujours en bon scientifique, lâauteur applique une distance critique face à « cette science [qui] est une connaissance béante » (p. 27). Béante comme le réel quâelle fabrique ? Je nâoserai développer, nâétant pas ostéonirismologue... Mais cet opuscule qui mêle rigueur de surface et dérision à lâintérieur est savoureux ; par ce contraste et ses décalages, sa prose se fait poétique.

Ludovic Degroote

Julien Boutonnier, Introduction à lâostéonirismologie, Dernier Télégramme, 32 p., 8 â¬

*Ma mère est lamentable, Publie.net, 2015.


a3cBhmGuFkE

Voir l'article complet