Aller au contenu

Photo

(Les Disputaisons) À quoi bon éditer et vendre encore de la poésie ?, 4, Guillaume Basquin, éditions Tinbad


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 497 messages

Posté 07 février 2020 - 11:43

<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: justify;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"><em><br /><a class="asset-img-link" href="https://poezibao.typ...bb63c200c-popup" onclick="window.open( this.href, '_blank', 'width=640,height=480,scrollbars=no,resizable=no,toolbar=no,directories=no,location=no,menubar=no,status=no,left=0,top=0' ); return false" style="float: left;"><img alt="Image disputaison" class="asset asset-image at-xid-6a00d8345238fe69e20240a4bbb63c200c img-responsive" src="https://poezibao.typepad.com/.a/6a00d8345238fe69e20240a4bbb63c200c-100wi" style="width: 100px; margin: 3px 15px 5px 5px; border: 1px solid #969696; box-shadow: 8px 8px 12px #aaa;" title="Image disputaison" /></a>Poezibao</em> publie aujourdâhui la quatrième contribution dâune nouvelle série de disputaisons autour du thème « A quoi bon éditer et vendre encore de la poésie ? ». Remerciements à Jean-Pascal Dubost qui en a eu lâidée et qui en a assuré la réalisation. <br /><strong><br /></strong></span></p>
<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: center;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"><strong>Disputaison n°2</strong><br /><strong>« À quoi bon éditer et vendre encore de la poésie ? »</strong></span></p>
<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: justify;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"><br />La poésie (contemporaine sâentend), et câest presque devenu un poncif que le dire, est un genre ignoré du grand public, dédaigné par les médias, fait de petits tirages, peu vendeur, et seule lue par une minorité de lecteurs (souvent eux-mêmes poètes) ; on pourrait entrer dans une longue litanie de ses carences. Quant aux poètes édités, selon une estimation non officielle mais qui fait autorité, ils seraient plus nombreux que les lecteurs de poésie.<br />Pourtant, un certain nombre dâobstinés sâacharne à en publier, et dâautres (plus rares) (libraires), à en vendre. Comment expliquer cette opiniâtreté ?</span></p>
<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: center;"> </p>
<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: center;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"><strong>4. Guillaume Basquin (directeur de collection chez éditions Tinbad)<br /><br /></strong></span></p>
<p class="MsoNormal blockquote" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: justify;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"> <a class="asset-img-link" href="https://poezibao.typ...9867c200b-popup" onclick="window.open( this.href, '_blank', 'width=640,height=480,scrollbars=no,resizable=no,toolbar=no,directories=no,location=no,menubar=no,status=no,left=0,top=0' ); return false" style="float: left;"></a>La rédaction de <em>Poezibao</em>, pour cette nouvelle « disputaison », a tout de suite posé les bonnes « questions » : pourquoi, en temps de détresse (du livre imprimé), encore publier de la poésie contemporaine ? Les « grands » journaux nâen parlent jamais (par exemple, le moteur de recherche dâun journal arrogant comme <em>Libération</em> donne « zéro » résultat pour Tinbad, et ce malgré lâenvoi dâau moins 35 services de presse en 4 ans⦠confirmant par là que, sous une couverture de « gauchisme » bon teint, il nâest quâun journal collabo de lâindustrie du livre et de ses attachés de presseâ¦) Beaucoup de poètes qui veulent être publiés chez Tinbad, pour (presque) rien au monde, nâachèteraient un livre déjà publié ici⦠Une bonne moitié des « déjà publiés » ne vient <em>jamais</em> aux soirées de lecture des livres des « autres » poètes, qui semblent « au mieux » être des ennemis encombrants, au pire nâêtre que des « ratés » beaucoup moins bons quâeux⦠Quant aux libraires, ils commandent les livres au compte-goutte (même avec une diffusion professionnelle), et les renvoient comme « invendus » au bout de trois mois (dans le meilleur des cas)⦠Pourquoi continuer, contre toute « raison », dans ces conditions ?<br /><br />Je cherche les bons mots. La foi ? Oui, je nâen vois pas dâautre, fors lâamour (jây reviendrai). Le grec <em>pistis</em>, qui a donné <em>fides</em> et <em>foedus</em> en latin, suggère d'une manière générale l'idée de confiance. Confiance en lâavenir ? En tout cas, la foi est une promesse. Promesse de lecteurs dans un siècle ? Ou deux ? Oui. Toujours. Sans cela, on ne ferait jamais rien. On sait bien que Rimbaud et Lautréamont, probablement les deux plus grands poètes français, nâont rien vendu de leur vivant. Et alors ? Même Stendhal nâa rien vendu durant son existence (seulement 17 exemplaires de son <em>De lâamour</em> avaient été écoulés plusieurs années après sa première publication)⦠Le mérite de la foi est de nous faire espérer contre lâespérance mêmeâ¦<br /><br />Lâamour, comme on le sait, meut le soleil et les autres étoiles⦠Il meut aussi la chose écrite <em>et</em> imprimée : si on aime vraiment un manuscrit, comment ne pas y croire, comment ne pas avoir envie de le faire exister, de lui donner sa chance ? Chaque publication, pour reprendre un titre de Mallarmé (mais aussi de Claude Minière) est <em>un coup de dés</em> : lâimpression dâun livre le vérifie (ou pas). En électronique, ça ne marche pas : comme la publication numérique ne coûte rien, la <em>vérification</em> nâa pas lieu : là où croît le danger ; là croît aussi ce qui sauve ! Il en va de lâédition, selon moi, comme de la paternité : <em>Multipliez-vous, et croissez ! </em>Qui fuit cette prescription biblique nâa quâune foi morteâ¦<br /><strong><br />©Guillaume Basquin<br /><br /><a href="https://poezibao.typepad.com/poezibao/les-disputaisons/" rel="noopener" target="_blank">Consulter les autres contributions sur ce sujet.</a><br /><br /><br /><br /><br /></strong></span></p><img src="http://feeds.feedburner.com/~r/typepad/KEpI/~4/cDJi8BBwx5c" height="1" width="1" alt=""/>

Voir l'article complet