Aller au contenu

Photo

(Note de lecture) Anthologie classique définie par Confucius d'Ezra Pound, trad. d'Auxeméry, par Pierre Vinclair


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 220 messages

Posté 06 janvier 2020 - 10:25

 

Chuchotis chinois
Sur lâAnthologie classique définie par Confucius dâEzra Pound, traduite par Auxeméry

6a00d8345238fe69e20240a4b18d35200c-100wiLes Chinese whispers (expression que mon titre traduit mot-à-mot) désigne en anglais ce que nous appelons le Téléphone arabe : ce jeu par lequel on voit une phrase se déformer à mesure que dans une chaîne humaine un interlocuteur lâayant reçue tente de la répéter à son voisin. Le fait même quâil soit désigné par deux expressions aussi différentes en anglais et en français suggère que lâart de la traduction en est, en quelque manière, une sous-espèce. La plupart du temps, cependant, on ne traduit que des textes originaux, et le jeu sâarrête au premier coup de téléphone. Mais le volume que PG de Roux vient de faire paraître élève le Chinese whispers au rang des Beaux-Arts : la couverture du volume nous le suggère, au lieu des deux strates attendues (lâauteur et le traducteur), ce sont, semble-t-il, trois niveaux différents dâécriture (Confucius, Pound, Auxeméry) que nous propose la version française de lâAnthologie classique définie par Confucius dâEzra Pound. Voire, quatre : car Confucius nâest ici pas auteur mais seulement éditeur (et peut-être arrangeur) de textes qui lui préexistaient. Ou plutôt cinq : car ces poèmes furent dâabord assemblés et couchés sur papier à la Cour des Zhou au VIème siècle avant notre ère â à partir dâun vaste ensemble (six !) de chansons orales passant dans les campagnes de bouches en bouches (sept, huit, neuf, etc.) : nous voici donc en plein Téléphone arabe.

×

Cette « anthologie » (souvent appelé Livre des Odes ou Classique des Poèmes), sans doute dâailleurs pas définie par Confucius lui-même, contient le plus vieux corpus de poésie chinoise : 305 poèmes répartis en quatre ensembles (Chansons populaires, Petites odes, Grandes odes et Hymnes). Pastorales, chansons dâamour, chants de guerre, refrains naïfs, poèmes didactiques, petites épopées composent cet ensemble que Confucius considérait comme un élément primordial de la culture et de lâéducation : « Un homme sâéveille à la lecture des Odes, disait-il, sâaffirme par la pratique du rituel, et sâaccomplit dans lâharmonie de la musique. »

Lire la suite : pour respecter la mise en page de cette note, Poezibao la propose ici au format PDF à ouvrir d'un simple clic sur ce lien.


Pierre Vinclair

Ezra Pound, Anthologie classique définie par Confucius, traduction dâAuxeméry, Pierre-Guillaume de Roux, 2019, 480 p., 26â¬.


C77p4OotsBs

Voir l'article complet