Aller au contenu

Photo

(Note de lecture) La revue Conséquence #3, par Paul-Antoine Fae


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 220 messages

Posté 15 janvier 2020 - 10:03

 

6a00d8345238fe69e20240a4b4429b200c-100wiLe premier numéro de Conséquence posait lâimpossible question de la dimension éthologique du style en philosophie. En 2017, le second accusait un virage poétique : André du Bouchet, Bernard Noël, Guy Viarre, Cédric Demangeot, Esther Tellermann, Leopoldo María Panero et Bodhan Chlibec parsemaient, entre autres, un sommaire marqué fissile. On se demandait dâailleurs si Conséquence allait devenir une sorte de moriturus bis puisque son fondateur, entre temps devenu auteur fissile, accueillait comme co-directeur Victor Martinez, lui-même publié dans la maison ariégeoise. Et même sâil nây aurait personne pour se plaindre dâune revue sâinscrivant dans un tel héritage, le troisième numéro â le plus cohérent des trois â permet (enfin) dâétablir lâidentité de Conséquence. Aussi, le sens des deux volumes précédents est rétrospectivement révélé : de lâédito aux essais qui ferment le volume, en passant par la sélection de poèmes, on comprend que Conséquence se rêve depuis le début, consciemment ou non, en dispositif politique.

Dès lâouverture est affirmée la nécessité dâun renversement des valeurs et celui-ci passe par le travail de la langue comme expérience éthique limite : éclatement du soi, dissolution des individualismes. La cible désignée : le narcissisme à lâÅuvre dans le capitalisme tardif. Câest un appel à la vigilance : la littérature ne peut perdre de vue cet objectif « dâoubli de soi », au risque de reconduire les maladies de la civilisation.

Un texte inédit dâAndré du Bouchet intitulé « de lâétranger, de la langue » donne au volume sa colonne vertébrale : il y creuse jusquâà explosion (implosion ?) le hiatus dessiné par lâopération traductologique. La contribution de Dolores Dorantes est une violence simple â où lâévidence elle-même joue de violence â dans tout ce que le politique regorge de brutalité humaine, trop humaine. Jan Zábrana, intervention tchèque saisissante, plonge le lecteur dans la froideur de lâétrange. Monserrat Álavarez, poétesse hispano-péruvienne dresse un monde âpre et anguleux où les micro-conflictualités font le vivant autant quâelles lâusent. Le reste du sommaire frappe avec la même intensité : Hugo Hengl sur la traduction, chargé dâhumour et de clarté ; Cédric Demangeot offre deux textes pleins dâorganes criant leur nom propres â qui dâautre sait faire parler lâestomac avec autant de résonance ? Victor Martinez livre une série de poèmes-aphorismes où la vitalité nâest jamais loin de sâauto-détruire par la force de lâexcès. Panero clôt la partie poétique par une prose à la fois malade, hallucinée et lucide. Mais aussi : de beaux inédits de Mathieu Bénézet ; Ianka Diaghileva, une poétesse russe ; Ayot Yeshurun, poète israélien ; Christine Lavant et Germaine de Staël.

Trois lettres, une longue de Jean-Michel Reynard et deux courtes dâAndré du Bouchet, ouvrent le cahier dâessais. On y retrouve la question de la traduction et lâexigence des deux hommes dans leur rapport à la langue. Avec « Dire une seule fois la vérité », Martinez inscrit plus explicitement encore Conséquence dans une tradition littéraire où le poème fait Åuvre de résistance à « lâÅuvre capitaliste-extractiviste-esclavagiste-coloniale », rapprochant la revue de son modèle implicite, LâÉphémère. La seconde partie de lâarticle rend hommage aux travaux de Catherine Malabou et Corinne Énaudeau, soulignant une fois supplémentaire la dimension politique de la poésie comme accident, câest-à-dire en tant quâelle empêche la continuité linéaire de la « Réalité » entendue comme ordre naturel.

Le fondateur, Paul Laborde, publie pour la première fois dans la revue : un premier texte dont le titre (« Que faire si le grand capital verse du LSD dans nos réserves dâeaux ? ») fait explicitement référence à un papier de Timothy Leary (« Que faire si les Viet Cong versent du LSD dans nos réserves dâeaux ? »), met en avant la pertinence politique de lâépreuve psychédélique et des pratiques méditatives entendues comme dilatation de la conscience individuelle et déconstruction de lâethos capitaliste. Un deuxième papier, déduction du précédent, dégage un ensemble dâimpératifs moraux dans une veine rationaliste sceptique et bayesienne. Le programme apparaît clairement désormais : Conséquence se présente comme une entreprise de destruction de la personne au profit du vivant collectif.

Paul-Antoine Fae

Conséquence #3, 184p. 20â¬
site de la revue


-gsginKKU58

Voir l'article complet