Aller au contenu

Photo

(Les Disputaisons) À quoi bon éditer et vendre encore de la poésie ?, 6, Maud Leroy, éditions des Lisières


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 245 messages

Posté 14 février 2020 - 11:55

 

6a00d8345238fe69e20240a4e754c7200d-100wiPoezibao publie aujourdâhui la sixième contribution dâune nouvelle série autour du thème « A quoi bone éditer et vendre encore de la poésie » grâce à Jean-Pascal Dubost qui en a eu lâidée et qui en a assuré la réalisation.


« À quoi bon éditer et vendre encore de la poésie ? »
6.
Maud Leroy (éditions des Lisières)
Tentative d'épuisement de l'aquabonisme (palmes et tuba conseillés) en 12 points

1. « Ose être un guérillero poétique non-violent. Un anti-héros. » Lawrence Ferlinghetti
2. On ne naît pas éditrice de poésie, on le devient.
3. D'abord on est lecteur, lectrice. Certain.e.s ont la chance ou le courage d'être aussi poète.
4. Ensuite on pense à éditer. Soit parce qu'on est un.e poète frustré.e ou raté.e, soit parce qu'on veut s'auto-éditer. Soit voir remarques 5 ou 6.
5. Quoiqu'il en dise (teuteuteuâ¦), il y a en chaque éditeur de poésie, la conviction secrète que la poésie peut sauver le monde.
6. Dans (presque) tous les cas, il y a le livre, l'objet, sa forme, sa texture, son odeur, ⦠ On l'ouvre, il y a les mots, silencieux, deux fois vivants (comme chez Décathlon, le fond la forme !), la parole qui s'incarne une seconde fois (papier vélin ou issu de forêts durablement gérées). La poésie, c'est le souffle. On se sent très proche du souffle de quelqu'un.e, encore sans visage mais déjà intime.
7. D'après Freud, l'énergie sexuelle doit être transformée pour le « bien commun », pour faire Åuvre offerte à l'humanité. Cette transformation passe par deux processus, la symbolisation (parole) et la sublimation (Åuvre). La poésie est finalement la parole devenue Åuvre.
8. Parole intime, le poème est un souffle singulier. A contre-courant de la bourrasque liberalo-médiatique, il dit UN monde, pas LE monde. La poésie c'est beaucoup de mondes.
Éditer de la poésie, à savoir co-créer des livres et les diffuser, c'est donc toute une aventure...
9. Et l'argent dans tout ça ?
10. échec & mÉDITatION
11. Pourquoi en 2020 en France se vend toujours plus de pesticides que de livres de poésie ? Une poète répond : « Mon espèce pollue ce quâelle invente de plus sacré dans le fumier de mon espèce. »  Claude Ber
12. « âA quoi bon ?
â Pourquoi pas ? »

©Maud Leroy (éditions Les Lisières)


zOXrhNvU2WI

Voir l'article complet